Une année exceptionnelle pour Étienne Hébert

Une année exceptionnelle pour Étienne Hébert

courtoisie de Bernard Pigeon

Ski de fond

Le skieur du club Monteriski à Saint-Bruno-de-Montarville devient à 18 ans le nouveau champion canadien chez les juniors garçons.

Étienne Hébert avait beaucoup d’espoir pour sa saison de ski de fond, mais loin de lui de penser qu’il aurait eu d’aussi bons résultats. « J’aurais été satisfait de finir dans les cinq premiers, même si j’avais la victoire en tête, mais je ne m’attendais pas à d’aussi bons résultats », explique l’athlète de 18 ans. Le Varennois revient tout juste des Championnats canadiens de ski de fond, qui se sont tenus à Whitehorse au Yukon la semaine dernière, avec la médaille d’or autour du cou.

« Étienne conclut une saison de rêve ayant été sélectionné plus tôt cet hiver par Ski de fond Canada pour représenter son pays pour une compétition du championnat allemand où il est monté sur le podium », précise son père François Hébert. Son fils avait alors remporté la médaille de bronze à Oberhof en Allemagne. Le skieur s’était là encore étonné de son très bon résultat. « Je m’attendais à avoir de bons résultats cet hiver, mais la troisième place à Oberhof me prouve que les efforts mis à l’entraînement portent leurs fruits », disait-il.   

Le ski de fond est une activité familiale chez les Hébert. À 3 ans, Étienne faisait ses débuts en ski en suivant toute sa famille, comme son frère, Antoine, qui était alors âgé de 4 ans. Aujourd’hui, ils sont encore ensemble sur les pistes et à eux deux, ils cumulent les titres avec le Club Monteriski. Alors qu’Étienne terminait premier au Championnat canadien, Antoine n’était pas loin derrière à la 7e place. Pendant qu’Étienne privilégiait les courses internationales cette année, Antoine, membre de l’équipe du Québec de ski de fond, a occupé la place dans la Province en rapportant au cumulatif la Coupe Québec. « J’ai raté plusieurs courses québécoises cette année en allant en Allemagne et en Suisse. C’est pour cela que je n’ai pas pu me qualifier avec Équipe Québec cette année, mais c’est mon objectif l’an prochain », avance Étienne, qui a aussi l’objectif pour la prochaine saison de participer à des courses internationales et d’acquérir une expérience européenne.

Coût

Il est souvent question du coût que doivent débourser certains parents pour suivre les rêves sportifs de leurs enfants, au hockey, par exemple. En ski de fond, le prix de l’équipement n’est pas gratuit non plus pour Étienne. « Le ski de fond, c’est très coûteux. Nous avons besoin de plusieurs paires de skis pour nous adapter aux conditions météorologiques. Cette année, j’ai les services d’un commanditaire pour couvrir les frais de l’équipement, mais il reste tous les déplacements comme au Yukon la semaine dernière », dit-il.

Étienne vise l’hiver prochain une sélection pour les mondiaux juniors qui devraient se dérouler aux États-Unis, d’aussi bons résultats au Championnat canadien à Canmore et une intégration à Équipe Québec. « J’aime beaucoup mon club et on a un encadrement exceptionnel. Je ne le quitterai que si je dois déménager au Centre national de ski de fond Canada. »

Comme tout athlète, le rêve ultime du fondeur serait « d’accéder aux Jeux Olympiques. Avec les résultats de cette année, j’ai un peu plus cette idée derrière la tête ».

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des