Un candidat « réellement indépendant »

Par Marianne Julien
Un candidat « réellement indépendant »
(Photo : Courtoisie)

Élections partielles

Un troisième Montarvillois porte sa candidature au poste de conseiller municipal du district 4 pour la prochaine élection partielle qui aura lieu le 2 juin prochain. Il s’agit d’Alain Dubois.
Alain Dubois a révélé à Pâques qu’il se présentait comme candidat indépendant dans le district 4 afin de remplacer l’ancien conseiller municipal Martin Guevremont. Il l’a annoncé en primeur sur le blogue Le Montarvillois, dont il est le fondateur, ainsi que sur les pages Facebook, dont il est l’administrateur, comme Saint-Bruno-de-Montarville d’hier à aujourd’hui.
En entrevue avec le journal Les Versants, le candidat avoue que l’idée de se lancer en politique ne lui est venue que tout récemment, voyant les déboires du conseil municipal : « La situation à l’hôtel de ville est critique. Face à cette situation et au manque d’alternatives crédibles, je pense que c’est pertinent que je fasse le saut en politique. »
Alain Dubois pense ainsi pouvoir jouer un rôle de médiateur au sein du conseil municipal : « Le Parti Montarvillois a des problèmes et des reproches, mais d’un autre côté, je trouve aussi que l’opposition ne fait pas un bon travail, la plupart des conseillers font de l’opposition systématique à tous les projets ou politiques. Dans une situation comme ça, je pense que je peux être l’arbitre. »

Une lutte entre Grisé et Dubois

« La situation à l’hôtel de ville est critique. Face à cette situation et au manque d’alternatives crédibles, je pense que c’est pertinent que je fasse le saut en politique. » – Alain Dubois

Alain Dubois se présente donc contre Emmanuel Loeub du Parti montarvillois et Ludovic Grisé Farand, indépendant également. Toutefois, Dubois se considère comme « réellement indépendant ». Il explique : « De tous les partis politiques municipaux, provinciaux ou fédéraux, je n’ai personne derrière moi, contrairement à M. Grisé. » Il croit également qu’il est plus neutre par rapport aux politiciens déjà en place, selon son interprétation du communiqué de presse de son adversaire.
Alain Dubois est donc d’avis que la bataille se déroulera entre eux, mais estime que sa candidature est meilleure : « Il n’a rien apporté vraiment, sauf la question du boisé des Tilleuls. On sent qu’il est plus intéressé par la gouvernance de la municipalité, car c’est quelqu’un qu’on n’a jamais vu au conseil municipal jusqu’à tout récemment. »
Pour ce qui est de l’autre candidat, il avance qu’il ne se sent pas menacé : « Je connais très peu le candidat, je vais voir dans les prochains jours ce qu’il va mettre de l’avant, mais comme ce n’est pas un politicien de carrière non plus, je n’ai pas une grande préoccupation. » Il croit d’ailleurs que la situation des membres du Parti montarvillois lui nuira. « Je pense qu’ils ont perdu beaucoup de crédibilité étant donné la situation au conseil municipal, donc il n’y a pas grand espoir. »

Opinions arrêtées

Au cours des dernières années, Alain Dubois a eu l’occasion d’exprimer son opinion sur divers sujets et projets concernant Saint-Bruno : le complexe sportif, il est pour, la résidence pour retraités de Cogir, il est contre, etc., sur son blogue Le Montarvillois.
Ses positions sont donc déjà bien connues, mais le candidat allègue que cela n’entachera pas son jugement en tant que conseiller municipal. « C’est sûr que j’ai des positions personnelles, mais ce n’est pas à moi de décider, c’est aux citoyens. Moi, le complexe sportif, je vois ça d’un bon œil, mais je pense que pour de gros projets comme ça, il faut qu’il y ait des processus référendaires et demander aux citoyens de se prononcer par rapport au terrain. »
Dans l’ébauche de son programme sur son site Internet, Alain Dubois dévoile ses engagements, tels que la conservation du boisé des Tilleuls contre la construction d’habitations multiples, la sécurisation de l’intersection du boulevard Seigneurial et de la rue De Chambly, l’amélioration du réseau de pistes cyclables du sud 116, etc.
Le candidat a soutenu au journal qu’il ne pensait pas faire une grosse campagne électorale: du porte-à-porte et quelques dépliants. Il faut dire qu’il a l’avantage d’avoir sa propre plateforme, Le Montarvillois, pour promouvoir sa candidature et commenter l’actualité. Il ajoute également qu’il étayera dans les prochains jours ses différents engagements sur sa page Facebook.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des