Une septième exposition d’objets du passé

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Une septième exposition d’objets du passé
(Photo : Courtoisie )

École d’éducation internationale de McMasterville

Une nouvelle exposition (Exp«OH») d’objets d’histoire, présentée par les élèves de l’École d’éducation internationale de McMasterville dans le cadre du cours d’histoire du Québec en 4e secondaire, a eu lieu en avril dernier.
Au cours d’un travail effectué dans la classe d’histoire du Québec, les élèves de 4e secondaire de l’École d’éducation internationale de McMasterville ont présenté des objets ayant appartenu à leur famille lors d’une exposition de quelques heures. À cette occasion, la cafétéria et le stationnement de l’école se sont transformés, l’espace d’une journée, en véritable musée d’histoire : baratte à beurre, livres anciens, machine à écrire, téléphone et autres objets exposés ont été autant de témoins de l’histoire que les élèves ont su découvrir. « L’exposition s’est bien déroulée. Ce n’est pas évident de coordonner l’activité avec les horaires des parents et des grands-parents qui nous visitent, mais je sais que c’est un événement stimulant pour les élèves », mentionne au journal l’enseignant Raymond Bédard, responsable depuis quelques années déjà de cette Exp«OH» d’objets historiques.

« L’exposition s’est bien déroulée. […] Je sais que c’est un événement stimulant pour les élèves. » – Raymond Bédard

Un projet qui avait d’ailleurs valu au Montarvillois le prestigieux Prix d’histoire du Gouverneur général pour l’excellence en enseignement en 2011. « L’exposition a été un franc succès encore cette année! Nos étudiants ont exposé des objets sur lesquels ils ont travaillé depuis janvier. Il s’agit de la septième année et c’est une activité très stimulante pour nos jeunes, qui vient clore des mois de travail. Plusieurs parents sont venus voir les objets présentés, et ce, malgré la courte durée de l’événement », explique Raymond Bédard.
La pièce de résistance de cette exposition a été sans contredit les camions de pompier datant des années 50 qu’un parent d’une élève a apportés à l’école, soit un Dodge Fargo 1946 et un Dodge Thibeault 1962. « Les parents de cette élève collectionnent les camions de pompier! »
Les principales étapes du projet consistent, pour les jeunes, à sélectionner un objet qui remonte au moins aux années 80 afin d’en faire une analyse technique et historique sous forme d’un essai de 15 pages. Le travail doit démontrer l’usage de l’objet, l’historique, l’évolution du domaine auquel il se rattache et une description de l’époque pendant laquelle il était en usage. Pour ce faire, les étudiants font des recherches en bibliothèque et réalisent des entrevues auprès des membres de la famille, car, la plupart du temps, les objets sont dénichés dans les sous-sols ou greniers des grands-parents. « Nous nous retrouvons aujourd’hui avec des objets qui datent d’avant les années 60, certains même du 19e siècle. Le but de l’exercice est de susciter le questionnement chez les jeunes, de les rendre curieux et de les intéresser à l’histoire. À travers leurs parents et leurs grands-parents, ils découvrent un pan de notre histoire. Parfois même, ça leur permet de renouer avec eux [leurs grands-parents]. »
Raymond Bédard a maintenant un nouveau projet qui est en train de germer dans sa tête, soit des entrevues que les élèves effectueraient auprès de leurs grands-parents pour découvrir l’histoire du Québec. Cette idée aurait pour titre Entre vous et moi. À suivre.
QUESTION AUX LECTEURS :
Quel est l’objet le plus ancien que vous détenez à la maison?

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires