Repêchage de la LHJMQ : Nathan Baril avec le Drakkar de Baie-Comeau

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Repêchage de la LHJMQ : Nathan Baril avec le Drakkar de Baie-Comeau
Le recruteur-chef de la concession du Drakkar de Baie-Comeau, Pierre Desjardins, ainsi que le Montarvillois Nathan Baril. (Photo : courtoisie Drakkar de Baie-Comeau)

L’attaquant de la structure des Gaulois de Saint-Hyacinthe, Nathan Baril, a été sélectionné lors du repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, en juin dernier. Le Montarvillois a été appelé en 1e ronde, 18e choix au total, par le Drakkar de Baie-Comeau.

À l’aube de ce repêchage, qui a eu lieu les 25 et 26 juin, Nathan Baril était classé 10e parmi les espoirs de l’encan 2021 de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

« Je suis super content!, lance d’emblée Nathan Baril, en entrevue avec Les Versants. Baie-Comeau, c’est une super belle ville! Puis le Drakkar, c’est une bonne organisation! Je ne pouvais pas demander mieux! »

Le jeune homme de 16 ans a vécu ce moment en famille et avec des amis dans la salle d’un club de golf. « J’étais avec mon bon ami Marc-Olivier Beaudry. Nous avions joué au golf dans la journée. Il a été choisi au 16e rang par Drummondville. Nous étions avec nos familles et quand nous avons été sélectionnés, tout le monde criait, tout le monde était content. Ce sont de beaux souvenirs que je vais conserver », explique Nathan Baril.

« Baie-Comeau, c’est une super belle ville! Puis le Drakkar, c’est une bonne organisation! Je ne pouvais pas demander mieux! » – Nathan Baril

Son père, l’animateur Jean-François Baril, que le journal a joint, évoque un sentiment de fierté quand il parle de ce repêchage. « Un choix de premier tour, ce n’est pas rien. C’est un honneur, un privilège. Ce sera toujours sur sa feuille de route. »

Bien qu’il fasse partie des Gaulois de Saint-Hyacinthe au midget AAA, Nathan Baril n’a pas disputé de matchs au cours de la dernière année, en raison de la pandémie. Auparavant, il avait été capitaine du Noir et Or de l’école secondaire De Mortagne, à Boucherville, pour la campagne 2019-2020. Une saison lors de laquelle il s’était illustré avec 19 buts en 25 rencontres. Il avait terminé le calendrier avec un total de 42 points.

Pour son talent et son caractère

« Nous avons repêché Nathan parce qu’il est un joueur talentueux qui a du caractère. C’est ce que nous recherchions; il entre dans ces normes, répond le recruteur-chef de la concession du Drakkar de Baie-Comeau, Pierre Desjardins, que le journal a joint. Sur la glace, c’est un joueur intelligent qui joue avec cœur et engagement. »

C’est Pierre Desjardins qui est allé rencontrer Nathan au Colisée Jean-Béliveau afin de lui remettre son chandail du Drakkar.

« On banalise ça un peu, jouer dans la LHJMQ, mais il y a beaucoup d’efforts dans ça. Des heures d’entraînement. Oui, il y a le talent, mais aussi la discipline, rappelle Jean-François Baril. À 16 ans, pendant que ses amis sortent pour faire le party pis boire de l’alcool, Nathan s’entraîne pis prend soin de lui. Ce sont de beaux sacrifices. »

Situation complexe

En entrevue, Pierre Desjardins reconnaît que la situation avec la COVID compliquait les choses en vue du repêchage. « Puisqu’il n’y avait pas de match au cours de la dernière année, c’était difficile d’observer les joueurs en action. Pour Nathan, il a fallu se fier à ses années bantam et à un très bon tournoi qu’il a connu avec le midget espoir. Nous avons hâte de le voir au camp. »

Le joueur de 5’8” et 155 lb promet d’être du camp de sa nouvelle formation le 16 août prochain. « Je n’ai aucune idée si je ferai l’équipe dès la première année. Je sais qu’ils recherchaient des joueurs travaillants. Je crois que j’entrais bien dans l’identité de l’organisation », dit-il.

Par contre, l’athlète est à l’entraînement depuis déjà quelques mois. Avant même le repêchage, le hockeyeur visitait cinq jours par semaine le gymnase. Puis il prend part à des entraînements sur glace trois fois par semaine. « On a bien hâte de voir ce qui se passera au camp, laisse entendre son père. Il n’y a pas eu de matchs au cours de la dernière saison. C’est difficile de savoir où Nathan se situe parmi les meilleurs de la province. »

Des débuts à Saint-Bruno

Nathan a entamé son hockey avec l’Association du hockey mineur de Saint-Bruno-de-Montarville. D’abord avec les Aigles de Saint-Bruno, ensuite au sein du Phénix. Mais avant de jouer au hockey, il a suivi des cours d’initiation au patin avec le Club de patinage artistique à l’âge de quatre ou cinq ans. L’apprentissage s’effectuait sur la petite glace de l’aréna Michael-Bilodeau. « C’est mon père qui m’a initié au hockey. On avait une patinoire dans la cour et, à deux ans, j’étais déjà sur la glace, toujours en train de jouer. Quand ce n’était pas sur une patinoire, je jouais dans la rue ou dans le sous-sol. Mes plus belles années, je les ai vécues avec le hockey mineur de Saint-Bruno. J’y ai appris les bases de ce sport. C’est la moitié de ma vie. »

« Jamais je lui ai mis des patins dans les pieds en pensant qu’un jour, il serait sélectionné dans la LHJMQ. Je suis fan de hockey et de patin. Tout ce que je voulais, c’est lui donner l’occasion de passer du temps avec sa sœur sur cette glace pour qu’ils s’amusent », dira son père.

Le garçon n’hésite pas à nommer Martin Brochu et Martin Roy, qu’il a côtoyés pendant trois saisons au hockey mineur, comme des entraîneurs inspirants. « Ils m’ont donné plusieurs conseils. »

Enfin, Nathan Baril dit s’inspirer de Brayden Point, un récent champion de la Coupe Stanley avec le Lightning de Tampa Bay. Il s’y compare par son éthique de travail, son désir de gagner et son aspect offensif.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires