Une route 116 « dégueulasse »

Photo de Pascal Dugas Bourdon
Par Pascal Dugas Bourdon
Une route 116 « dégueulasse »
La route 116 a provoqué plusieurs crevaisons au cours des dernières semaines. (Photo : archives)

« Honteux », « dangereux », « dégueulasse » : les qualificatifs ne manquent pas pour décrire l’état de la route 116, où plusieurs automobilistes ont subi une crevaison en raison des nids-de-poule au cours des dernières semaines, a constaté le journal Les Versants.

« Le bruit que ça a fait, je l’entends encore. C’était effrayant. Tout a tremblé et je me suis demandé : ‘’Mon Dieu, qu’est-ce qui vient de se passer ’’ », a commenté Patricia Gravel, en entrevue à notre journal. La Montarvilloise retournait à la maison le 2 mars dernier lorsqu’elle a roulé dans un immense nid-de-poule, situé sur la 116 Est, près de la sortie pour l’autoroute 30 Est.

« Le bruit que ça a fait, je l’entends encore. C’était effrayant. »
– Une automobiliste

« Évidemment, il faisait noir, donc je n’ai pas vu la chaussée », a-t-elle relaté. Malgré le bruit immense provoqué par la chaussée trouée, Mme Gravel a d’abord jugé que son véhicule n’avait pas subi de dommages. Jusqu’au lendemain, où elle a vu qu’un de ses pneus était complètement dégonflé.

La Montarvilloise avoue qu’elle navigue désormais sur la route 116 avec un mélange d’appréhension et d’insécurité. « Maintenant, c’est la crainte qui nous habite. On roule, et c’est littéralement du zigzag qu’on doit faire. Ça n’a aucun bon sens », a dit Mme Gravel. Elle a ajouté : « C’est honteux. C’est dangereux. Le ministère des Transports a l’obligation de nous fournir des infrastructures sécuritaires. C’est complètement aberrant qu’on doive vivre ça. »

Un fossé

Une situation qu’a également vécue Sylvie Bouchard, une autre citoyenne de Saint-Bruno, le 27 février dernier. Un de ses pneus a éclaté lorsqu’elle a franchi un nid-de-poule, dans une bretelle qui permet de rejoindre la 116 Est à partir du chemin de Chambly. « Ce n’est pas un trou, c’est un fossé dans lequel je suis tombée! C’était immense. Le pneu a éclaté tout de suite. Il y avait une voiture à 100 pieds de moi à qui il est arrivé exactement la même chose », a-t-elle raconté aux Versants.

Elle a précisé être repassée au même endroit une semaine plus tard et avoir remarqué avec stupéfaction que le cratère y était toujours. « Je l’ai évité de justesse. J’ai failli tomber dedans une autre fois! », a-t-elle raillé.

Facture totale : quelque 260 $ pour remplacer son pneu. Elle n’exclut pas de formuler une plainte, si d’autres automobilistes ont subi le même sort : « Je ne suis pas la seule à être tombée dedans, c’est clair! »

Un fléau

Au garage Pneus Chartrand à Saint-Bruno, on observe encore ce printemps que plusieurs automobilistes subissent des crevaisons en raison des nids-de-poule, et la route 116 en est notamment la cause. « Chaque printemps, c’est un fléau, les crevaisons causées par les nids-de-poule. On crève des pneus, casse des roues, brise des suspensions. Ce sont des choses qu’on voit fréquemment », a expliqué le directeur de la concession de Saint-Bruno, Jonathan Savaria.

Pour sa part, le ministère des Transports affirme « être conscient » de l’état difficile de la route 116 et « suivre la situation » de près. « Lorsqu’une situation l’exige, un nid-de-poule est immédiatement colmaté afin d’assurer la sécurité des usagers », a soutenu Miguel Vizcaino-Dubé, porte-parole au ministère. Des travaux d’asphaltage sur la route 116 dans les deux directions, entre le boulevard Taschereau et Saint-Basile-le-Grand, figurent à la planification de ce ministère.

Par ailleurs, le boulevard Taschereau sera asphalté sur l’entièreté du tronçon situé entre les bretelles du pont Jacques-Cartier et la route 116 en 2020.

Question aux lecteurs : Que pensez-vous de l’état de la route 116?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des