Un club de lecture toujours plus populaire

Photo de Pascal Dugas Bourdon
Par Pascal Dugas Bourdon
Un club de lecture toujours plus populaire
L’animatrice du club, Natahlie Ferraris (Photo: Archives)

Victime de sa popularité, le Club de lecture de la bibliothèque de Saint-Basile ouvre une nouvelle soirée d’échange, une situation qui réjouit son animatrice Nathalie Ferraris.

« Dès ma deuxième saison, il y a eu une forte demande. Beaucoup de gens ont dû se contenter de la liste d’attente. Finalement, on a décidé d’ouvrir un deuxième groupe vu la forte demande », a raconté Mme Ferraris au Journal de Saint-Basile.

« Dans les clubs de lecture, il y a beaucoup de respect et d’écoute » -France Goyette

Depuis environ trois ans, le Club de lecture de la bibliothèque Roland-LeBlanc rassemble une douzaine de lecteurs un mercredi soir par mois dans le but d’échanger sur des œuvres littéraires. Dès le 25 février, un nouveau cercle de lecture verra le jour le mardi soir, étant donné la popularité de l’exercice.

« On s’attarde à l’histoire, aux personnages, à l’intrigue, à la langue. Bref, on décortique l’œuvre pour l’apprécier davantage », a expliqué Mme Ferraris, qui animera le Club pour une troisième saison de suite.

Les œuvres doivent avoir une diversité de styles et idéalement mettre en vedette des auteurs de différentes origines. « Ça prend au moins un livre québécois par saison. Ça, j’y tiens »

Cette saison, Eric-Emmanuel Schmitt, Jonas Jonasson, Lise Tremblay et Michel Tremblay seront mis à l’honneur.

Un besoin comblé

Toujours selon Mme Ferarris, qui est aussi auteure, le quotidien offre rarement l’occasion de discuter de littérature, un besoin que le club de lecture vient combler.

« Souvent, on va échanger sur une émission de télé au bureau autour de la cafetière. On jase de films, aussi. Mais parler de livres, c’est plus rare. Alors de créer un évènement comme ça où on rassemble des gens qui ont lu le même livre, c’est intéressant », a-t-elle expliqué.

Selon la directrice de la bibliothèque, les clubs de lecture sont de plus en plus populaires, non seulement au Québec, mais un peu partout dans le monde

« Les gens ont besoin de s’exprimer, de socialiser. Avec les réseaux sociaux, on échange beaucoup, mais d’être physiquement ensemble, ça crée des liens », croit France Goyette.

Respect

Sans compter que ces rencontres mensuelles offrent un espace sécuritaire pour les gens qui veulent s’exprimer.

« Sur les réseaux sociaux, il y a des commentaires désagréables que les gens peuvent faire. Mais dans les clubs de lecture, il y a beaucoup de respect et d’écoute », a-t-elle précisé.

Au moment de réaliser l’entrevue, des places étaient encore disponibles pour la soirée du mardi. Il est possible de s’inscrire en ligne sur le site de la Ville ou en contactant la bibliothèque par téléphone.

Question au lecteurs: Avez-vous déjà participé à un club de lecture?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des