Un PTI ambitieux à Saint-Bruno

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Un PTI ambitieux à Saint-Bruno
Les terrains de baseball du parc Rabastalière devraient demeurer intouchés. (Photo : Archives)

La Ville de Saint-Bruno a mis la barre haut dans ses prévisions budgétaires des trois prochaines années. Dans son Programme triennal d’immobilisations 2020 – 2021 – 2022, elle prévoit des projets pour plus de 124 millions de dollars alors qu’en moyenne, les projets prévisionnels sur trois ans sont d’environ 50 millions de dollars.

Saint-Bruno a fait beaucoup de bénéfices dans la vente de terrains du côté de sa zone industrielle. Ces millions accumulés pourraient servir très bientôt aux projets ambitieux, mais coûteux, qu’envisage la Ville.

Honoraires professionnels pour l’étude d’un complexe multisport au coût de 1 million de dollars; reconstruction rue Montarville, de Seigneurial à Rabastalière, pour 3,5 millions; aménagement d’un rond-point rue Laure-Gaudrault pour 500 000 $; ajout d’un trottoir et réfection de la chaussée rue du Sommet-Trinité pour plus de 1 million; réfection des huit terrains de tennis du parc Bisaillon pour plus de 2 millions; aménagement d’un terminus intermodal au centre-ville pour 3 millions; et surtout un montant de 49 millions prévu pour la construction d’un complexe multisport; ajout de feux de circulation aux intersections du boulevard Clairevue et Marie-Victorin bretelle sortie autoroute 30 pour 2,75 millions.

Avec seulement ces huit projets, la Ville prévoit dépenser près de 63 millions, déjà plus qu’une prévision moyenne d’un PTI les années précédentes.

Un PTI voté à l’unanimité

« L’ensemble des projets a semblé faire l’assentiment de tous les élus. Il faut faire attention cependant, tous les projets au PTI sont souhaitables, mais nous ne les ferons que si nous avons la capacité financière de les faire. Je peux même dire qu’il est hautement improbable que tous les projets puissent se faire dans les trois ans », a indiqué au journal le maire de Saint-Bruno, Martin Murray.

M. Murray pointe du doigt deux projets majeurs qu’il compte pouvoir effectuer dans les trois ans à venir. « Le projet de la construction d’un égout collecteur au Sud 116 traîne depuis plusieurs années. Le travail nécessitera 17 à 18 millions, mais nous avons des contraintes environnementales ou encore d’autorisation de passage sur certains terrains privés qui nous posent des problèmes de délais. Il y a aussi le Centre multisport. Est-ce que cela va se réaliser bientôt? J’espère. On sait que la localisation pose problème. »

« Saint-Bruno a toujours été en bonne santé financière. Avec le parc industriel, nous aurons des revenus additionnels, mais ce n’est pas parce qu’il y a de l’argent qui entre qu’il faut ouvrir les robinets à l’autre bout. » – Martin Murray

Rappelons qu’un PTI est un outil de planification permettant à une administration municipale de prioriser ses ressources financières en fonction d’objectifs définis. Adopté chaque année, le PTI permet d’avoir une vision globale des projets afin de mieux anticiper les besoins financiers. Les projets peuvent être modifiés en cours de route, puisque le PTI est un tableau de bord qui s’ajuste en fonction des défis, des besoins et des imprévus. Une fois adoptés, tous les projets du PTI, s’ils vont de l’avant, devront être soumis au conseil municipal pour approbation.

Une mairesse suppléante favorable

« La Ville a une bonne santé financière et le PTI n’inclut pas les subventions financières que nous pourrions avoir pour tous ces projets, donc, oui, il sera possible de réaliser ces projets ou de mettre en réserve l’argent prévu si le projet n’est pas réalisé pour le faire plus tard », d’indiquer Caroline Cossette, conseillère municipale indépendante, mais répondant au journal en tant que mairesse suppléante. Elle ajoute que ce PTI « est le premier depuis bien longtemps à avoir été voté unanimement, donc, oui, je suis à l’aise avec tous ces projets. Certains ont nécessité plus de discussions que d’autres, mais ils ont été tous validés. »

Le maire confirme que la santé financière de la municipalité est au rendez-vous. Rappelons que la Ville a récolté pour 2018 plus de 10 millions en développant son parc industriel. Un montant qui devrait avoisiner les 20 millions en 2019.

« Saint-Bruno a toujours été en bonne santé financière. Avec le parc industriel, nous aurons des revenus additionnels, mais ce n’est pas parce qu’il y a de l’argent qui entre qu’il faut ouvrir les robinets à l’autre bout », ajoute M. Murray, qui compte prioriser les projets relatifs à l’hygiène de la ville, comme le réseau des aqueducs, ou ceux concernant la sécurité publique. « Ce sont des projets incontournables. Le reste, ça peut attendre. Il est aussi primordial de contrôler notre dette. »

Quatre projets souhaités

Quand on demande au maire les trois projets qu’il aimerait voir aboutir dans les trois prochaines années, il en donne quatre. « L’égout collecteur sanitaire au Sud 116; la mise en place du programme de réfection d’aqueduc et de chaussée (PRAC); la réalisation du Complexe multisport, cela me tient beaucoup à cœur; enfin la restauration et le réaménagement du pourtour des lacs du Village et du Ruisseau. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des