Victoria-Rose Grisé, un an plus tard

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Victoria-Rose Grisé, un an plus tard
La gardienne de but Victoria-Rose Grisé porte les couleurs du Noir et Or. (Photo : courtoisie)

Cette année, Victoria-Rose Grisé porte les couleurs du Noir et Or de l’école secondaire De Mortagne. Elle garde les buts du club bantam AAA relève, mais seulement à l’entraînement, la saison n’ayant jamais pris son envol, pour cause de pandémie.

La dernière fois que nous avons parlé à Victoria-Rose Grisé, c’était il y a exactement un an. Elle venait d’être sélectionnée dans l’équipe des 13 Étoiles. Puis, l’athlète de Saint-Basile-le-Grand s’apprêtait à participer au 61e Tournoi international de hockey peewee de Québec, en février, au sein de l’unique formation féminine.

Après cette expérience à Québec, Victoria-Rose Grisé est retournée protéger la cage de son équipe de saison régulière, les Remparts du Richelieu. « En mars, nous avions un tournoi à Toronto, qui a finalement été annulé. Peu de temps après, nous apprenions que la saison complète tombait à l’eau. Nous sommes revenues à la maison, puis le confinement s’amorçait », raconte la gardienne de but.

Objectif réussi

Celle qui endossait alors l’uniforme des Remparts dans la catégorie peewee AAA nous avait mentionné qu’elle souhaitait demeurer dans le AAA pour la campagne 2020-2021. D’autant plus qu’elle passait à la catégorie suivante, le bantam. Son objectif a été réalisé. Peut-être pas avec les filles des Remparts du Richelieu, mais du moins avec les garçons du Noir et Or.

« C’est quand même gros! […] Quand j’étais plus petite, je voyais mon frère jouer à ce niveau-là. » -Victoria-Rose Grisé

En entrevue avec Les Versants, Victoria-Rose Grisé estime que c’est important pour elle d’avoir réussi à percer l’alignement de cette organisation. « C’est quand même gros! C’est quelque chose auquel je pensais depuis longtemps. Quand j’étais plus petite, je voyais mon frère jouer à ce niveau-là », se souvient celle qui est âgée de 14 ans.

Entre le calibre de jeu des filles chez les Remparts et le calibre de jeu des garçons chez le Noir et Or, l’étudiante de 2e secondaire préfère ce dernier. « Je suis contente d’avoir joué dans un club totalement féminin, d’avoir vécu cette expérience. J’ai vu ce que c’était, j’ai vu le calibre. J’ai connu une saison plus performante et j’ai enregistré de bonnes statistiques. Mon séjour avec les filles m’a aussi ouvert des portes, avec les 13 Étoiles et avec le Tournoi peewee de Québec », dit-elle, reconnaissante.

Compétition de gardiens

Lors du camp de sélection du Noir et Or, Victoria-Rose était en compétition contre six autres gardiens de but, excluant l’homme masqué de deuxième année qui a joint l’équipe à la toute fin du camp. « Elle a été meilleure que les autres, gars ou fille, déclare l’entraîneur-chef du Noir et Or bantam AAA, William Lauzé, avec qui le journal s’est entretenu. Mais il est important de comprendre que nous n’avons pas de gardiens n° 1 et n° 2. Victoria-Rose s’est taillé une place parmi les deux postes disponibles à la position de gardien de but pour la formation M15 relève. »

Quand on lui demande pourquoi Victoria-Rose a réussi à se démarquer devant six autres cerbères, M. Lauzé évoque son éthique de travail. « Elle se distingue grâce à son éthique de travail, sa combativité, ses qualités athlétiques, sa force, sa vitesse et ses déplacements devant le filet. C’est une petite fille qui carbure aux défis, qui désire s’améliorer constamment, qui s’est présentée au camp avec la bonne attitude et qui travaille fort », enchaîne l’instructeur.

Deux filles plutôt qu’une

Mais la Grandbasiloise n’est pas une exception parmi les membres de sa nouvelle organisation. Fait assez rare à ce chapitre, il y avait trois filles en début d’année dans le groupe, dont Victoria-Rose. Or, en raison de la situation actuelle, l’une d’elles a décidé d’abandonner la saison. L’attaquante Charlotte Labrèche, une coéquipière de Victoria-Rose chez les Remparts du Richelieu et les 13 Étoiles, a aussi gagné sa place avec le Noir et Or. « C’est valorisant, lance-t-elle, un sourire dans la voix. On est habituées à jouer ensemble. On s’encourageait durant le camp. Les entraîneurs sont derrière nous aussi pour nous aider. »

Maintenant, si la saison devait finalement s’amorcer, chose peu probable, l’objectif, lui, demeure le même qu’à l’automne dernier lorsqu’elle s’est jointe au Noir et Or : soulever la coupe Dodge plus tard ce printemps.

QUESTION AUX LECTEURS :

Comment vos jeunes sportifs occupent-ils leur temps durant le confinement?

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires