Un sport qui a le vent dans les roues

Les vélos aux grosses roues, appelés fatbike, sont de plus en plus visibles sur les chemins enneigés de notre région. La popularité de ce sport est grandissante et certains passionnés tentent de le rendre encore plus accessible.
Le fatbike aurait montré le bout de son nez au Québec en 2014, alors qu’on proposait aux participants du premier grand événement du genre dans la province la traversée du Lac-Saint-Jean à vélo.
Aujourd’hui, les événements regroupant ces vélos aux roues surdimensionnées se multiplient. À Sainte-Julie le 21 janvier et le 4 février, le circuit Endurance Rive-Sud proposera des courses de fatbike destinées aux gens de tous les âges et de tous les niveaux. Les courses sont régies par la Fédération québécoise des sports cyclistes (FQSC). Le parcours est une boucle d’environ 2,5 km principalement boisée avec plusieurs virages, petites montées et descentes.

« J’ai voulu mettre en avant les événements cyclistes récréatifs et caritatifs au Québec. J’en ai répertorié 370 seulement dans la province. » – Jean-Pierre Huot

À Saint-Bruno-de-Montarville, plusieurs pistes sont disponibles, comme à Saint-Basile-le-Grand, c’est du moins ce que l’on peut voir sur le site de Jean-Pierre Huot. M. Huot a voulu faire de sa passion cycliste un site dédié à tous les amateurs de vélo et surtout de plein air.
« J’ai voulu mettre en avant les événements cyclistes récréatifs et caritatifs au Québec. J’en ai répertorié 370 seulement dans la province. Bien plus que ce que l’on peut voir sur le site de Vélo Québec ou de la FQSC. C’est certain que depuis 2014, les événements de fatbike n’ont pas cessé de croître. Cet hiver, on peut en compter 50 », explique le créateur du site www.adnduvelo.com. La fréquentation de ce site a atteint les 20 000 visiteurs.
Calendrier des événements, nouvelles sur le vélo en général, clubs, parcours… ce passionné a voulu occuper son temps libre en informant les gens sur la manière de pratiquer leur passion. Le fatbike en faisant partie, adnduvelo.com énumère tout ce qu’il faut savoir pour se lancer dans la pratique de ce sport.

Question de terminologie

Le terme populaire largement utilisé pour désigner ce sport est le fatbike, mais l’Office de la langue française (OLF) parle plutôt de vélo à pneus surdimensionnés (VPS). « Dans le milieu du fatbike, personne n’utilise cette appellation, disons particulière… », précise M. Huot.
Pour les adeptes du fatbike, l’OLF recommande « vépésiste. »
« Quelle horreur! Beaucoup se disent des ‘’fatteux’’, mais je préfère le terme que j’essaie de populariser, soit ‘’fatteur’’ au même titre que skieur, hockeyeur, patineur, etc. »

Destinée

Le fatbike peut-être un loisir coûteux. Les vélos ultramodernes, fabriqués avec les mêmes matériaux de pointe que les vélos de route, peuvent cependant être loués. L’inconvénient du vélo, mis à part son coût, c’est aussi son entretien qu’il faut soigner.
« Comme toute nouvelle tendance, sa viabilité est liée au besoin comblé. Le plaisir, voilà le besoin derrière cet engouement! L’essayer, c’est retrouver son cœur d’enfant. Le vaste choix de largeurs de roues et de pneus que l’on peut installer sur ce type de vélo lui confère une versatilité qu’aucun vélo de montagne ne peut offrir », de conclure M. Huot.