Un couple qui se marie bien!

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Un couple qui se marie bien!

La Saint-Valentin et le chocolat

Tout le monde le sait : le chocolat fait partie des incontournables à offrir lors de la fête des amoureux. À l’instar des fleurs, la friandise reste un présent que l’autre moitié aime recevoir lorsqu’arrive la fête de l’amour. Il suffit de savoir comment en faire cadeau. Le journal a rencontré le chocolatier du coin, Hubert Heyez, propriétaire de la chocolaterie Heyez, histoire de vous mettre l’eau à la bouche.

« C’est une fête non négligeable. Et le chocolat est un produit qui s’adapte bien à cette célébration. Avec les fêtes de Pâques et de Noël, la Saint-Valentin est très populaire à la chocolaterie », lance d’entrée de jeu Hubert Heyez.

Installée à Saint-Bruno depuis octobre 1986, la chocolaterie Heyez doit son nom au fondateur, Charles Heyez, originaire de Belgique. Avant d’arriver ici, la boutique existait déjà depuis quarante ans en Europe. Aujourd’hui, elle est au 16, chemin De La Rabastalière Est. Et elle n’a plus besoin de présentation

En entrant dans le commerce, la première chose qui se remarque, c’est l’odeur. La bonne odeur du chocolat évidemment, qui est présente partout dans le local. Elle nous titille le nez et nous fait saliver, surtout à la vue des nombreux chocolats derrière les vitrines.    

Le fils, Hubert Heyez, propriétaire du commerce avec sa mère Janine ainsi que sa femme Annie, affirme que le chocolat est toujours un bon vendeur. Malgré quelques nouveautés pour l’occasion, comme un montage de poissons en chocolat qui se bécotent et que l’on peut admirer en entrant dans le commerce, ainsi qu’une thématique cinéma pour célébrer la Saint-Valentin, la tradition demeure et les cœurs rouges garnis de petites friandises chocolatées sont encore très populaires. « Même s’il y a toujours quelque chose de nouveau, des boîtes différentes, de nouvelles couleurs, les gens sont très traditionnels. Ils aiment ce qui est classique, par exemple le cœur et la couleur rouge », explique le chocolatier diplômé en Belgique. Ce dernier confectionne ses coeurs en différents modèles, différentes grosseurs et différentes saveurs. 

Selon sa femme Annie, qui s’occupe de l’administration, les ventes de détail effectuées durant la période de la Saint-Valentin représentent de 20 à 25 % du chiffre d’affaires de l’entreprise.  

Interrogé à savoir qui se manifestait le plus souvent pour offrir la sucrerie lors de la fête en question, l’entrepreneur affirme que c’est sensiblement moitié-moitié, bien qu’il y ait une légère avance pour la gent masculine. Sa femme précise : « Pour les achats compulsifs et de dernière minute, il y a une file d’attente d’hommes! »

Hubert Heyez confectionne lui-même ses moules pour ses pièces en chocolat, et ce, selon son imagination, ou les demandes spéciales des clients. À l’entrée de la chocolaterie, on peut voir plusieurs de ces fameuses pièces qui ont fait la renommée de l’entreprise. Certaines de ces réalisations se retrouvent d’ailleurs dans les salles de mariage, afin de remplacer le traditionnel gâteau! « Ça prend de la recherche et de l’imagination pour concocter ces pièces. Chaque fois, ça vient combler mon côté artistique », de poursuivre Hubert Heyez. Selon lui, il y a la chocolaterie de production, et la chocolaterie d’art. « C’est pas le même feeling de créer de telles pièces. »

Pour les curieux, les petites bouchées vendues en vitrine les plus populaires demeurent, et ce, depuis les débuts du commerce, la casquette et le baril au caramel. « Ce sont des classiques indémodables! »

Une visite dans le magasin vaut la peine seulement pour observer toutes les pièces confectionnées afin de souligner la Saint-Valentin. Il y en a de toutes les sortes et pour tous les goûts, dont, naturellement, plusieurs modèles de boîtes pleines de petites gâteries à prix variés, pour tous les budgets. « Donner du chocolat fait toujours plaisir, à condition d’y aller avec ce que la douce moitié apprécie le plus. C’est un cadeau qui s’offre et se reçoit bien. La personne qui arrive avec du chocolat en cadeau n’a jamais l’air fou, et ce, pour un prix raisonnable », de conclure Hubert Heyez. 

www.heyez.com.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des