Sorties de route sur la Montée Robert

Sorties de route sur la Montée Robert

La montée Robert a été le théâtre de nombreux accidents de voitures qui sont tombées dans le fossé.

Crédit photo : Marianne Julien

Depuis le 12 décembre, au moins sept véhicules ont dérapé dans le fossé de la montée Robert, selon une citoyenne de Saint-Basile, Claire Leduc. Celle-ci répète ses interventions auprès de la Ville afin qu’elle agisse.

La montée Robert est dangereuse en raison de plusieurs facteurs hivernaux. D’après Claire Leduc, « l’accotement du fossé paraît plus large qu’il ne l’est en réalité ».

La chaussée serait mal déneigée à la sortie du centre-ville. « La chaussée n’est absolument pas déblayée, contrairement à l’an dernier. Avec un véhicule portant quatre roues motrices, la vitesse sécuritaire est de 40 km/h », mentionne-t-elle. Les vents compliquent le déneigement de la route, puisqu’ils ne sont pas ralentis par les arbres qui ont été plantés à cette fin. Ce n’est qu’après une croissance complète qu’ils rempliront leur rôle de mur brise-vent.

« Ce qui a été demandé à l’administration par monsieur le maire avant la période des Fêtes, c’est de porter une attention particulière à la montée Robert, ce qui a été fait. » – Josée Laforest

La Grandbasiloise demande à la Ville d’implanter de nouvelles mesures de sécurité, telles qu’une glissière de sécurité, un moyen de délimiter la route, des panneaux pour avertir les automobilistes de la chaussée glissante ou enneigée, ou encore la réduction de la vitesse.

De nombreux accidents

En date du 12 décembre, deux véhicules seraient tombés dans le fossé. Quelques jours plus tard, le 15 décembre, la citoyenne dit avoir aperçu des traces de roues se dirigeant vers le fossé, même après que du gravier ait été dispersé afin de délimiter la montée.

Le même scénario se produit les 19 et 23 décembre. Le 2 janvier, une sixième voiture s’est engouffrée dans le fossé et c’est un camionneur qui essayait de l’en sortir. Au moment d’écrire ces lignes, un autre automobiliste aurait été victime de la situation le 8 janvier au matin.

Discussions avec la Ville

En réponse à Claire Leduc, Robert Roussel, le directeur des services techniques de la Ville, assure que la montée Robert est conforme et que les travaux des fossés ont été faits en respectant les exigences du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports. Il explique que des glissières de sécurité ne sont pas requises pour une profondeur de fossé de trois mètres et moins avec les pentes de talus en place.

Même son de cloche du côté de Josée Laforest, conseillère municipale du district 1 et responsable de la sécurité publique. « Pour le moment, il n’est pas question de glissières parce que tout suit les normes », confirme-t-elle. Elle soutient que puisque la montée Robert est une route rurale, les conditions font en sorte que plusieurs mesures ne fonctionnent pas, telles que l’épandage d’abrasif ou de gravier. Elle affirme que la Ville surveille de près cette route : « Ce qui a été demandé à l’administration par monsieur le maire avant la période des Fêtes, c’est de porter une attention particulière à la montée Robert, ce qui a été fait. »

Josée Laforest assure qu’elle fera un suivi du problème auprès du conseil municipal dans les jours qui suivent : « Je vais en parler dans nos réunions de travail, on va en parler avec le directeur général, qui va nous revenir avec plus d’informations.. C’est sûr qu’on n’aura pas de solution tout de suite, mais ça va être mis sur la table et on va s’assurer qu’on a fait tout ce qu’on devait faire. »

Toutefois, avant que des mesures ne soient prises, Josée Laforest insiste pour rappeler que les routes plus rurales sont toujours à risque d’être plus difficiles l’hiver, surtout lors de tempêtes, et elle fait appel à la prudence des automobilistes.