Retour sur le défilé

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Retour sur le défilé
Le maire Yves Lessard lors du défilé de la Fête nationale du Québec. (Photo : Frank Jr Rodi)

Fête nationale du Québec

Le défilé qui a été organisé dans les rues de Saint-Basile-le-Grand dans le cadre de la Fête nationale, le 24 juin, a permis de rejoindre des centaines de citoyens, petits et grands. En entrevue avec le Journal de Saint-Basile, le maire, Yves Lessard, revient sur le succès de l’événement.

Plus tôt ce printemps, le maire Yves Lessard laissait entendre en entrevue que quelque chose se tramait dans les coulisses de la Municipalité afin de souligner la Fête nationale du Québec sur le territoire : « On ne peut pas l’organiser dans un endroit fixe, comme les années précédentes. Mais on peut la modifier afin d’amener l’activité chez les gens. » Le 24 juin en soirée, c’est ce qui est survenu, alors que la Municipalité a présenté un défilé sur trois trajets différents.

« Une mini parade pour du grand bonheur. » – Yves Lessard

En raison de la pandémie, plusieurs activités ont été annulées dans les municipalités. Saint-Basile-le-Grand n’y a pas échappé avec toute la programmation culturelle estivale qui est tombée à l’eau. En tout, ce sont 14 journées d’activités qui ont été annulées sur le territoire grandbasilois et qui étaient prévues entre le 19 juin et le 30 août. « Il y a normalement beaucoup de petits événements à Saint-Basile-le-Grand pendant l’été. Les Classiques de la gloriette, les Dimanches sur le parvis, le cinéma en plein air, des expositions… Mais à cause de ce virus, rien de tout ça n’a été possible. C’est venu créer un grand vide dans la population. Pourtant, les gens ont besoin de sortir, de socialiser, de se voir. Puis ça, on le ressentait », raconte Yves Lessard, soulignant du même souffle que la Fête nationale du Québec est célébrée « de façon marquante » depuis plusieurs années à Saint-Basile-le-Grand. « L’intention cette fois n’était pas d’attirer tout le monde au même endroit, mais plutôt d’aller chez les gens. C’est ce qui nous a motivés à organiser une activité. »

M. Lessard lève son chapeau à l’équipe du Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire, qui a mis la main à la pâte afin de proposer une alternative aux citoyens. « Notre coordonnatrice culturelle, Julie Patenaude, a développé le projet. Au final, ce fut un fichu de bon travail », commente le maire. Celui-ci évoque « une mini parade pour du grand bonheur ».

Dans la région, Saint-Basile-le-Grand aura été l’une de ces rares municipalités non seulement à souligner la Fête nationale du Québec, mais aussi à organiser un événement de façon concrète malgré la pandémie et les restrictions de la santé publique.

Quand on lui demande si le fait d’avoir été député fédéral pour le Bloc québécois de 2004 à 2011 a pu avoir un impact sur la décision de tenir un événement pour la Fête nationale du Québec, le maire admet qu’il y a eu peu de villes au rendez-vous. « Je suis souverainiste. Je tiens beaucoup à ce que les gens puissent célébrer le fleurdelisé. Les gens s’identifient à des symboles forts de tradition, de valeur, de culture. C’est ce qu’ils sont et, oui, c’est quelque chose qui me tient à cœur », de répondre M. Lessard, qui demeure à Saint-Basile-le-Grand depuis 48 ans.

Un défilé de 11 km

Avec trois itinéraires, le défilé aura couvert l’équivalent de 11 km de routes dans Saint-Basile-le-Grand, qui en compte pourtant plus d’une soixantaine au total. « Les endroits les plus densément peuplés ont été ciblés, explique le principal intéressé. Nous avons aussi pris soin de passer à proximité de certains grands parcs, dans lesquels les gens pouvaient assister à la parade. »

Le défilé aura passé près des parcs du Ruisseau, de la Seigneurie, du Pont-de-Pruche, Duquet, de Montpellier et des Trinitaires. Personnages et mascottes ont aussi été applaudis dans les grands développements de la municipalité, plus particulièrement les quartiers des Oiseaux et des Arbres, dans la partie du Vieux-Saint-Basile ainsi que dans les rues de la Vieille-France.

Enfin, il a aussi été question de répéter l’événement dans l’avenir. Au téléphone, Yves Lessard indique en premier lieu la préparation du budget à venir, plus tard cette année. Pour une première occasion, le succès était au rendez-vous. « Même si c’était minimale comme parade, le contexte nous servait bien. Si nous sommes encore en pandémie l’année prochaine – on ne le souhaite pas évidemment – mais si c’est encore le cas, on pourra y réfléchir plus longtemps. La réflexion est là », laisse-t-il entendre, avec la possibilité d’allonger le tout, avec davantage de figurants et de chars.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des