Saint-Bruno-de-Montarville : une patinoire ajoutée plutôt que supprimée

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Saint-Bruno-de-Montarville : une patinoire ajoutée plutôt que supprimée
Saint-Bruno a décidé d'ajouter une patinoire plutôt que de supprimer celle du parc des Aviateurs. (Photo : Archives)

Soucieuse de contrôler le nombre de patinoires extérieures sur son territoire pour proposer un meilleur service à ses citoyens, la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville décide finalement de l’augmenter.

Le conseiller du district 2 à Saint-Bruno-de-Montarville, Vincent Fortier, ne s’attendait peut-être pas à un tel dénouement hier soir, au cours de la séance du conseil municipal. Le sort de la patinoire des Aviateurs, au sein de son quartier, semblait scellé. Après la patinoire Pontbriand, fermée en 2019, celle des Aviateurs aurait été la deuxième du secteur à disparaitre, ne laissant, comme dans la plupart des huit districts de la municipalité, une patinoire par quartier, celle du parc Albert-Schweltzer.

La résolution qui devait être votée se présentait ainsi :  » il est résolu : – de réviser la répartition des patinoires sur le territoire afin d’optimiser dans l’offre de service dans tous les quartiers en fermant la patinoire du parc des Aviateurs et en aménageant une aire de glace au parc des Grands-Étangs; – de varier l’offre de service pour le patin libre en transformant les patinoires avec bandes des parcs Bisaillon et Jolliet en aire de glace; – de maintenir le total des surfaces glacées à onze sites ainsi que les installations hivernales du Lac du Village et les cinq pentes à glisser.  »

Par un jeu d’amendements, de négociations, de discussions entre élus, il en est ressorti que la patinoire des Aviateurs obtenait un sursis d’un an, en se transformant cependant en rond de patinage sans bande. L’infrastructure reste en place cet hiver essentiellement pour ne pas couper une activité hivernale en temps de pandémie. L’autre proposition de M. Fortier a été de demander la réouverture de la patinoire Pontbriand qui serait alors entretenue par un comité de citoyens. Ce dernier point ne se décidera finalement qu’en novembre, à la prochaine séance du conseil municipale.

Plusieurs éléments ont été cependant soulevés quand à l’avenir de cette décision. Avec la réouverture de la patinoire Pontbriand, il y aurait 13 patinoires extérieures sur le territoire de Saint-Bruno. Avec la patinoire du Lac du Village et l’aréna Michael-Bilodeau ce serait 15 endroits pour patiner dans la ville. La question de la capacité du personnel municipal de pouvoir s’en occuper convenablement et à quel prix a été soulevé. En effet le plan de la Ville est basé sur la surveillance et l’entretien de 11 patinoires extérieures Le maire a cependant indiqué qu’il y aurait  » des heures additionnelles qui va coûter de l’argent à la Ville, mais cela ne sera pas 100 000 $. » Il a rappelé également que la Ville  » a reçu une somme importante du gouvernement provincial pour faire face aux nouvelles réalités de la pandémie. Donc s’il faut ajouter des ressources additionnelles pour des heures en plus de nos employés cela ne posera pas de problème.  »

Une autre réalité risque de frapper à la porte des patinoires extérieures. Seront-elles considérées par la santé publique comme étant des lieux de rassemblements interdits?

Rappel

En 2017, les Versants soulignait déjà le grand nombre de patinoires à Saint-Bruno-de-Montarville. En effet, les Montarvillois peuvent compter sur 11 patinoires extérieures alors que Chambly en 4, Beloeil 8, Boucherville , Sainte-Julie 5 ou encore Mont-Saint-Hilaire 6. C’est un record pour une ville de la taille de Saint-Bruno et la municipalité envisageait déjà d’en réduire le nombre.

Selon un rapport, publié en juin 2019 par la municipalité, intitulé État de la situation sur les patinoires, les patinoires Pontbriand et des Aviateurs étaient les patinoires les moins fréquentaient les années précédentes.

D’après ce rapport, il est indiqué que « 56,2 % des répondants (d’un sondage) sont ouverts à diminuer le nombre de patinoires extérieures », et qu’il en coûte environ 200 000 $ chaque année pour l’entretien et la surveillance des 11 patinoires.

Quant à une patinoire réfrigérée et couverte, l’idée semble plutôt bien accueillie au sein de la population. Le rapport indique même que cette infrastructure serait dans les plans « à moyen terme et si le budget le permet ». Le parc Marie-Victorin, « en fonction des mouvements de plateaux », le parc Rabastalière, « en fonction de la construction du complexe multisports », le parc Duquesne ou encore à proximité de l’aréna et de l’École secondaire du Mont-Bruno, « en fonction des plans de la Commission scolaire des Patriotes pour les autres infrastructures », seraient des « sites potentiels à explorer » pour un tel projet. « La patinoire permanente couverte et réfrigérée de Candiac est estimée à 3 600 000 $ avec une subvention de 1 800 000 $ », est-il souligné dans le rapport.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires