Un 31 octobre tranquille

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Un 31 octobre tranquille
Des alternatives au traditionnel porte-à-porte pour la remise des bonbons, comme cette corde accrochée entre deux arbres, et sur laquelle reposaient des sacs de friandises épinglés. (Photo : Frank Jr Rodi )

Halloween

À Saint-Bruno-de-Montarville, la soirée d’Halloween aura été plus tranquille que d’habitude, pandémie et mesures sanitaires obligent. Dans les rues, les petits monstres ont été finalement bien silencieux, comme des fantômes.

D’ailleurs, les différents corps de police de notre territoire confirment que l’Halloween s’est avérée moins populaire que les années précédentes. Bien sûr, plusieurs enfants ont fait de ce 31 octobre un rendez-vous bien spécial avec leur traditionnelle collecte de friandises, par contre, ils étaient moins nombreux à parcourir les rues. D’autant plus que plusieurs maisons n’étaient pas décorées pour l’événement, plusieurs portes sont demeurées closes.

« Nous avons connu une Halloween très tranquille, confirme le relationniste du Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL), Jean-Pierre Voutsinos. Il y avait beaucoup moins d’achalandage, puis nous n’avons rapporté aucun incident. »

« Nous avons connu une Halloween très tranquille. Il y avait beaucoup moins d’achalandage. » – Jean-Pierre Voutsinos

Selon les dires de M. Voutsinos, la présence policière était « plus que suffisante » sur le territoire, avec la participation de patrouilles spécialisées à moto et des patrouilleurs assignées. « Le SPAL n’a fait aucune intervention pendant la soirée de l’Halloween. »

Soulignant que la COVID-19 a eu son rôle à jouer le 31 octobre, M. Voutsinos poursuit : « Normalement, nous avons l’aide du club de radioamateur sur le territoire, mais cette fois, les bénévoles n’étaient pas sur le terrain. C’était très tranquille. »

Même constat du côté de la Régie intermunicipale de police Richelieu – Saint-Laurent. Le sergent sociocommunautaire Jean-Luc Tremblay a répondu à nos questions. « La soirée d’Halloween s’est très bien déroulée sur l’ensemble de notre territoire. Nous avions des effectifs supplémentaires afin d’assurer une plus grande présence dans les rues résidentielles de nos différentes villes. Nous n’avons eu aucun appel, aucun incident et aucune interventions pour des règles non-respectées. Les citoyens, autant ceux qui donnaient que ceux qui recevaient, se sont comportés de façon exemplaire », résume M. Tremblay au journal Les Versants.

Dans les rues de Saint-Bruno-de-Montarville en ce début de soirée d’Halloween, notre journaliste a pu constater l’ingéniosité de plusieurs résidants dans la façon de distribuer les sucreries. Des alternatives au traditionnel porte-à-porte. Entre autres les fameuses chutes à bonbons qui ont fait sensation des semaines avant le 31 octobre. Mais aussi des tables laissées près du trottoir et parsemées de sacs de friandises avec une affiche : « Servez-vous! » Ou bien cette corde accrochée entre deux arbres, et sur laquelle reposaient des sacs de bonbons épinglés. Puis, un autre propriétaire rencontré au Sommet-Trinité qui offrait des bonbons dans un filet à papillons.

L’implication de Sarah Jolicoeur

De son côté, la Grandbasiloise Sarah Jolicoeur a connu une soirée tout aussi tranquille. Rappelons que la jeune femme a fait les manchettes au cours des derniers jours avec son projet de carte interactive sur laquelle étaient affichées les adresses qui distribuaient ou non des bonbons le soir d’Halloween. « Nous n’avons pas eu beaucoup d’enfants. En fait, nous n’en avons eu que 15. Je ne peux pas comparer avec les années précédentes, puisque cela fait seulement deux ans que j’habite ce quartier. Mais j’étais bien heureuse d’être déguisée et de donner des bonbons. J’avais mis de la musique entraînante pour donner l’ambiance d’une fête », raconte Sarah Jolicoeur.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires