Une ville nourricière

Une ville nourricière

L'entreprise Alvéole, spécialisée en apiculture urbaine, introduira les citoyens aux ruches urbaines.

Crédit photo : Archives

Une nouvelle Politique à Saint-Bruno

Saint-Bruno-de-Montarville innove et devient parmi les premières villes du Québec à se doter d’une Politique « ville nourricière ».

« De par leur rôle de « gestionnaire du territoire » et leur proximité avec les citoyens, les villes peuvent jouer un rôle primordial dans le développement de l’agriculture urbaine et de proximité. Le concept de « ville nourricière » se caractérise par la volonté d’agir sur les cinq axes du système alimentaire, soit la production, la transformation, la distribution, la consommation et la gestion des matières résiduelles. Un système alimentaire durable participe à la qualité de vie et à la santé de la population, à la réduction des gaz à effet de serre, à la protection des milieux naturels et génère des initiatives favorables au développement économique et social de la communauté », voilà comment la municipalité explique sa volonté de faire de Saint-Bruno un endroit où l’agriculture urbaine est encouragée.

« Soucieux de leur alimentation, les Montarvillois souhaitent s’approvisionner à proximité de produits frais et sains. En intervenant sur l’ensemble du système alimentaire, la Ville désire contribuer à la mise en œuvre d’une véritable stratégie alimentaire locale », s’est réjoui le maire, Martin Murray.

La Ville a déjà mis en place plusieurs initiatives qui alimentent le plan d’action dont s’est munie Saint-Bruno pour mettre en place sa vision. C’est ainsi que l’on peut retrouver dans cette Politique : jardin communautaire, marché public estival, ruches urbaines, ateliers de jardinage, utilisation de plantes comestibles dans les aménagements publics, organismes offrant de l’aide alimentaire, efforts de protection des rives des cours d’eau, potagers en cour avant…

 Les actions à prévoir

La Ville se dote donc d’un plan d’action, disponible sur le site Internet de la Ville, ayant pour objectif de faire évoluer la municipalité vers un système alimentaire durable.

Cette Politique projette que le programme particulier d’urbanisme du secteur Sabourin propose huit hectares dédiés à l’agriculture urbaine, en plus de structurer son développement autour d’un parc linéaire de thématiques agricoles de près de quatre hectares.

Le futur règlement de zonage prévoira une nouvelle classe d’usages appelée « agriculture urbaine », où il sera possible de cultiver des céréales, des plantes oléagineuses, des fruits, légumes et noix; on y trouvera aussi les fermes pour la culture expérimentale, la floriculture ou l’horticulture ornementale, l’hydroponie, la pisciculture et l’aquaponie, l’apiculture et le microélevage de poules pondeuses.

« En intervenant sur l’ensemble du système alimentaire, la Ville souhaite contribuer à la mise en œuvre d’une véritable stratégie alimentaire locale. » – Martin Murray

La réglementation sur les « poules urbaines » devrait faire l’objet d’un encadrement et de la mise en place d’un projet-pilote dans un quartier résidentiel de la ville. Il devrait aussi y avoir des poule au parc du Frère-Marcel-Alary.

Des cuisines collectives pourraient être installées au chalet Marie-Victorin, au centre Marcel-Dulude, au centre communautaire et à la vieille gare, où chacun de ces endroits dispose d’une cuisine. Ainsi, le Centre d’action bénévole Les p’tits bonheurs pourrait transformer les produits récoltés dans la ville.

Il est possible que pour les prochaines années, les infrastructures communautaires et sportives de la Ville soient obligées de respecter une orientation dans leur offre alimentaire en proposant des aliments sains ou encore locaux.

La Ville souhaite également adopter un règlement de zonage interdisant les restaurants avec service à l’auto dans les cœurs de quartier.

La Ville devra mieux gérer la gestion des matières résiduelles en les réduisant et en favorisant le réemploi, le recyclage et la mise en valeur de ces dernières.

Les orientations

Quatre orientations sont proposées dans la Politique de la Ville afin que la municipalité puisse se développer en respect de la vision énoncée :

– Affirmer la volonté de développer un système alimentaire local durable facilitant l’accès aux aliments sains et frais, et assurer sa pérennité;

– Assurer le soutien au développement de l’industrie agroalimentaire locale, de l’agriculture urbaine et de l’agrotourisme;

– Promouvoir l’agriculture locale durable et les saines habitudes alimentaires à moindre impact environnemental;

– Protéger et mettre en valeur les terres agricoles en favorisant la diversité des productions et les pratiques respectueuses de l’environnement.

« Au cours de cette première année de mise en œuvre, ce sera l’occasion de reconnaître les initiatives déjà existantes sur le territoire, de les enrichir et de leur associer des indicateurs de suivi afin que l’année 2017 puisse servir comme année de référence », peut-on lire dans la Politique Saint-Bruno « ville nourricière ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des