Saint-Bruno en tête de file

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Saint-Bruno en tête de file
(Photo : courtoisie)

Groupe de travail sur les Montérégienne

Un groupe de travail sur la préservation des Montérégiennes a été annoncé mardi à Mont-Saint-Hilaire. Saint-Bruno est à l’origine d’un projet que tout le monde avait oublié.
Martin Murray, maire de Saint-Bruno, avait dit qu’il ferait de l’environnement une des priorités de son mandat. Après les assises pour la protection et la mise en valeur des collines Montérégiennes tenues en octobre, à l’initiative du maire, la municipalité a révélé qu’elle irait de l’avant dans ce projet en finançant seule, et en invitant les 25 autres municipalités occupant les pourtours des 9 collines Monterégiennes, l’organisation d’une prochaine rencontre autour de la thématique au printemps 2018.
La Ville a décidé, à la dernière assemblée publique, d’investir 10 600 $ pour donner le mandat à l’entreprise C3D solutions d’« accompagner la Ville de Saint-Bruno dans sa démarche pour la protection et la mise en valeur des collines Montérégiennes, dont le mont Saint-Bruno qui possède la plus grande biodiversité », pouvait-on lire dans la résolution.
La consultation regroupant les acteurs locaux des différentes municipalités concernées aura pour but de préparer les prochaines assises qui se dérouleront à Saint-Bruno.
« C’est un dossier qui nous tient à cœur. Je souhaite donner au mont Saint-Bruno, qui fait partie des Montérégiennes, le statut le plus large possible pour sa protection et sa mise en valeur. Nous assumons notre rôle de leader dans ce dossier. Nous avons pris l’engagement de tenir les prochaines assises à Saint-Bruno au printemps 2018 », a répondu le maire aux membres de l’opposition, qui demandaient que la facture soit partagée par l’ensemble des municipalités participantes. « Ce n’est pas normal que les citoyens de Saint-Bruno soient les seuls à payer pour une dépense qui concerne l’ensemble des villes impliquées dans cette démarche », indiquait devant l’assemblée Thérèse Hudon, conseillère du district 1 et chef de l’Alliance municipale.
La CMM appuie la démarche
Les maires de Mont-Saint-Hilaire, Yves Corriveau, de Saint-Bruno-de-Montarville, et de Saint-Jean-Baptiste, Marylin Nadeau, ont salué mardi avec enthousiasme la création du groupe de travail sur les Montérégiennes par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM).
Les trois maires sont membres du groupe de travail qui est effectué par les maires de Westmount et de Montréal, ainsi que par des représentants des municipalités régionales de comtés (MRC) et agglomérations visées.

« C’est un dossier qui nous tient à cœur. Je souhaite donner au mont Saint-Bruno, qui fait partie des Montérégiennes, le statut le plus large possible pour sa protection et sa mise en valeur. » – Martin Murray

La CMM va se pencher ainsi sur les enjeux spécifiques de ces environnements uniques. À peine cinq mois se sont écoulés depuis les dernières assises de Saint-Bruno pour que la CMM annonce la formation du Groupe de travail sur l’encadrement de l’urbanisation des collines Montérégiennes, avec comme objectifs premiers la protection et la mise en valeur durable de ces collines.
Nommé à titre de président du groupe de travail, M. Corriveau est sûr que des propositions durables pour encadrer l’urbanisation seront présentées à la CMM. « Ensemble, nous voulons protéger et mettre en valeur nos richesses environnementales et agricoles. Les Montérégiennes sont uniques. Il est essentiel qu’elles fassent l’objet d’une analyse et d’un traitement qui correspondent à leur apport exceptionnel à la qualité environnementale de la région métropolitaine. Cela doit donc pouvoir s’inscrire concrètement dans le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD). À Mont-Saint-Hilaire, il est clair que la protection élargie du Piémont en regard de l’urbanisation doit être considérée dans cette approche spécifique aux Montérégiennes. »
Vers les objectifs du PMAD
De son côté, le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, Martin Murray, estime également que le travail d’équipe des maires donnera des résultats importants. « Nous avons travaillé activement pour sensibiliser la région métropolitaine à l’importance fondamentale que représentent nos collines exceptionnelles. La mobilisation actuelle, avec la formation de ce groupe de travail de la CMM, est un pas de plus vers la mise en place de solutions durables pour les Montérégiennes. Ces solutions seront d’autant plus déterminantes qu’elles s’inscriront dans un contexte où les nouvelles approches en urbanisation se révèlent également être une préoccupation majeure pour la région métropolitaine. »
De fait, la CMM est dans une étape charnière de son développement urbain. Avec l’adoption du PMAD, il a été décidé de cesser l’étalement urbain et de valoriser les transports actifs et collectifs. Cela implique de la densification de zones résidentielles à certains endroits et la création de milieux de vie durables et dynamiques. Dans le même temps, la protection de l’environnement ainsi que la mise en valeur des paysages et du patrimoine sont au cœur du projet métropolitain.
Un premier rapport du groupe de travail est attendu à l’automne 2017.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des