Un nouveau projet de David Joubert

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Un nouveau projet de David Joubert
Le musicien originaire de Saint-Bruno-de-Montarville, David Joubert. (Photo : Nicolas Crevier)

Davy Vol. 1, l’album-roman

Deux ans après le disque Electric 8, David Joubert présente son nouveau projet artistique. Le Montarvillois d’origine, dont le nom d’artiste est DAVY, lancera Davy Vol.1, un album-roman, le samedi 8 juin, au Centre Marcel-Dulude de Saint-Bruno.

L’auteur-compositeur-interprète David Joubert est de retour, deux ans après Electric 8, un mini-album proposé en 2017 lors d’un lancement à la Maison de la culture Villebon, à Beloeil.

« J’ai toujours écris. » -David Joubert

Son nom évoquera peut-être quelque chose pour certains lecteurs. En effet, David Joubert a déjà offert des prestations devant La Tasse verte, à Saint-Bruno. D’autres se rappelleront peut-être sa collaboration avec la chanteuse montarvilloise Éloïse Boutin-Masse.

Mais aujourd’hui, David Joubert propose Davy Vol.1, un roman et un opus, les deux médiums se complétant l’un et l’autre. Il parle d’un « projet immense ». Questionné par Les Versants, il précise : « C’est un roman complet avec une trentaine de chansons. Le marché actuel ne peut pas accueillir un projet de ce genre, c’est trop coûteux. La solution a été de couper en différents “volumes” le tout. Je serai en mesure de présenter les volume 1 et 2 pour le 8 juin. La suite viendra un peu plus tard. »

Il poursuit : « Dans ce livre, qui s’harmonise avec l’album, je raconte ma vie de musicien et les dessous du métier. Je raconte mes anecdotes de vie, principalement celles des deux dernières années », explique au journal David Joubert. Car, depuis 2017, il s’en est passé des choses dans l’entourage de l’artiste. « Depuis mon dernier disque, ma vie a été très mouvementée… encore! » avoue-t-il.

Une rupture difficile le force à renoncer à son école de musique et à différents contrats dans le réseau des bars et des corpos. « J’étais perdu », dira-t-il. Entre deux prestations, au bar ou encore dans le cadre d’une première partie d’humoriste, David Joubert erre dans des Airbnb. « Il s’en est passé des affaires bizarres et cocasses dans ces shows-là! C’est pour cette raison qu’il faut lire le livre! » de conseiller l’artiste.

Pour le livre, il évoque un fantasme d’ado. « Mais je n’osais jamais parce que j’ai un énorme respect pour la littérature. Même si j’ai toujours écrit, j’avais le syndrome de l’imposteur. L’ère du multidisciplinaire et quelques amis m’ont convaincu de tenter ma chance; j’ai beaucoup aimé l’expérience. J’espère que les gens apprécieront ce petit extra à ma musique. »

Un métier difficile

Après des années de spectacles, d’enseignement et de vie en studio, le musicien était de retour à la case départ. « Personne ne pouvait vraiment m’aider, professionnellement. Le monde en arrache tellement dans ce métier! » Pour la première fois depuis longtemps, il met la musique en sourdine, et part à la recherche d’un nouvel emploi. Pour lui venir en aide, sa mère accepte de l’héberger.

Une porte de sortie

Par l’entremise d’un ami qui lui demande de lui venir en aide dans un studio, le Montarvillois d’origine rencontre le propriétaire du studio, nul autre que Michel Cusson. Ce dernier est bien connu dans le domaine, d’abord en tant que membre du groupe UZEB, d’autre part comme compositeur de musique de films et de téléséries. Un mois plus tard, David Joubert collabore avec l’équipe de M. Cusson sur divers projets et enregistre même son nouveau disque sur place, Davy Vol. 1, fin prêt à être présenté au public montarvillois, le 8 juin.

Les billets et l’album-roman sont en prévente sur le site Internet www.chezdavy.com.

QUESTION AUX LECTEURS : Assisterez-vous au lancement de David Joubert?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des