TAKABOUGER : des écoles au Web

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
TAKABOUGER : des écoles au Web
Julie Fortier propose de se mettre en forme sur sa plateforme Web bouger.tv. (Photo : courtoisie)

Julie Fortier, résidante de Saint-Bruno-de-Montarville, offre des activités pour bouger dans les écoles du grand Montréal et en région. Avec la fermeture des écoles, elle s’est réadaptée comme beaucoup, et s’est dirigée vers le Web.

TAKABOUGER, un nom qui évoque bien la vocation de l’entreprise, a dû revoir ses plans avec l’arrivée de la COVID-19. « Toutes nos activités sont présentement arrêtées. J’ai donc décidé, il y a quelques semaines, de créer la   plateforme Web bouger.tv. Cette plateforme est gratuite en ce moment afin de faire bouger toutes les familles du Québec.  On y retrouve de la danse , du yoga, des ateliers éducatifs et des capsules d’entraînement », explique la Montarvilloise.

Avant la COVID-19, l’entreprise se déplacer dans les écoles et avait comme projet de faire un site Internet pour proposer des capsules de remise en forme, mais cela avait toujours été remis à plus tard. « On y avait pensé et c’était le moment de le faire. »

Et les gens sont au rendez-vous. Ce sont environ 1000 visionnements par mois qui s’opèrent. « Il y a même des gens qui nous regardent en Floride. Je suis très contente. Pendant toute la durée du confinement, tout notre contenu sera gratuit. Plus tard, il y aura des portions gratuites, d’autres payantes. Quand les écoles ouvriront, la plateforme permettra d’attirer d’autres personnes. »

« Toutes nos activités sont arrêtées. J’ai donc décidé, il y a quelques semaines, de créer une   plateforme web bouger.tv. » – Julie Fortier

Plusieurs projets
Mme Fortier voit en tout les cas que la platefornme circule en ce moment entre les écoles, même s’il est difficile pour elle d’en mesurer le phénomène. « J’ai envoyé le lien par courriel à nos écoles. J’ai vu qu’il a été ouvert et partagé. Ça circule. »

L’entrepreneure avoue cependant que son salon, d’où elle tourne ses vidéos, « ce n’est pas comme le contact physique et les gros rassemblements. Dès que je peux, je retournerai sur le terrain et combinerai les deux. »

Elle aimerait organiser avec une 50e d’écoles, à l’aide de sa plateforme, une sorte de grand rassemblement dans un parc. Et puis pourquoi pas faire de cette plateforme un endroit pour apprendre à cuisiner, a prendre soin de sa santé … « On verra comment les choses se passent. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des