Un « coup de foudre » scolaire

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Un « coup de foudre » scolaire
(Photo : Frank Jr Rodi )

Saint-Valentin

Pour souligner la Saint-Valentin, prévue au calendrier ce jeudi, le journal Les Versants a rencontré un jeune couple. L’amour et la Saint-Valentin dans les yeux d’enfants de 12 ans.
À l’École primaire de la Mosaïque, à Saint-Basile-le-Grand, Béatrice Cochrane et Marc-Antoine Jourdain se connaissent depuis la 1re année. Mais c’est à la fin de la 4e qu’un couple s’est officiellement formé entre eux. « En fait, dès la 3e année, mes amis avaient remarqué que je m’intéressais à lui, qu’il y avait quelque chose », observe Béatrice. Pour Marc-Antoine, ce fut un « coup de foudre »! Ce qui fait dire à Béatrice « que nous sommes, selon moi, le couple qui dure depuis le plus longtemps à l’école ».

Des qualités

« Elle est gentille, souriante, pétillante. Ça veut dire vive d’esprit. Et elle chante bien », mentionne Marc-Antoine, président du conseil des élèves de son école. Pour expliquer ses propos, il évoque les prestations de Béatrice à un spectacle de talents à la Mosaïque. Elle avait proposé « C’est la fête », du film La belle et la bête. Elle interprète aussi « Les Champs-Élysées », un titre que Marc-Antoine a appris afin de le lui chanter. « Il est gentil, attentionné de toutes les façons possibles et s’intéresse à ce que je fais. Il chante bien… ça dépend! », poursuit Béatrice.
Quant aux défauts, ils semblent quasi inexistants. « Je sais que je parle souvent », évoque celle qui résume sur vidéo les résultats des matchs de la ligue de hockey cosom de l’école sur la page Facebook. « Ce n’est pas un défaut, trop parler », intervient Marc-Antoine, un « garçon timide auprès des personnes qu’il ne connaît pas ».
Pour lui, l’amour, « c’est d’être avec quelqu’un qu’on aime et avec qui on se sent bien », alors que pour elle, « c’est d’être toujours heureux quand on rencontre la personne qu’on aime ».

C’est quoi, la Saint-Valentin?

Pour certains, la Saint-Valentin, c’est du chocolat, des fleurs, des soupers en amoureux ou encore des souvenirs passés avec les enfants. Pour Béatrice, la Saint-Valentin représente l’amour, mais c’est aussi l’occasion de célébrer avec « quelqu’un qu’on aime ». Pour sa part, Marc-Antoine associe aussi la fête du 14 février à l’amour. Quand on leur demande s’ils ont prévu quelque chose pour souligner l’événement, Marc-Antoine s’empresse de répondre qu’il va inviter Béatrice au cinéma. « Mais elle ne le sait pas, je ne lui avais pas encore dit… »

« Nous sommes, selon moi, le couple qui dure depuis le plus longtemps à l’école. » -Béatrice Cochrane

Ce ne sera pas une première sortie pour le duo amoureux. Ensemble, ils sont allés dans les salles obscures à quelques reprises. L’été, ils se donnent rendez-vous au parc des Trinitaires, en face de leur établissement scolaire, et tous les jours, les deux jeunes se rejoignent « au coin de la rue », pour parler avec d’autres copains du quartier.

Rencontres familiales

À deux ou trois occasions, Marc-Antoine a été invité pour souper chez Béatrice, à la suite d’une journée passée dans la piscine ou sur le trampoline de sa copine. Pour l’anniversaire du père de Marc-Antoine, Béatrice était présente, ce qui lui a permis de connaître la famille de son ami. « Tout le monde trouvait ça “cute”. Ils ont trouvé Béatrice très gentille », de commenter le garçon. De ces rencontres familiales, Béatrice dira : « Concernant Marc-Antoine, qui est attentionné et gentil, les amies de ma sœur me disent souvent : “Pourquoi je n’ai pas un gars comme ça, moi?” »
Aujourd’hui, tous les deux sont en train de vivre les derniers moments de leur stage primaire. Dès septembre, ils entreront dans la grande aventure du secondaire et pour la première fois depuis six ans, leur trajet du matin ne sera pas le même. «Je ne crois pas que cette “séparation” sera difficile. On se voit de toute façon à l’extérieur déjà », note Marc-Antoine, un sportif qui s’adonne au soccer, au karaté, à l’escalade, au hockey cosom. « C’est dommage, mais ce n’est pas comme si on habitait à l’autre bout du village, soutient Béatrice, qui pratique danse, hockey cosom et natation. Ma mère affirme qu’on va se voir encore. »
L’enseignante de Marc-Antoine, Marie-Ève Cardin, commente l’histoire de ce petit couple : « Je trouve ça bien, tant que les deux tourtereaux sont heureux dans leur relation et qu’ils se respectent. Ils en sont à leurs premiers papillons dans le ventre et découvrent ce qu’est l’amour et comment on prend soin de l’autre. On se souvient tous de nos béguins de jeunesse! Ce sont de beaux souvenirs! »

La Saint-Valentin à l’école

À l’École de la Mosaïque, la Saint-Valentin, c’est aussi l’occasion d’organiser des activités spéciales. « On lit un album intitulé La grande fabrique de mots, qui explique l’importance des mots offerts à ceux qu’on aime. Ensuite, les enfants choisissent leur mot le plus précieux, celui qui a le plus de valeur à leurs yeux. On les écrit ensemble dans un cœur qu’on affiche dans le corridor comme étant nos mots précieux. » Par ailleurs, le courrier des compliments, organisé par le conseil des élèves de l’école, sera aussi en fonction. Enfin, le jeudi, les élèves s’habillent en rose et rouge.
QUESTION AUX LECTEURS :
Comment soulignez-vous la Saint-Valentin?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des