Agglomération de Longueuil : une séance pour voter le budget sans le président

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Agglomération de Longueuil : une séance pour voter le budget sans le président
Les citoyens ont pris le temps de poser toutes leurs questions à la séance du conseil d’agglomération de Longueuil. (Photo : YouTube)

Le budget 2020 de l’agglomération de Longueuil a été voté le 28 novembre, sans la présence du président de l’assemblée Éric Beaulieu, largement critiqué pour son comportement envers des citoyens à la séance du conseil d’agglomération de Longueuil, le 14 novembre.

Hier, la séance extraordinaire consacrée au vote du budget 2020 de l’agglomération de Longueuil a été présidée par Jean Martel, maire de Boucherville et vice-président de la séance du conseil d’agglomération. M. Martel remplaçait Éric Beaulieu, le président, absent pour des raisons qui n’ont pas été expliquées.

Il faut cependant se rappeler que lors de la séance du 14 novembre, plusieurs citoyens s’étaient plaints du comportement de M. Beaulieu, qui a fait appel aux forces de l’ordre pour évacuer certains citoyens venus poser leurs questions à l’assemblée des élus.

Par la suite, une plainte auprès du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH) a été déposée par un citoyen pour dénoncer les agissements du président le 14 novembre.

Lors du vote du budget, le 28 novembre, Jean Martel a donné le ton d’une séance beaucoup plus à l’écoute des citoyens. « Soyez le bienvenu, nous sommes à votre écoute. » Voici comment il invitait chacun des individus à prendre la parole.

Les personnes au micro ont pu aller jusqu’au bout de leur exposé sans être interrompues et les questions posées ont obtenu des réponses de la part des élus présents.

« Soyez le bienvenu, nous sommes à votre écoute. » – Jean Martel

Quant au budget

Le budget 2020 de l’agglomération de Longueuil s’élève à 377 millions de dollars, une hausse de 12,5 millions, soit 3,4 %, comparativement au budget de 2019.

Pour limiter l’impact de la croissance des quotes-parts, 2,4 millions seront puisés dans les surplus de l’agglomération. La hausse des quotes-parts des villes liées s’élève à 13,7 millions, soit une hausse moyenne de 4 % par rapport à 2019, se détaillant comme suit : 3,2 % pour Boucherville, 4,5 % pour Brossard, 5 % pour Longueuil, 0,3 % pour Saint-Bruno-de-Montarville et 2,5 % pour Saint-Lambert. Longueuil assume à elle seule 58 % de cette augmentation, pour 7,9 millions.

Rappelons que le conseil d’agglomération a adopté le 14 novembre dernier un nouveau règlement sur le partage des dépenses mixtes qui vient plafonner la contribution des villes reconstituées en fonction de l’Indice des prix à la consommation (IPC). Ainsi, en vertu du règlement, si les dépenses pour les services administratifs venaient à dépasser l’IPC, seule la Ville de Longueuil en assumerait les coûts excédentaires, limitant ainsi le fardeau fiscal des villes reconstituées.

Martin Murray, maire de Saint-Bruno, a voté contre ce budget, comme ses homologues à Brossard et Saint-Lambert, malgré lui. Il faut dire que Saint-Bruno est la ville qui connaîtra la plus faible augmentation quant à sa quote-part. « Les conseillers de Saint-Bruno étaient pour le budget du RTL et contre le budget de l’agglomération. Je me fais le porteur du message, même si personnellement, je n’étais pas nécessairement en désaccord avec ce budget. »

Rappelons que M. Murray est minoritaire au sein de son conseil municipal et ce dernier décidera désormais des orientations que prendra la Ville lors des votes aux séances du conseil d’agglomération de Longueuil.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des