Six fois plus de dons de sang

Photo de Pascal Dugas Bourdon
Par Pascal Dugas Bourdon
Six fois plus de dons de sang
La clinique Globule du Dix30 est ouverte tous les jours (Photo : Google street view)

L’appel au don de sang lancé par le premier ministre François Legault a été entendu en Montérégie : le nombre de dons quotidiens a plus que sextuplé en une semaine au centre Globule de la région.

« Il y a très clairement une mobilisation qui se fait autour de la cause du son de sang dans la région et ça se manifeste clairement dans nos opérations au centre de donneurs de sang Globule du DIX30 », a expliqué aux Versants Laurent-Paul Ménard, porte-parole pour Héma-Québec.

« Nous sommes évidemment extrêmement heureux de la générosité qui se manifeste depuis l’appel du premier ministre. » – Laurent-Paul Ménard

Le lundi 16 mars, le premier ministre Legault avait demandé aux Québécois d’aller donner du sang malgré la consigne les invitant à rester à la maison. « Il y en a plusieurs qui m’appellent ou m’écrivent et qui me disent : ‘’Qu’est-ce que je pourrais faire pour aider?’’ Bien, allez donner du sang », avait alors indiqué le premier ministre.

Solidarité

Un appel auquel on a répondu très clairement en Montérégie. Le jeudi 12 mars, alors que le gouvernement du Québec annonçait la fermeture temporaire de toutes les institutions scolaires, seulement 24 personnes ont donné du sang à Brossard. Le jeudi suivant, ce sont pas moins de 166 personnes qui ont gracieusement offert leur produit sanguin. L’objectif quotidien à ce centre varie entre 35 et 40 dons.

« C’est une magnifique chaîne de solidarité. Nous sommes évidemment extrêmement heureux de la générosité qui se manifeste depuis l’appel du premier ministre », a insisté M. Ménard.

L’engouement pour le don de sang a été tel que la clinique de Brossard a dû dire à de potentiels donneurs de revenir plus tard, voire une autre journée. « S’il y a une grande affluence, on veut éviter autant que possible une file d’attente. »

D’ailleurs, M. Ménard précise qu’Héma-Québec met tout en place pour éviter que les cliniques de dons ne deviennent un foyer de propagation. Un nouveau triage est effectué avant même l’inscription des donneurs. On s’informe notamment s’ils ont de la fièvre ou s’ils ont été en contact avec quelqu’un qui en avait.

Désinfection

« On procède également à la désinfection systématique de tous les lits de prélèvement après chaque don », tout comme au nettoyage des écrans tactiles qui permettent de remplir le questionnaire de santé, a souligné M. Ménard.

« Tout ce qui peut être fait pour garder le site le plus sécuritaire possible est déployé », a-t-il résumé.

Nul besoin toutefois d’ajouter un test au sang qui est récolté, comme on le fait pour le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), par exemple. « La COVID-19 fait partie de la famille des virus de type respiratoire. À ce jour, sur la planète, il n’y a jamais eu de transmission de ce type de virus par transfusion sanguine. Il n’y a donc pas nécessité d’avoir un test par rapport [supplémentaire]», a soutenu M. Ménard.

Si cette première semaine de confinement a été un succès en Montérégie pour Héma-Québec, l’organisation espère maintenant maintenir cette cadence à long terme. Et cela dépend uniquement de la mobilisation des potentiels donneurs.

Question aux lecteurs : Avez-vous l’intention d’aller donner du sang?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des