Un Montarvillois de 63 ans aux championnats mondiaux d’Ironman

Photo de Gabriel Provost
Par Gabriel Provost
Un Montarvillois de 63 ans aux championnats mondiaux d’Ironman
Pierre Paquette a gardé le sourire tout au long de la compétition. (Photo: courtoisie)

À 63 ans, un Montarvillois a réussi à compléter une épreuve Ironman et à terminer sixième de sa catégorie d’âge, le qualifiant pour les championnats mondiaux.

Pierre Paquette en est à sa dixième année comme coureur. Avant ses 53 ans, il ne faisait pas de course. « J’avais déjà essayé de faire un marathon presque sans entraînement à l’âge de 22 ans, mais j’ai arrêté de courir par la suite », indique-t-il en entrevue avec le journal Les Versants. « À mes 53 ans, j’ai eu une condition de santé importante qui a fait en sorte de me pousser à faire davantage d’activité physique. J’ai commencé à la base, puis je me suis lancé dans des courses à des montagnes comme le Mont-Saint-Bruno et le Mont-Saint-Hilaire. »

Pendant plusieurs années, il s’est ensuite inscrit à diverses courses avec sa conjointe, qu’il a rencontrée après son premier triathlon. Ce type d’épreuve est composé de trois disciplines, soit la natation, le vélo et la course  à pieds. Contrairement à l’Ironman, qui requiert que les participants complètent 3,8 km de nage, 180,2 km de vélo et un marathon (42,195 km), le triathlon peut avoir des distances variables, tant qu’il inclut les trois sports.

M. Paquette a terminé 6ème de sa catégorie lors de la compétition du 21 novembre dernier. (Photo: courtoisie)

Épreuves plus demandantes

Au fil des entraînements de groupe et des différentes courses, triathlons et marathons, M. Paquette a réussi à développer sa forme physique à un point où il pouvait viser des épreuves de plus en plus difficiles. « En 2014, j’ai participé à ce qu’on appelle un 70,3, soit un demi Ironman, qui se déroulait à Mont-Tremblant. » Cette épreuve lui a donné la piqûre et l’a fait voyager dans plusieurs pays pour participer à d’autres défis amateurs.

Jusqu’à 2020, le sportif ne souhaitait toutefois pas se lancer dans un Ironman complet vu la difficulté que représentait la réalisation d’un tel défi sportif. « Finalement, j’ai choisi un entraîneur et j’ai commencé à m’entraîner le 1er novembre 2020 avec des plans hebdomadaires pour participer au Ironman prévu à Mont-Tremblant au mois d’août 2021. » Au courant de cette année de préparation, qui s’est finalement échelonnée du 1er novembre 2020 au 21 novembre 2021, M. Paquette, qui est travailleur autonome, estime avoir passé 700 heures à l’entraînement, pour un total de 10 000 km de vélo, 2500 km de course et environ 500 km de nage et également des distances effectuées en skis de fond.

Pandémie de COVID-19 oblige, l’événement a été reporté, puis annulé et changé pour un autre en Colombie-Britannique, qui a également été annulé par la suite. C’est finalement à celui de Tempe, en Arizona, que Pierre Paquette s’est inscrit et qui s’est déroulé comme prévu le 21 novembre dernier.

11h54:56

C’est le temps qu’a mis Pierre Paquette à parcourir les 3,8km de nâge, 180,2km de vélo et 42,195km de course à pieds du Ironman à Tempe

Davantage d’entraînement

Grâce au report de l’événement par rapport au plan initial, l’athlète estime qu’il a pu « faire davantage d’entraînement et avoir une meilleure forme physique. Je m’étais fixé trois objectifs et je les ai tous atteint. Pour la nage, je voulais simplement être capable de sortir de l’eau puisque je ne me considère pas comme un grand nageur. Pour le vélo, je voulais faire les 180km en six heures et pour la course, je tenais à la terminer sans jamais m’arrêter de courir », dit-il. Sur les 99 participants de sa catégorie d’âge, seuls 79 ont réussi à compléter l’épreuve de façon intégrale. Le Montarvillois a pour sa part réussi à faire l’entièreté de la compétition en un temps de 11h54 et 56 secondes.

Grâce à ce chrono, celui qui portait le numéro 966 pour le Ironman de Tempe a pu se tailler une place parmi les champions du monde de sa catégorie, qui compétitionneront en mai prochain à St-Georges, en Utah. « Je vais travailler fort pour essayer d’atteindre le top 20 et j’aimerais même me rendre dans le top 10 des participants de ma catégorie à St-Georges. »

Routine de maintenance

D’ici là, Pierre Paquette en est à reprendre ses énergies pour pouvoir recommencer à faire des épreuves qui le mèneront aux championnats Ironman. Il estime qu’il n’a jamais été aussi en forme et en santé qu’il l’est présentement et indique que s’il est arrivé à accomplir l’exploit de terminer un Ironman à son âge, c’est entre autres parce qu’il a commencé par la base et n’a pas tenté de compléter un défi trop difficile dès le départ, qui l’aurait découragé à continuer.

Il a également dû mettre beaucoup d’efforts pour y arriver, en suivant notamment un régime alimentaire précis et strict et en s’entraînant environ 20 heures par semaine. « C’est une question de motivation et d’organisation et on trouve le temps de le faire quand on y croit. Il faut y aller graduellement et se fixer un horizon dans le temps. » Il reconnaît cependant que le fait que ses enfants soient plus vieux l’a aidé à y arriver étant donné qu’il peut s’entraîner plus longtemps durant les fins de semaines.    

Quelle est la plus grande réussite que vous avez accomplie dans votre vie?

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Lise Paquette
Lise Paquette
1 mois

Wow quel bel exemple de détermination !