Saint-Bruno va de l’avant avec son Plan de conservation des milieux naturels

Saint-Bruno va de l’avant avec son Plan de conservation des milieux naturels

Dépôt du rapport de l’Institut du Nouveau Monde

L’Institut du Nouveau Monde (INM), chargé de la Commission de consultation publique sur le Plan de conservation des milieux naturels de Saint-Bruno, a déposé son rapport dernièrement. Après avoir pris connaissance de ce dernier et des conclusions qu’ont ressorties les analystes de l’INM, la Ville annonce qu’elle ne « refera pas ses devoirs », mais les complétera dans les prochaines semaines, selon les commentaires et appréhensions des citoyens entendus tout au long du processus de consultation.

Selon Claude Benjamin, maire de Saint-Bruno, il n’a jamais été question, depuis le dépôt du plan le 21 mars dernier, de commander une commission de consultation publique dans l’optique de « refaire ses devoirs » (pour reprendre le titre de l’article paru dans le quotidien La Presse, le 6 juillet dernier), mais plutôt de les compléter.

« Nous cherchions à voir comment rendre ce projet de plan de conservation encore plus précis, plus complet et bien adapté aux attentes de ceux et celles qui ont à cœur le développement harmonieux de notre ville, précise M. Benjamin. De plus, je veux redire haut et fort que nous serons inébranlables quant à notre volonté d’assurer un équilibre entre les enjeux environnementaux, sociaux et économiques qui doivent présider au développement de notre ville. Notre plan de conservation des milieux naturels, dans sa formulation ultime, reflétera notre souci de respecter cet équilibre. »

Les conclusions de l’INM, élaborées en 32 points, présentent entre autres les réactions face au processus de consultation publique, la valeur partagée de la conservation des milieux naturels, les améliorations qui devraient être apportées au contenu du plan, la valeur intrinsèque et symbolique du boisé des Hirondelles, selon les commentaires entendus des citoyens.

Améliorations retenues par la Ville

À la lumière du rapport, des commentaires des citoyens et des recommandations citées, la Ville tendra par tous les moyens de respecter les plans d’ensemble arrêtés au niveau de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), par son Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD), et de l’agglomération de Longueuil, par son schéma d’aménagement (SAD); de faire en sorte que le plan soit le plus complet, précis et clair que possible afin que les citoyens et les promoteurs connaissent les règles qui seront à respecter; et de faire en sorte que le projet de La Futaie dans le boisé des Hirondelles soit connu du public afin que chacun puisse faire part de ses commentaires.

Parmi les améliorations que souhaite apporter la Ville au plan, il est entre autres question de mieux présenter la zone agricole à préserver; d’expliquer davantage ce qu’elle entend par milieux humides et bandes riveraines, pour lesquels elle souhaite assurer la pérennité et la mise en valeur; et de mieux démontrer la façon souhaitable d’augmenter la densité du territoire, telle que réclamée par la CMM.

Il ne saurait toutefois être question pour la Ville de décréter un moratoire sur les projets de développement de son territoire; de procéder à la destruction de quelque milieu humide d’intérêt et porteur de pérennité; et d’attendre l’unanimité tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du territoire avant de décider ce que sera le plan de conservation et son application.

À cet effet, M. Benjamin affirme que le conseil municipal « ne jouera pas à la formule délibérative ». « On pense que le plan est bon, qu’il mérite toutefois d’être amélioré, peaufiné, complété, pour bien exprimer ce que l’on veut dire. Mais il y a un certain nombre de choses auxquelles nous tenons et nous n’en démordrons pas, insiste M. Benjamin. On ne veut pas entrer dans une phase où l’on devra attendre que tout le monde soit complètement d’accord avant de pouvoir bouger. On va bouger. Des gens ne seront pas satisfaits, mais il y en a d’autres qui le seront pleinement. Et on verra bien, à la lumière des réactions que cela suscitera, où nous en serons dans quelques mois. »

La Ville prendra les prochaines semaines, au maximum quelques mois, pour compléter son Plan de conservation des milieux naturels. Par la suite, celui-ci sera présenté au Comité consultatif en environnement (CCE) et, une fois le tout conforme, sera déposé au conseil pour être adopté. D’ici là, les Montarvillois peuvent consulter le rapport de l’INM au www.stbruno.ca, ainsi que les commentaires préliminaires de la Ville à ce sujet.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des