Un ambulancier récompensé

Un ambulancier récompensé

Alexandre Gervais (à droite) lors du tournage de la série de téléréalité 911 diffusée à V.

Crédit photo : Courtoisie

Saint-Bruno-de-Montarville

Un ambulancier de la Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie (CÉTAM) située à Saint-Bruno-de-Montarville a gagné un prix lors du Gala Service préhospitalier d’Urgence (SPU).

Alexandre Gervais, paramédical depuis huit ans et employé de la CÉTAM depuis sept ans, a obtenu le prix Coup de cœur du jury lors de la première édition du Gala SPU, qui vise à encourager et reconnaître l’excellence des paramédicaux, des paramédicaux-instructeurs, des enseignants en SPU, et des répartiteurs médicaux d’urgence (RMU) qui cherchent à contribuer à l’avancement de la profession. L’événement se tenait à l’Hôtel Mortagne à Boucherville le vendredi 16 mars.

C’est sa collègue JoÈve Dupuis, conseillère en communications et relations publiques à la CÉTAM, qui l’avait inscrit : « Il s’est vraiment démarqué par son désir de s’impliquer, il connaît son métier et il a une belle passion. »

Alexandre Gervais a participé à de nombreux projets qui s’adressent à la communauté tels que la Guignolée des médias, des collectes de sang, des simulations d’ambulanciers pour les jeunes, les journées portes ouvertes; il a accompli le défi Zone de chute de Montréal et il a même participé à la série de téléréalité 911 diffusée à V.

Faire rayonner la profession

Mme Dupuis soutient qu’elle a posé sa candidature surtout pour avoir contribué au développement et au rayonnement de la paramédecine et au bien-être de sa communauté.

« Être paramédical, ce n’est pas toujours facile, mais il ressort toujours les points positifs et est capable d’expliquer les défis, surtout quand il parle aux jeunes, illustre la dame. Aussi, il réussit à mener des projets innovateurs et à embarquer tout le monde dans ses idées, et c’est toujours en ayant en tête le bien-être de la communauté. »

« Je trouve important de faire reconnaître le métier et d’accomplir de bonnes actions, de redonner le plus possible à la population, comme en faisant du bénévolat ou des collectes de sang. » – Alexandre Gervais

L’ambulancier, qui est aussi relationniste, indique que selon lui, l’aspect communautaire et solidaire vient avec le métier qu’il exerce : « Ça vient tout seul parce que j’adore mon métier depuis le début et je m’implique beaucoup. Je trouve ça important de faire reconnaître le métier et d’accomplir de bonnes actions, de redonner le plus possible à la population, comme en faisant du bénévolat ou des collectes de sang. Je considère que les ambulanciers font un travail important, pas comme des super héros, mais quand même valorisant. »

Il révèle aussi qu’avec la récente grève, ce n’était pas toujours évident de mettre en œuvre des projets.

« Alexandre a trouvé difficile de ne pas être en contact autant qu’il l’aurait voulu avec la communauté. Il a continué à proposer des idées durant toute l’année pour de futurs projets, toujours pour en faire plus afin de faire rayonner la CETAM et ses paramédicaux, mais avant tout, son métier », confie JoÈve Dupuis.

L’ambulancier renchérit : « La grève nous a freinés dans nos projets, je ne tenais plus en place, j’avais hâte que tout soit réglé pour embarquer dans des projets et des activités communautaires. »

Réception du prix

Alexandre Gervais ne s’attendait pas à recevoir un tel prix vendredi dernier. « C’est un grand honneur, mais j’ai surtout été surpris de la façon dont ça a été annoncé, raconte-t-il. JoÈve a pris le temps de faire une vidéo avec mes partenaires de travail avec qui je m’entends bien et ça m’a beaucoup touché qu’ils tiennent à souligner mon travail et mon implication comme ça. »

Il reste toutefois très humble par rapport à son mérite : « Je ne fais pas tout ça tout seul, c’est surtout grâce à JoÈve que je réussis à faire beaucoup de projets et à m’impliquer autant dans mon domaine. On va continuer à pousser dans cette direction dans les prochaines années, peut-être pas pour regagner le prix, mais pour continuer à en faire toujours plus », de conclure Alexandre Gervais.

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des