Les sacrifiées de Lomé : un ouvrage qui séduit les professeurs de français

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Les sacrifiées de Lomé : un ouvrage qui séduit les professeurs de français
Caroline Auger a reçu le prix des enseignants de français pour son roman . (Photo : courtoisie)

Le 14 novembre à 18 h au Sheraton de Laval, dans le cadre du congrès de l’AQPF, Les sacrifiées de Lomé recevait le prix des enseignants de français (ANEL-AQPF), un livre pour adolescents écrit par Caroline Auger.

Dès son arrivée à Lomé, la capitale du Togo, une jeune cégépienne québécoise inscrite à un stage apprend avec horreur qu’une coopérante blanche a été assassinée quelques jours plus tôt. Ce meurtre sordide s’ajoute à ceux de trois autres femmes retrouvées mortes, le mois précédent, le corps aspergé de sang animal. Le policier chargé de l’enquête doit faire vite : le tueur rôde et il menace de sacrifier d’autres jeunes femmes.

Plongée dans la réalité togolaise où la société moderne doit coexister avec les traditions claniques du pays, Caroline Auger, auteure de Saint-Bruno et enseignante de français au Collège Durocher en 2 secondaire, a dû se remémorer ses souvenirs de voyages pour planter le décor de son roman : « Je suis allée à deux reprises faire un stage en enseignement au Togo. Cela m’a beaucoup marquée. J’ai également participé à un tournage qui s’y faisait en tant que recherchiste. Toutes les œuvres sont plus ou moins inspirées de ce que l’on a vécu, mais je ne vous dirai pas ce qui relève de l’autobiographie. »

« Ce prix, cela me touche particulièrement, car il est décerné par des professeurs de français, mes collègues. » – Caroline Auger

L’Afrique noire semble être une région qui la fascine. En 2017 déjà, elle avait choisi le Rwanda pour faire évoluer ses personnages dans son premier livre Les hyènes rôdent toujours. Un premier roman qui avait alors été finaliste au prix Cécile-Gagnon récompensant les premières œuvres de la relève en littérature pour la jeunesse, et au prix Bernadette-Renaud primant des œuvres de fiction pour la jeunesse.

Avec ce deuxième ouvrage, publié aux éditions Bayard Canada, la Montarvilloise décroche le prix des enseignants de français (ANEL-AQPF) pour l’année 2019 dans la catégorie 13-18 ans. « Ce prix, cela me touche particulièrement, car il est décerné par des professeurs de français, mes collègues. Ce ne sont pas que des professeurs de français qui y participent, par contre. »

Auteure-enseignante

L’auteure entame sa 22 année d’enseignement en français, au secondaire. Afin d’avoir le temps d’être auteure, elle semble avoir trouvé la formule gagnante pour aller jusqu’au bout de ses ouvrages. « J’écris essentiellement le matin, l’été, pendant les vacances scolaires et en fin de semaine pendant l’année. À ce rythme, cela m’a pris environ deux ans pour rédiger Les sacrifiés de Lomé. »

Et puis, en classe, elle peut faire profiter ses élèves de son expérience d’écriture dans les travaux de français : « Je suis désormais plus outillée pour le faire. »

Un troisième ouvrage en route

Un album illustré par Jean-Luc Trudel sortira au printemps. Il s’intitulera Une courtepointe pour Chehab, aussi aux éditions Bayard. L’ouvrage abordera « en douceur » l’intégration des immigrants. Encore une fois, Mme Auger s’est appuyée sur son vécu à travers l’amitié qui s’est créée entre sa fille et les enfants d’immigrés syriens venus habiter à Saint-Bruno : « Je me suis inspirée de cette famille syrienne qui a bénéficié à Saint-Bruno d’une extraordinaire intégration. »

Bibliographie

Les hyènes rôdent toujours, Soulières éditeur

Les sacrifiées de Lomé, Bayard

Une courtepointe pour Chehad, Bayard (disponible au printemps )

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des