Suzanne Roy quitte la mairie de Sainte-Julie

Par Gabriel Provost
Suzanne Roy quitte la mairie de Sainte-Julie
La mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy. (Photo : archives)

La mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy, qui est également présidente de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), quittera la mairie julievilloise à la fin de son mandat.

La décision, qui a été annoncée au courant d’une conférence de presse virtuelle aujourd’hui, bouscule le monde municipal. Mme Roy est mairesse depuis 2005 et avait également été élue comme conseillère municipale avant cela, ce qui porte son expérience en politique à environ 25 ans. Elle restera en poste à la mairie jusqu’à l’élection municipale du 7 novembre prochain, mais son mandat à la tête de l’UMQ se termine la semaine prochaine. « Au niveau municipal je pense que j’ai vraiment fait le tour du jardin. J’ai même établi quelques records de longévité! Quand on a vraiment fait le tour du jardin, je pense qu’il faut savoir quand arriver et qu’il faut savoir quand partir », dit-elle. En plus de son implication directe pour les Julievillois, elle a été élue à la présidence de l’UMQ et a occupé la fonction de préfet de la Municipalité régionale de comté (MRC) Marguerite-D’Youville.

« Au niveau municipal je pense que j’ai vraiment fait le tour du jardin. J’ai même établi quelques records de longévité! »

-Suzanne Roy

Elle renonce ainsi à un cinquième mandat comme mairesse, sans toutefois avoir fermé la porte à la possibilité de se lancer en politique provinciale ou fédérale éventuellement.  À l’émission Puisqu’il faut se lever au 98,5fm, Bernard Drainville a énoncé qu’il « y en a qui rêvent d’elle comme députée de la CAQ. » En réponse à ces rumeurs, Mme Roy a indiqué qu’ « il y a toujours des rumeurs en politique », sans toutefois dire que l’information comme quoi la Coalition Avenir Québec pourrait être sa prochaine destination n’allait pas se confirmer.

Du côté fédéral, le député bloquiste de Montarville, Stéphane Bergeron, a souligné par l’entremise d’un communiqué qu’il accueillait l’annonce avec tristesse et une certaine surprise. Les deux politiciens se connaissent depuis un certain temps, tous deux s’étant « impliqués ensemble dans le mouvement étudiant et le mouvement souverainiste. » M. Bergeron a salué sa collègue, qui s’est « démarquée par sa détermination, son intégrité et son sens du devoir. »

Nouvelle formation politique en création

Dès le 23 avril dernier, un nom était réservé sur le site d’Élections Québec pour un nouveau parti politique nommé Parti de Sainte-Julie. Le seul parti politique officiellement en lice pour le scrutin municipal pour le moment est La voix des citoyens – Équipe Suzanne Roy, parti qui est dirigé par Mme Roy depuis juin 2005 et qui a été créé en 1993. À propos de l’apparition de ce nom de parti quelques jours avant l’annonce de son départ de la vie politique, la politicienne mentionne qu’elle n’a passé le flambeau à personne.

Le fait qu’une nouvelle formation politique se soit créée ainsi, quelques jours avant l’annonce du départ de Mme Roy, est assez exceptionnel à Sainte-Julie. Depuis l’élection municipale de 2005, la mairesse a été élue sans interruption et sans qu’un parti politique municipal soit opposé à son équipe. « C’est souvent une culture d’une ville par rapport à une autre. […] Il y a toujours eu des candidats indépendants à chaque élection », dit-elle.

Revoir la population

Suzanne Roy profitera des prochains mois pour tenter de ravoir la proximité qui était présente avec la population julievilloise depuis ses premières années au pouvoir, aspect qui a été affecté pendant les deux dernières années de son dernier mandat par la pandémie de COVID-19. « Je trouve ça extrêmement dur de ne pas voir tous nos bénévoles, nos citoyens partout, dans toutes nos activités. J’espère que les prochains mois vont me permettre de rencontrer le plus de gens possible. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires