S’informer sur le complexe sportif

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
S’informer sur le complexe sportif
Après l'information, la population doit choisir à quel endroit le complexe sportif s'établira. (Photo : Frank Jr Rodi)

La séance d’information du futur complexe sportif tenue mardi au centre communautaire, à Saint-Bruno-de-Montarville, a réuni quelque 75 citoyens. Quelque 80 autres assisteront à la séance virtuelle présentée ce jeudi, de 18 h à 20 h.

Moins de 200 personnes pour ces rencontres d’information à propos d’un projet de complexe sportif dont les coûts oscillent entre 55 et 59 millions de dollars. Selon le site qui seraprivilégié.

La première, mardi, avait lieu dans un local du centre communautaire. Des représentants de la firme BC2 étaient sur les lieux. Des fonctionnaires des différentes directions de la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville – de la direction-générale, des finances, de l’urbanisme, du génie, des loisirs – s’était aussi déplacés afin de répondre aux questions des visiteurs.

« On veut que les citoyens prennent le temps de se renseigner pour choisir le site qui leur convient. » – Ludovic Grisé Farand

À l’intérieur du local, les participants déambulaient d’un panneau à l’autre (installations du complexe; esquisses intérieures du complexe; l’implantation du complexe; le complexe et son environnement; les coûts liés aux deux sites; avantages et défis). Puis, ils pouvaient discuter ou poser leurs questions aux experts sur place.

Mais la tenue de ces séances d’information, dont « l’objectif est de permettre à tous de prendre une décision éclairée », était-elle la meilleure alternative pour rejoindre la population? Pour un dossier aussi polarisant que le complexe sportif, pourquoi la Municipalité a privilégié cette formule au détriment, par exemple, d’une consultation publique organisée au Centre Marcel-Dulude?

Rappelons qu’à l’hiver 2017, Saint-Bruno-de-Montarville organisait des consultations publiques portant sur le nouveau Plan d’urbanisme (PU). L’une d’elle se consacrait aux Programmes particuliers d’urbanisme (PPU) du centre-ville et des secteurs Sabourin, des Promenades et de l’écoparc industriel, expliqués en détail devant une salle comble de citoyens réunis au Centre Marcel-Dulude. Les participants pouvaient se manifester au micro devant le panel réuni sur la scène, émettre commentaires, craintes, questionnements, préoccupations, suggestions… À la suite de ces consultations, les citoyens étaient invités à déposer des mémoires et des commentaires sur le PU et les PPU.

Pourquoi cette formule?

Au centre communautaire mardi, la question a été posée. « La Ville voulait varier les choses. Pour ne pas répéter toujours la même formule. C’est plutôt convivial. Les gens défilent d’un kiosque à l’autre, à leur rythme. Ils discutent entre eux. Ce type de rencontre facilite les échanges et la conversation entre chacun », répond la directrice des Communications de Saint-Bruno-de-Montarville, Suzanne Le Blanc, qui ajoute que ce genre de rencontre offre à tout le monde la capacité de s’exprimer.

Un constat que semble confirmer le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, qui était aussi sur les lieux. « On veut que les citoyens prennent le temps de se renseigner pour choisir le site qui leur convient », mentionne au journal Les Versants Ludovic Grisé Farand.

Le fait que le public avait la possibilité de passer quand bon lui semblait entre 16 h et 20 h pour le premier des rendez-vous « facilite la disponibilité des citoyens ». Le premier magistrat précise : « Avec un horaire de la sorte, flexible, ça permet aux gens de poser leurs questions sans nuire aux autres citoyens ».

Indigné

L’ancien maire de Saint-Bruno-de-Montarville, Martin Murray, de passage à la séance d’information de mardi, était indigné. C’est sous son règne que le Plan d’urbanisme a été adopté, en décembre 2017. « Ce n’est pas une consultation publique!, déplore M. Murray, qui s’est confié au journal. Pas plus tard que demain [en parlant du mercredi 25 mai], je vais assister à une vraie consultation publique, organisée par le député Denis Trudel et la Ville de Longueuil, sur le développement de l’Aéroport Montréal – Saint-Hubert. Il faut permettre aux gens de s’exprimer; c’est ça, une consultation citoyenne. »

Les Montarvillois conviés à voter

Dès le 6 juin, à 9 h, et jusqu’au 11 juin, à 17 h, les citoyens de Saint-Bruno-de-Montarville seront invités à voter pour l’emplacement du futur complexe multisport. Les Montarvillois âgés de 18 ans et plus habilités à voter pourront se prononcer sur la question suivante : « Quel emplacement préférez-vous pour le futur complexe multisport? »

Rappelons que les deux endroits en lice sont le parc Marie-Victorin ou le terrain de l’école secondaire du Mont-Bruno. Le coût du premier est estimé à 55 M$ et serait construit pour 2026. Le deuxième serait prêt en 2028 et le prix est évalué à 59 M$.

D’ici la fin du mois de mai, les citoyens devraient avoir reçu par la poste une lettre qui contient un numéro d’identification personnel (NIP). C’est avec ce NIP que la population pourra exercer son droit de vote. Plusieurs moyens sont mis à la disposition des gens pour voter : en ligne en se rendant au https://stbruno.simplevote.ca/; par téléphone en composant le 1 877 384-4200; en personne, le 11 juin, de 10 h à 17 h, en se rendant à l’hôtel de ville, situé au 1585, rue de Montarville.

En tout temps, il est possible de consulter les informations du projet sur la plateforme en ligne Ma voix à Saint-Bruno (mavoix.stbruno.ca) et d’y acheminer des questions.

QUESTION AUX LECTEURS :
Que pensez-vous de ces séances d‘information sur le complexe sportif?

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Jean Tremblay
Jean Tremblay
1 mois

Qu’est-ce que je pense de ces séances d’information?
C’est très bien – conforme à l’orientation que le maire nous a promis durant la campagne électorale :
« J’ai une préférence que le cela ne soit pas au parc Rabastalière mais entre les 2 sites présentés, je n’en ai pas. »
Ce qui est moins conforme est que le maire et toute son équipe appuient maintenant, d’une voix unique et sans réserve, le choix du site Marie-Victorin.
Et l’appui est basé sur des raisons, somme tout, assez mineures ou très boiteuses.
Moins de congestion? La piscine actuelle est déjà sur le site de l’école secondaire! Les citoyens qui s’y rendent actuellement à pied devront se rendre en auto au site Marie-Victorin, surtout durant les mois froids – quand les activités d’une piscine intérieur sont les plus en demande. Et ne penser pas que les écoliers et étudiants iraient à pied de leurs écoles à Marie-Victorin.
Plus de places de stationnement? Avec plus de citoyens ayant accès à pied et vélo, le site de l’école secondaire en nécessiterait moins.
La différence de coût? Moins de 7% de différence de coûts entre les sites – avec un chiffrage préliminaire pour un projet d’infrastructure! Vous avez déjà vu tous les exemples de la précision finale de tels chiffrages. En plus, nous conserverons, sans coût, le site Marie-Victorin pour des infrastructures qui exigent plus de place – terrains soccer, tennis, pickleball, …
Chauffage par la chaleur excédante d’un centre de données? La coupe est loin des lèvres. La compagnie américaine n’en a jamais fait ça avec ces centres. Ils auront de la chaleur excédante surtout l’été. Le complexe aquatique en aura besoin surtout l’hiver. Et n’attendez pas que cette entreprise privée américaine nous fasse ça gratuit!
Déboisement? Franchement, vous avez vu, assez mineur.
Nuisance construction? Ce n’est pas le stade olympique. La construction du projet St-Bruno-sur-le-Lac était beaucoup plus importante (et nous comptons que la ville exigera la conformité avec ses propres règlements de nuisance sonore!)
Réalisation rapide? La réfection de la piscine de l’école est presque achevée et elle sera disponible pour les prochaines années.
Où est l’urgence de gagner 2 ans comparé à préserver le caractère villageois de St-Bruno avec infrastructures accessibles et centrales.
Je crains malheureusement que cette dernière raison soit la plus importante pour l’équipe du maire. Avec le cycle des élections municipales à toutes les 4 ans, la nouvelle préférence du site de Marie-Victorin semble se dessiner comme un choix politique plutôt qu’un choix dans le meilleur intérêt à long terme de notre ville-village.
Il me désole qu’il se soit dessiné une polarisation politique autour de ce dossier si important pour le futur de ma ville, pour conserver le noyau villageois et pour promouvoir la mobilité durable.
Je ne peux espérer que les citoyens y verront clair dans leur choix de site et que, pour les prochains dossiers, nos élus penseront plus à leur ville qu’à leurs stratégies électorales.