Saint-Basile-le-Grand adopte une politique de tournage

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Saint-Basile-le-Grand adopte une politique de tournage
En tournage l'hiver dernier sur le bord du Richelieu avec Rosalie Bonenfant et Roy Dupuis, le directeur photo, Philippe St-Gelais, et le perchiste, Casey Brown, pour le dernier film de Renée Beaulieu. (Photo : archives)

La Ville de Saint-Basile-le-Grand a adopté une politique de tournage lors de l’assemblée régulière du 2 mai. Cette politique a pour objectif de régir les demandes de tournage cinématographique et publicitaire sur son territoire.

Avant la création de la Régie intermunicipale de sécurité incendie de la Vallée-du-Richelieu, en 2019, les demandes de tournage étaient reçues et traitées par le Service de sécurité incendie de Saint-Basile-le-Grand. Depuis trois ans, le dossier est tombé sur le bureau de la coordonnatrice culturelle, Julie Patenaude.

Depuis, il y a eu trois tournages sur trois jours en 2019; six tournages en quatre jours en 2020; puis 15 tournages sur une période de 26 jours en 2021.

La politique de tournage se veut aussi un moyen de préserver la qualité de vie et le droit à la quiétude des citoyens.

« Il y a eu des tournages dans les dernières années à Saint-Basile-le-Grand. Ce que l’on se rendait compte, pourquoi on était si populaires que ça, dans le fond, c’est parce que l’on n’avait pas beaucoup de conditions, ni de cadre autour [de ces tournages]. Puis on se rendait compte qu’on leur faisait ça pour une bouchée de pain », met en contexte le conseiller du district 3, Denis Vézina.

Rappelons que l’année dernière, en pleine période estivale, un tournage en provenance des États-Unis s’était déroulé dans la région. L’équipe de production avait comme campement de base le stationnement du magasin grande surface Maison Éthier. Parmi les acteurs qui participaient à ce tournage, Joaquin Phœnix.

La Municipalité avait alors mentionné au journal ne pas être au courant des détails de cette production américaine même si le camp de base se retrouvait sur son territoire. « Puisqu’il s’agit d’un terrain privé, les responsables n’avaient pas l’obligation, pour l’instant, d’obtenir un permis remis par la Ville pour ce projet. Saint-Basile en est à élaborer une politique qui prévoira dorénavant que tout tournage, même sur des terrains privés, devra être déclaré à la Ville », nous avait-on répondu.

Politique adoptée

Cette politique a maintenant été adoptée. Elle vise à encadrer les tournages qui ont lieu à Saint-Basile-le-Grand, à sensibiliser les maisons de production aux divers règlements à respecter, puis à établir un mécanisme afin que les frais engendrés par les productions soient assumés par les demandeurs et non les citoyens.

Les enregistrements dans le cadre de bulletins d’informations télévisés ne nécessitent aucune demande d’autorisation, à condition que la collaboration de la Ville ne soit pas requise.

« Avec cette politique, on est venus composer une structure qui nous permet de faire la location, mais tout en prenant en considération le respect des quartiers, le civisme, le bruit, l’occupation du domaine public. Ça nous permet d’avoir un encadrement plus serré », précise Denis Vézina.

Par tournage, la Municipalité entend films, téléséries, vidéoclips, publicités, documentaires, téléréalités… sur son territoire. Ce qui inclut aussi les enregistrements effectués sur des propriétés privées.

La demande d’autorisation doit être adressée au Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire.

« Ce que le comité de la Culture confirme, c’est que même si ça coûte plus cher, les gens voudront venir tourner ici, à Saint-Basile-le-Grand. Parce que nous avons des paysages et des emplacements qui permettent de venir y faire des tournages », de conclure l’élu.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires