Une première en 56 ans

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Une première en 56 ans
Les clôtures, les bâtons de bois, les lumières de Noël et la fameuse pancarte blanche et verte affichant « Arbres de Noël – Christmas Trees » à l’effigie du 1st Mount-Bruno Scouts resteront remisés. (Photo : archives)

1st Mount Bruno Scouts

En raison de la pandémie, la vente d’arbres de Noël du 1st Mount Bruno Scouts n’aura pas lieu cette année, à Saint-Bruno-de-Montarville. Une première depuis 1964.

C’est à une tradition vieille de 56 ans que la COVID-19 vient de s’attaquer. Jamais auparavant ce rendez-vous du temps des Fêtes n’avait été contraint de déclarer forfait. Or, c’est le cas en 2020, comme pour bien d’autres événements au cours de l’année.

Annulation

Normalement, le site aurait déjà été installé. Puis la vente de quelque 625 conifères se serait mise en branle en fin de semaine dernière. Pour les raisons que nous connaissons, les clôtures, les bâtons de bois, les lumières de Noël et la fameuse pancarte blanche et verte affichant « Arbres de Noël – Christmas Trees » à l’effigie du 1st Mount-Bruno Scouts resteront remisés. « Malheureusement, les règles de Scouts Canada pendant la pandémie obligent notre groupe à annuler notre vente d’arbres de Noël pour cette année. Je suis sûre que plusieurs citoyens nous chercheront… déjà, quelques personnes nous ont contactés sur les réseaux sociaux », mentionne l’animatrice du groupe des louveteaux de l’organisme, Annick Daigle.

De son côté, Scouts Canada évoque des raisons de sécurité. « Nous gérons des programmes pour les jeunes au milieu de la COVID-19; la sécurité des jeunes confiés à nos soins et celle de nos bénévoles est d’une importance primordiale. Le programme de Scouts Canada fonctionne conformément aux lignes directrices du gouvernement provincial et à la politique des agences de santé publique. Par conséquent, la programmation au Québec n’est actuellement que virtuelle », nous répond la responsable des relations scoutes chez Scouts Canada, Mary-Pauline Vatsis.

En entrevue avec Les Versants, Annick Daigle fait part de déception au sein des bénévoles. De la tristesse aussi. « Jamais auparavant nous n’avions annulé. »

Perte financière

Outre le traditionnel rendez-vous qui n’aura pas lieu, l’annulation de l’activité représente aussi une perte financière importante pour le 1st Mount Bruno Scouts, soit de l’ordre de 2000 à 3000 $. Les profits obtenus permettent de subventionner les événements, les sorties, une partie des frais pour les camps et autres activités des jeunes pour l’année. « Pour nous, la vente de sapins, c’est la seule source de financement du groupe. Pour cette raison, nous n’avons pas pris à la légère la décision de Scouts Canada », rétorque Annick Daigle.

Par contre, parce que les activités ont été réduites depuis le début de la pandémie, en mars dernier, et parce que le camp, prévu à Magog, a également été rayé du calendrier, la perte financière fait moins mal. « Plusieurs de nos dépenses sont consacrées au camp, afin que ça ne coûte rien aux jeunes. Nourriture et activités, par exemple. Mais le camp n’aura pas lieu. C’est la raison pour laquelle même si nous ne faisons pas de vente d’arbres de Noël cette année, l’organisme devrait survivre malgré le manque à gagner », explique-t-elle.

Cependant, si la pandémie se poursuivait l’an prochain et qu’elle entraînait en plus l’annulation de l’activité de financement en décembre 2021, les choses se compliqueraient pour le 1st Mount Bruno Scouts. « On serait peut-être alors forcés de trouver une autre source de revenus, un autre moyen de financement », ajoute Mme Daigle.

De retour en 2021… si ça va bien

Populaire auprès de la population, cette vente de sapins baumiers attire de fidèles clients chaque année. Les bénévoles sur le site parviennent fréquemment à écouler tous les conifères avant la dernière journée. « Bien sûr, il y a de l’offre ailleurs… alors il y a une préoccupation à savoir si les gens vont nous revenir en 2021. On ne veut pas semer un doute chez les citoyens. Si tout va bien avec la COVID, nous reviendrons l’année prochaine », promet Annick Daigle.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires