Un retour à la normale

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Un retour à la normale
Le conseiller municipal, Richard Pelletier, et le maire de Saint-Basile-le-Grand, Yves Lessard. (Photo : Frank Jr Rodi)

Budget à Saint-Basile-le-Grand

C’est cette semaine que seront distribués les avis d’imposition aux propriétaires grandbasilois pour l’année 2020. Le paiement en six versements est prévu les 11 mars, 27 avril, 11 juin, 27 juillet, 10 septembre et 26 octobre.

À Saint-Basile-le-Grand, rappelons que les propriétaires verront leur avis d’imposition résidentiel augmenter en moyenne de 2,83 % en 2020, soit une hausse de tout près de 90 $. Le budget de la Ville, de l’ordre de 26 943 547 $, a été adopté par le conseil municipal en décembre dernier lors d’une séance extraordinaire.

Après des hausses moyennes de 7,62 % (budget 2019) et 5,95 % (budget 2018) lors des deux dernières années, force est d’admettre que c’est donc un retour à la normale.

« Je crois que le message passe. » – Yves Lessard

En rencontre avec Les Versants, le maire, Yves Lessard, et le conseiller responsable du dossier des finances, Richard Pelletier, ont résumé les plus récentes prévisions budgétaires. « Notre travail n’est pas encore terminé, mais c’est un budget qui vient confirmer nos orientations et pérenniser les mesures prévues dans notre Plan de mise à niveau des infrastructures, notamment », répond d’entrée de jeu M. Lessard.

Pour le conseiller municipal Richard Pelletier, il s’agit d’un budget marqué par l’équilibre entre besoins à prioriser et entretien des infrastructures : « Nous avons assis des bases très saines – nous avons réglé l’utilisation de surplus – sur lesquelles nous allons poursuivre. Je parle d’équilibre pas juste au niveau des finances, mais aussi, c’est qu’on se promet de faire, un minimum d’ajouts de services là où les besoins étaient les plus importants pour les citoyens. »

L’année dernière, afin de limiter au maximum les dépenses, le Marché champêtre de Noël a été annulé (mais le défilé du père Noël a été maintenu), le nombre de spectacles des Dimanches sur le parvis a été réduit de quatre à trois représentations, et la campagne de sensibilisation des matières putrescibles a été repoussée ultérieurement. Cette année, le conseil municipal n’a pas eu besoin d’annoncer de coupes semblables pour en arriver à une hausse de 2,83 %. Richard Pelletier confirme l’exercice : « Contrairement à 2019, où [notre travail était] quasiment chirurgical, cette fois, nous n’avons pas eu de coupes à faire pour en arriver là. En plus, nous avons ajouté des services, à gauche à droite, tout en demeurant prudents quand même; on est serrés. Ce qu’on ne pouvait pas se permettre l’an dernier. »

« Un très bon budget » selon des citoyens

Lorsque le budget 2020 a été adopté en décembre dernier, des gens à l’assemblée extraordinaire se sont adressés aux membres du conseil municipal. « Je suis déçue… je ne peux pas chialer contre ce budget. Ce n’est pas dans mes habitudes! », de mentionner une citoyenne de la rue de la Diligence. Un deuxième intervenant a qualifié le budget « d’excellent, même très bon! »

À ce propos, le maire estime que les citoyens de Saint-Basile-le-Grand ont compris qu’il y avait un virage à faire, car il le perçoit chez plusieurs d’entre eux. « Il y a une phrase qui revient souvent : “On est rendus là!” Je crois que le message passe. Si les gens ne nous suivaient pas dans ça, même quand on pourrait être rendus à 2 % ou 1,5 %, ils l’auraient toujours sur le cœur. Or, ils ne traînent pas cela. Ça m’encourage pour les conseils à venir, et ce, peu importe qui sera en place », dit-il. Yves Lessard évoque à nouveau que la dette de la Ville ne se trouve pas à la caisse, mais sous le bitume. « Ce sont les rues qui décident. »

Budget précampagne électorale?

Les prochaines élections municipales se dérouleront le 7 novembre 2021; dans environ 21 mois. Quand on leur demande si le budget 2020 en est un de précampagne électorale, le maire Lessard sursaute et assure que « ce n’est pas ce que j’avais en tête ». Richard Pelletier prend la balle au bond et ajoute : « Je dirais que c’est l’inverse d’un budget préélectoral. À 2,83 %, c’est un budget honnête, serré; nous avons taxé exactement ce que nous étions capables d’aller chercher. Si nous avions voulu que ce soit électoral, nous aurions pu nous rendre à 3 %, voire 3,5 %, pour nous faire des surplus, et nous donner du lousse pour 2021. Parce que c’est l’an prochain qui sera le plus critique. »

Grâce aux effets du nouveau pacte fiscal (un retour de 142 000 $ pour Saint-Basile-le-Grand) et à la baisse des contributions obligatoires aux organismes régionaux, la Municipalité estime pouvoir réaliser cette année des projets spéciaux d’une valeur de 325 000 $. Entre autres, alimenter en eau courante le jardin communautaire du parc Duquet, procéder à une étude de la circulation du secteur de la montée des Trinitaires et de la route 116, amorcer les travaux de réfection de la maison des Scouts et de l’édifice Jeannine-Trudeau-Brosseau afin de maintenir les actifs de la Ville, bonifier les services d’écocentre et le ramassage des branches… « Cette année, nous allons investir dans les bâtiments, souligne M. Lessard. Aussi apporter des mesures pour sécuriser le coin de la montée des Trinitaires, de la route 116 et du nouveau plateau commercial. Il y a là un problème majeur aux heures de pointe, amplifié par l’ajout de commerces, mais aussi parce que c’est une circulation de transit. C’est une intersection complexe et chaotique dans un périmètre très limité. Nous allons analyser la situation en 2020. Subséquemment, nous allons proposer des modifications à la configuration de ce plateau. »

Vers le budget 2021

À la mairie de Saint-Basile-le-Grand, le travail en vue des prévisions budgétaires 2021 est déjà amorcé, selon Richard Pelletier : « Nous avons commencé, d’une certaine façon. Le scénario privilégié est de ne pas emprunter des surplus pour payer des dépenses récurrentes. Parce que si c’était ce que nous faisions, nous ne ferions que pelleter par en avant pour le prochain budget. C’est ce qui se passait auparavant. Les dépenses récurrentes, nous allons les assumer. Quand nous terminerons ce mandat, nous le finirons de la même façon : sans pelleter par en avant. »

QUESTION AUX LECTEURS :

Que pensez-vous de ce budget 2020?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des