Stéphane Bergeron bien placé dans le cabinet fantôme du chef du Bloc

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Stéphane Bergeron bien placé dans le cabinet fantôme du chef du Bloc
Stéphane Bergeron se préoccupera des affaires étrangères, des affaires intergouvernementales et de la déclaration fiscale unique. (Photo : archives)

Dans le cabinet fantôme du chef bloquiste Yves-François Blanchet, Stéphane Bergeron, député bloquiste de Montarville, occupera une place de choix.

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois, a dévoilé son cabinet fantôme et la liste des responsabilités parlementaires qu’il confie aux députées et députés du parti.

« Notre équipe comptera sur un heureux mélange d’élus aguerris et de recrues qui vont surprendre à la Chambre des communes. Je leur confie la responsabilité de continuer à faire de la politique digne et propre tout en travaillant d’arrache-pied pour faire des gains pour le Québec. Notre grille d’analyse demeure la même : si c’est bon pour le Québec, nous agirons pour; si c’est néfaste, nous ferons obstacle. Je leur demande d’être « parlables » et de respecter la volonté des Québécoises et des Québécois d’avoir élu un gouvernement minoritaire, dans la mesure où celui-ci respecte le Québec », a déclaré M. Blanchet.

Le chef du Bloc québécois avait préalablement annoncé que Louis Plamondon, député de Bécancour—Nicolet—Saurel, avait été élu à l’unanimité à titre de président du caucus. Alain Therrien, député de La Prairie, avait été nommé leader parlementaire et Claude DeBellefeuille, députée de Salaberry—Suroît, occupera la fonction de whip.

Stéphane Bergeron, député de Montarville, a été nommé aux Affaires étrangères, aux affaires intergouvernementales et à la déclaration fiscale unique. Trois missions qu’il compte bien défendre dès que les dernières modalités de passation de pouvoir avec son prédécesseur Michel Picard seront terminées.

Un endroit à déterminer

Contacté par Les Versants, M. Bergeron nous a indiqué qu’il prendrait place dans les bureaux occupés par M. Picard, rue Montarville, à Saint-Bruno-de-Montarville « quelques semaines. Nous déménagerons dès que nous le pourrons dans un bureau qui respecte l’argent des contribuables. Nous sommes en négociations avec plusieurs propriétaires, mais les prix sont élevés. »

M. Bergeron ne nous a pas indiqué s’il resterait à Saint-Bruno-de-Montarville, mais il nous a expliqué qu’il était possible de mettre un terme au bail de location actuel, sans pénalité, en raison du changement de député. « C’est une clause standard qui est prévue dans le bail, c’est une clause d’annulation en cas de défaite. Le gouvernement fédéral assure le paiement pendant quelques mois. C’est pour pouvoir protéger les contribuables. »

Plus d’informations à venir

Stéphane Bergeron se préoccupera des affaires étrangères, des affaires intergouvernementales et de la déclaration fiscale unique. (Photo : archives)

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des