Un challenge de patinage artistique

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Un challenge de patinage artistique
Dans l’ordre : les patineuses Myriam Côté Morin, Nathalie Thibodeau, Anick Hamel, Anny Carrier, Évelyne Desmarais, Nathalie Gagnon ainsi que Stéphanie Audrain. À l’arrière, les entraîneuses Christine Lanoue et Christine Desmeules, de même qu’André-Marc Allain, directeur haute performance à Patinage Québec et juge de niveau international. (Photo : courtoisie)

Jeux mondiaux d’hiver des maîtres

Sept patineuses de la Rive-Sud (Montréal) prennent part aux Jeux mondiaux d’hiver des maîtres (Winter World Master Games). Elles sont à Innsbruck, en Autriche, du 10 au 19 janvier.

Les sept femmes s’entendent pour dire qu’elles y vont « pour le plaisir et pour se dépasser comme patineuses adultes ».

Parmi le lot de Rivesudoises, notons la présence de Nathalie Thibodeau, du Club de patinage artistique (CPA) Saint-Bruno-de-Montarville, de même que Myriam Côté Morin et Évelyne Desmarais, du CPA Saint-Basile-le-Grand. « Nous l’appelons notre “trip de sacoches’’, de mentionner Nathalie Thibodeau, en entrevue avec Les Versants. Parce que c’est littéralement un véritable trip que nous voulions vivre toutes ensemble. Un challenge personnel. »

Elles sont accompagnées aussi de Nathalie Gagnon, du CPA Chambly, de même que de Stéphanie Audrain, Isabelle Bernatchez et d’Anick Hamel, du CPA Saint-Hubert.

« Nous allons vivre notre passion du patinage artistique dans le cadre d’un événement international. » – Nathalie Thibodeau

Ce terme, « challenge », revient chez la plupart des patineuses interrogées par le journal, dont la Grandbasiloise Évelyne Desmarais. À l’aube de la quarantaine, elle évoque un « beau défi à relever ». Jointe alors qu’elle était en route vers l’aéroport, elle insiste : « Jamais je n’aurais pu imaginer, à bientôt 40 ans, pouvoir revivre la frénésie d’une compétition de patinage d’une telle ampleur, à l’international de surcroît. » Ce n’est que récemment qu’Évelyne Desmarais a su retrouver ce plaisir d’être sur la glace. Elle a entamé son aventure avec le patintoute jeune et l’a poursuivie jusqu’à l’âge de 20 ans, participant notamment à des spectacles en Chine et sur des croisières. Elle a ensuite arrêté pendant près de 15 ans. « J’ai recommencé il y a environ un an et demi. J’ai retrouvé mon amour pour ce sport, ma passion, mon plaisir, que je partage avec une communauté adulte. »

Pour sa part, Myriam Côté Morin parle des Jeux mondiaux des maîtres comme d’une occasion en or. « C’est une chance incroyable de pouvoir y prendre part! Ce sont nos Jeux olympiques à nous, l’occasion de mesurer ce que nous valons au niveau international », note la Grandbasiloise. Maman de quatre enfants, elle témoigne que les patineuses sont pour elle une deuxième famille. « Quand je suis sur la glace, j’oublie tout; c’est mon moment, vital pour moi, qui me permet à la fois de faire le vide et de faire le plein. Je ne pense à rien et c’est passionnant. »

C’est la première fois que le patinage artistique est présenté aux Jeux mondiaux d’hiver des maîtres. En 2015, l’événement avait lieu à Québec. Des épreuves de hockey sur glace, de curling, de ski alpin, de patinage courte piste et de biathlon avaient notamment été disputées. « C’est quelque chose de nouveau, et il y a un réel engouement!, raconte Nathalie Thibodeau, qui performe dans la catégorie Dames bronze classe III; elle proposera une routine en patinage artistique et une autre en style libre. C’est énorme que le patinage artistique soit maintenant accepté! »

Vivre sa passion

Les patineuses, comme les autres participants, n’ont pas eu à être sélectionnées pour assurer leur place aux Jeux mondiaux des maîtres. « On s’inscrit, on paie et puis on y va! », d’indiquer la Montarvilloise, qui s’est inscrite au rendez-vous il y a tout près d’une année, en février dernier. Or, les places sont limitées. « Je me souviens que nous avions toutes mis nos cadrans en pleine nuit pour l’inscription, prévue à 8 h, heure d’Autriche! Depuis, nous nous entraînons et soignons de petites blessures en vue de l’événement. » Le coût d’adhésion, autour de 200 $, est minime, selon la principale intéressée. Cependant, les athlètes qui partent pour Innsbruck 2020 doivent aussi assurer les frais d’hôtel, d’avion, de déplacement… Peu importe la dépense, les filles vivent un rêve. « Au lieu d’aller dans le Sud, nous, nous allons vivre notre passion du patinage artistique dans le cadre d’un événement international », poursuit celle qui est aussi présidente du CPA Saint-Bruno. D’autres patineurs provenant de l’Italie, de la Russie, des États-Unis, du Japon ou encore de la Norvège devraient aussi performer sur la surface glacée.

Originalement, elles étaient huit femmes de la Rive-Sud, mais Anny Carrier, du CPA Saint-Bruno-de-Montarville, inscrite dans la catégorie Dames or classe III, a dû se retirer la semaine dernière en raison d’une blessure. « Anny avait des chances de monter sur le podium; son retrait est un coup dur pour nous », soutient Mme Thibodeau.

Mais Anny Carrier n’est pas la seule à qui le podium serait potentiel. Selon Nathalie Thibodeau, les Myriam Côté Morin, en Dames argent classe I, et Évelyne Desmarais, en Dames or classe II, auraient aussi des chances de médailles. « Ce sont des patineuses solides, des athlètes de haut niveau! »

De son côté, Évelyne Desmarais n’a pas d’attente : « Mon objectif, c’est de patiner le mieux possible, de bien performer, et de m’amuser. Je ne connais pas les autres patineuses de ma catégorie… Terminer dans le top 10, je serais satisfaite. » Myriam Côté Morin abonde dans le même sens : « Nous sommes 28 dans ma catégorie, un top 10 serait parfait! »

Individuellement, elles ont chacune leur objectif personnel. Celui de Nathalie Thibodeau est de sortir en milieu de peloton dans son groupe. « Contrairement à d’autres patineuses, je n’ai pas de talent particulier. Je suis des cours depuis longtemps, parce que j’adore le patin. Mais au-delà du patin, ce but commun que nous avons depuis un an, ce sont aussi de belles rencontres humaines, des amitiés qui vont durer toute la vie », conclut-elle.

QUESTION AUX LECTEURS :

Quelle est votre passion?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des