Soulagement pour Mathieu Duguay

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Soulagement pour Mathieu Duguay
Le président et chef de la direction de COGIR Immobilier, Mathieu Duguay, estaccompagné de son fils Zak devant la pelle mécanique. (Photo : Frank Jr Rodi)

Jazz St-Bruno

La construction de Jazz St-Bruno, en plein cœur du centre-ville de Saint-Bruno-de-Montarville, est en marche. Lundi, une première pelletée de terre a été réalisée, un moment de soulagement, entre autres, pour le président et chef de la direction de COGIR Immobilier, Mathieu Duguay.

L’ouverture de la résidence Jazz St-Bruno est prévue pour l’automne 2021 sur l’ancien îlot Natrel. Le projet est maintenant plus concret pour Mathieu Duguay, qui a répondu aux questions du journal Les Versants. « Pour moi, c’est un soulagement et une grande satisfaction », dira-t-il d’entrée de jeu.

Il s’est passé près de quatre ans de négociations avec la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville et les divers comités avant d’en arriver à cette fameuse pelletée de terre, le 15 juin dernier. « Habituellement, pour des projets semblables, après un an et demi, on passe dans le concret. Cette fois, ç’a été plus long », reconnaît Mathieu Duguay.

Quand on lui demande s’il croit que le projet aurait été développé plus rapidement sur le territoire d’une autre ville, le Montarvillois affirme que c’est bien possible. « Quand ça se passe ailleurs, c’est plus rapide. Mais à Saint-Bruno-de-Montarville, disons que c’est assez ardu d’aboutir. C’est reconnu plus souvent qu’autrement pour tout développement immobilier. Généralement, on est appuyé dès le début par les fonctionnaires de la Municipalité et le conseil de Ville pour des projets structurants de la sorte. »

Des changements pas sans conséquence

Cependant, il reconnaît qu’il y a eu plusieurs changements en cours de route, notamment une instabilité dans le parti au pouvoir, la démission du directeur général Guy Hébert ainsi que le départ du directeur du Service de l’urbanisme, Denis Laplante. Plus tôt, le directeur adjoint de l’urbanisme s’était aussi retiré. « Tout cela a eu des conséquences et c’est venu jouer dans les dossiers », évoque M. Duguay.

« Habituellement, pour des projets semblables, après un an et demi, on passe dans le concret. Cette fois, ç’a été plus long. » – Mathieu Duguay

Ce dernier est conscient que le projet verra le jour au cœur du centre-ville et que le bâtiment « va venir marquer la personnalité du centre-ville de Saint-Bruno-de-Montarville ». Il poursuit : « Mais nous avons toujours été convaincus de notre affaire. »

Il promet une résidence pour retraités des plus modernes, avant-gardiste, qui deviendra un exemple, une référence en Amérique du Nord pour ses différents aspects. L’entrepreneur souhaite avec ce projet favoriser la vie active, travailler l’aspect communautaire et favoriser l’économie du partage.

Il reconnaît que certaines personnes sont contre le projet, à en juger par les commentaires sur les réseaux sociaucx, et quand on lui demande s’il croit avoir le soutien de la population, il rappelle le résultat du sondage mené en 2017 par Léger Marketing, qui illustrait que 78 % des Montarvillois sont favorables au projet de l’entreprise COGIR Immobilier pour construire une maison de retraite à l’ancien emplacement de Natrel. « Plus personnellement, les gens me disent qu’ils avaient hâte que ça se fasse parce que le site avait l’air à l’abandon. Alors, oui, nous sommes conscients de certaines critiques, mais nous essayons de satisfaire le plus de gens possible. Nous avons fait beaucoup de concessions, telles le nombre d’étages, passant de six, à trois, quatre et cinq au milieu », explique celui qui a fréquenté l’École secondaire du Mont-Bruno.

La famille

Lors de la pelletée de terre, l’homme de 41 ans était accompagné de son fils Zak et de son père Serge. Un moment symbolique pour Mathieu Duguay, qui souhaite, un jour, voir son fils le joindre dans l’entreprise. « Mon père est âgé de 80 ans. C’est lui qui a fondé COGIR en 1995. Je me suis joint à lui deux ans plus tard. J’essaie de transmettre cet intérêt de l’immobilier à mon fils. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des