Rencontre avec Pierre Duhamel

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Rencontre avec Pierre Duhamel
L’artiste peintre Pierre Duhamel a vécu plusieurs années à Saint-Bruno-de-Montarville; aujourd’hui, il demeure à Saint-Charles-sur-Richelieu. (Photo : Frank Jr Rodi)

Jusqu’au 10 novembre, il est possible d’assister à une exposition collective mettant en vedette l’artiste peintre Pierre Duhamel, membre de l’Institut des arts figuratifs (IAF). Entrevue avec celui qui a peint les « décors » de Saint-Bruno-de-Montarville pendant des années.

L’exposition, qui se déroule actuellement au vignoble La Grande-Allée, à Mont-Saint-Hilaire, tourne autour de Pierre Duhamel. Il s’agit des œuvres de six artistes, et de leur mentor, Pierre Duhamel. Ils ont appris et amélioré leur art grâce aux conseils de ce dernier.

Les débuts

Questionné par Les Versants, Pierre Duhamel souligne qu’il enseigne la peinture à d’autres artistes depuis maintenant 40 ans. À cette époque, il travaillait pour le Canadien National et créait ses œuvres à la spatule. « J’ai une tante qui pratiquait aussi la peinture; un jour, elle m’a demandé de lui enseigner. Quand je suis arrivé chez elle, il y avait cinq autres personnes sur place qui voulaient aussi apprendre la peinture! » se rappelle-t-il.

Bien qu’il ait délaissé la spatule quelque temps pour bifurquer vers les pinceaux, il n’a pas tardé à retourner à ses anciennes amours. « C’était plus naturel pour moi. C’est aussi un style plus rare », commente Pierre Duhamel.

Boudro

Celui qui est demeuré plusieurs années à Saint-Bruno-de-Montarville a enseigné son art à bien des artistes peintres dans différents centres d’interprétation artistique du Grand Montréal. Parmi ses élèves, notons un jeune homme qui s’est ensuite fait connaître d’abord par des œuvres illustrant New York et ses taxis jaunes, plus tard par des personnages de dessins animés, des superhéros et des logos colorés. « J’ai donné des cours à Boudro. Il avait beaucoup de talent; je lui apprenais les techniques, les couleurs. Il était bon! Aujourd’hui, je dirais que c’est probablement l’élève à qui j’ai enseigné qui a le mieux réussi », d’observer fièrement Pierre Duhamel. De retour à Montréal ce mois-ci, Boudro présentait son exposition solo, Boudro 360°, à la Galerie MX. Ses œuvres se retrouvent dans diverses galeries à travers la planète.

En entrevue, Pierre Duhamel dira que la vie l’a mené de Saint-Bruno-de-Montarville à Saint-Charles-sur-Richelieu. Depuis quelques années, il habite une maison en face de la rivière Richelieu. Son atelier s’y trouve. Quand il n’étale pas de peinture sur des tableaux, il continue l’enseignement, à Saint-Bruno, Beloeil, Saint-Hyacinthe.

Lorsqu’on lui demande si son style a changé depuis qu’il a passé du territoire montarvillois à celui de Saint-Charles-sur-Richelieu, M. Duhamel s’explique ainsi : « Mes sujets ne sont plus les mêmes… Avant, je peignais beaucoup de petites maisons et des décors de Saint-Bruno. Maintenant, j’illustre l’état sauvage et les couchers de soleil. Il y a ici [Saint-Charles-sur-Richelieu] des couchers de soleil effrayants! »

Enseigner… et apprendre

Pour enseigner son art, Pierre Duhamel a dû, à son tour, apprendre également. Il n’a pas été conseillé par n’importe qui. Doyen de la peinture au Québec et membre d’honneur de l’IAF, Umberto Bruni (104 ans) a su lui prodiguer quelques trucs. « Il m’a donné de bons conseils, commente-t-il. Dont celui de peindre dehors afin de capter toute l’essence de la peinture : la lumière. »

Dans le cadre du Festival international de la poésie, le Musée Pierre-Boucher, à Trois-Rivières, accueille pour la première fois des artistes, dont Pierre Duhamel, de l’IAF, avec l’exposition Signatures. Le principal intéressé ne le croit pas encore : « Ma première toile, je l’ai terminée à la maison, il y a plus de 40 ans. D’ailleurs, cette première année, j’ai produit plus de 400 tableaux! Aujourd’hui, j’ai un tableau dans un musée. La vie, parfois… »

Les meilleurs moments

Sur une période de plus de 40 ans, le Montarvillois d’origine dénote plusieurs bons moments. Par contre, il insiste sur deux souvenirs en particulier. Exposition à Saint-Bruno dans les années 1980-1982. « J’avais alors vendu 42 œuvres en 30 minutes! » Lors d’une autre manifestation culturelle à laquelle il prenait part, cette fois un lundi soir au restaurant La Rabastalière, les visiteurs attendaient en file sous la pluie pour assister à l’événement. « Malgré la pluie, il y avait des gens jusqu’à la rue Roberval! C’était le beau temps de la vie… », laisse-t-il planer pour conclure.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des