Pas de camp de jour pour une semaine de relâche hors normes

Pas de camp de jour pour une semaine de relâche hors normes
De multiples activités sont offertes par les villes pour divertir les enfants durant la relâche. (Photo : Gabriel Provost)

Avec l’interdiction des camps de jour et les frontières fermées aux voyages, la semaine de relâche sera cette année à la maison, avec les enfants, une situation qui cause un casse-tête pour les parents qui travaillent durant la première semaine de mars.

Un texte de Gabriel Provost

Cappuccino, une animatrice du camp de jour l’Estacade, à Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix, avait prévu de travailler au camp durant la semaine de relâche, comme elle l’a fait l’an dernier. Maintenant que le gouvernement Legault les a annulés, la Grandbasiloise de 19 ans perd un revenu qui lui aurait été utile. « D’habitude, on est une douzaine d’animateurs et on reçoit environ 90 jeunes, dit-elle. On avait ouvert l’été passé et il n’y avait pas eu de cas de COVID-19 de tout l’été. C’est sûr qu’ouvrir aurait représenté un risque de plus, mais en respectant les mesures en place, ça n’aurait pas été si pire que ça. »

Difficile pour les parents
Plusieurs parents travaillent à la maison, mais ils ne peuvent pas forcément s’occuper des enfants en tout temps, surtout si ces derniers sont en bas âge. C’est le cas de Cynthia Vallée et son conjoint, qui devront, pour garder leur garçon de 7 ans, « piger chacun dans [leur] banque de congés de l’année pour tenter de couvrir le plus de jours possible ».

La Municipalité de Saint-Basile-le-Grand a tenté de régler partiellement ce problème en créant une formule de camp de jour réservée aux enfants de la ville âgés de 5 à 12 ans. Moyennant la somme de 22 $ par enfant, les parents peuvent ainsi inscrire leurs enfants jusqu’au 15 février à partir de la plateforme d’inscriptions Sport Plus. Le camp aura pour thème l’espionnage et 250 enfants pourront participer aux activités, qui seront livrées au domicile de chaque espion. Saint-Basile-le-Grand offre également de multiples activités extérieures, entre autres les patinoires, l’espace illuminé près du Centre civique Bernard-Gagnon, ainsi que les buttes à glisser de l’aréna et du lac Montpellier.

À Saint-Bruno-de-Montarville, la Municipalité n’a pas encore émis de communiqué pour décrire les différentes activités, mais les patinoires seront notamment ouvertes, de même que les pentes à glisser. Les conditions à respecter pour glisser, de même que l’état des sites et leurs heures d’ouverture sont inscrits sur le site Internet de la Municipalité.

À Sainte-Julie, les citoyens sont invités à participer aux Julievernales, qui se poursuivent pendant la semaine de relâche. La liste des activités, qui est bien remplie, est publiée sur le site Web de la Ville. La Municipalité propose entre autres un concours de bonshommes de neige aux citoyens, qui doivent les photographier pour participer via le site Web de la Ville jusqu’au 7 mars. Les citoyens pourront finalement participer à un jeu d’évasion extérieur dans le parc Joseph-Véronneau ou le parc Maurice-Duplessis durant la semaine de relâche. Le jeu sera accessible grâce à une application qui sera offerte à compter du premier mars.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires