Redorer le blason du Blizzard

Redorer le blason du Blizzard

Les joueurs du Blizzard du Mont-Bruno porteront cet uniforme dès la saison prochaine. (Photo : Frank Jr Rodi)

École secondaire du Mont-Bruno

L’École secondaire du Mont-Bruno souhaite la renaissance du Blizzard, son club sportif. Le gala Méritas, tenu le 22 mai et qui honorait les athlètes s‘étant le plus illustrés dans différentes catégories, n’était qu’une étape parmi plusieurs pour arriver à cette fin.

Au total, 30 distinctions ont été distribuées au sein des athlètes des différentes équipes du Blizzard du Mont-Bruno lors de ce premier gala Méritas. Sept prix d’excellence ont aussi été décernés selon diverses catégories. La toute première coupe Desjardins a été attribuée à l’athlète féminine (Émilie Frenette) et l’athlète masculin (Volker Tardif) de l’année. L’événement a été créé afin de souligner les efforts des joueurs des formations du Blizzard du Mont-Bruno. « Le plus beau dans cette histoire, c’est que nous sommes partis de rien, de zéro, amorce l’un des membres du comité organisateur, Éric Bastien. Mais avec le soutien financier de commerces et d’entreprises de la région, et le partenariat de la Caisse Desjardins, nous avons pu mettre en place, notamment, le gala. »

« Il y a une fierté d’être de l’aventure du nouveau Blizzard! » – Lyne Lepage et Éric Bastien

15 000 $ en 5 ans

La Caisse, entre autres, verse la somme de 15 000 $ de son Fonds d’aide au développement du milieu pour ce partenariat de 5 ans. La nouveauté permise par l’association avec la Caisse est de produire un projet proposant de stimuler l’esprit d’entreprise par la pratique d’activités sportives. En effet, les tournois sont réalisés par les élèves. Un groupe d’étudiants intéressés par l’esprit d’entrepreneuriat va se voir confier la tâche d’élaborer, de gérer et de promouvoir les tournois, et ce, en collaboration avec des élèves des groupes en leadership et éducation physique, qui, eux, ont le mandat de tenir les événements sportifs. « Les dirigeants de la Caisse ont eu un coup de cœur pour ce projet, car il permet aux jeunes à la fois d’adopter de saines habitudes de vie et d’apprendre la gestion, de développer leur confiance en soi, de s’impliquer dans leur milieu et plus encore », de mentionner le directeur général de la Caisse Desjardins du Mont-Saint-Bruno, Sylvain Dessureault.

Le gala donc, mais aussi bien d’autres initiatives. Par exemple, dès la saison prochaine, en septembre, un corridor sportif qui soulignera les exploits des athlètes et des équipes sera aménagé à l’étage des gymnases et un chronomètre sera acheté afin d’organiser un tournoi de basketball à l’école, qui mettra entre autres en action l’équipe de ballon-panier du Blizzard.

De 1 à 14…

Mais il y a davantage. D’une seule formation l’année dernière, pas moins de 14 équipes et 125 athlètes ont porté les couleurs du Blizzard cette saison : hockey, futsal, volleyball, badminton, cross-country, natation, basketball,… Cette hausse s’explique par le bouche-à-oreille, les inscriptions d’étudiants désireux de pratiquer un sport (le coût varie de 200 à 400 $, comprend 3 entraînements par semaine et un uniforme que le joueur pourra conserver avec son nom à l’arrière) et aussi par la promotion de l‘École secondaire du Mont-Bruno pour son organisation sportive. Éric Bastien, qui y enseigne en adaptation scolaire depuis plusieurs années, a fait un « travail colossal » en ce sens. « Mon fils a commencé son secondaire cette année. Par contre, il ne s’est pas inscrit à Saint-Bruno, mais à Mont-Saint-Hilaire. Ça m’a donné un coup quand il m’a répondu : “Il n’y a pas d’équipe à ton école.” Il joue au basket, et j’ai réalisé que certains étudiants choisissent en fonction de pouvoir pratiquer un sport. Pour ma part, je m’identifie beaucoup à l’École secondaire du Mont-Bruno, j’ai plaisir à y enseigner, mais j’avais besoin d’un nouveau défi. »

La saison 2017-2018 s’est d’ailleurs amorcée par une formule de repêchage. « Chaque jeune appelé montait sur scène et nous lui remettions son uniforme du Blizzard », raconte une autre responsable du projet, Lyne Lepage, qui parle d’innovation. « Nous voulions innover pour contrer le fléau des réseaux sociaux et de l’ère numérique, qui prennent de plus en plus de place chez nos ados. Nous désirons promouvoir l’activité sportive dans notre école, transmettre à cette génération future le plaisir, les saines habitudes de vie, la confiance et le dépassement de soi, avance-t-elle. Quiconque a fait du sport à l’école pendant ses cinq années de secondaire a trouvé l’expérience enrichissante et grandiose. C’est une façon aussi d’éviter les mauvaises influences, le côté plus sombre. »

Objectif 20

L’objectif, selon Éric Bastien, est de compter une vingtaine de clubs très bientôt, notamment en proposant d’autres choix : triathlon, golf, flag-football… « Deux équipes par discipline, ce serait intéressant, sans toutefois mettre personne de côté. Si quelqu’un veut s’adonner à un sport, il y aura de la place pour elle ou lui. Par contre, ce n’est pas juste une question de quantité, mais aussi d’aller chercher une qualité chez nos entraîneurs », observe-t-il. Pour ce faire, il y aurait la possibilité de développer certains sports sous l’expertise des entraîneurs des équipes civiles; une discussion avec l’organisation de basketball de Saint-Bruno, les Couguars, serait déjà amorcée.

Tous les deux parlent aussi de redonner une image sportive à l‘École secondaire du Mont-Bruno, de créer un sentiment d’appartenance, et ce, autant à l’intérieur des murs de l’établissement que dans la municipalité de Saint-Bruno-de-Montarville. En donnant comme exemples, l’une « des belles réalisations au Québec », le Rouge et Or de l’Université Laval, Brébeuf, Saint-Lambert… « Pourquoi pas nous! Il y a un bassin de population pour nous encourager, pour nous soutenir. Notre équipe fait partie de l’école de quartier, mais l’école fait partie de la ville. Il y a une fierté d’être de l’aventure du nouveau Blizzard! »

Depuis plus de 25 ans

Le Blizzard de l’École secondaire du Mont-Bruno offre, depuis plus de 25 ans, la possibilité à de jeunes étudiants de pratiquer un sport à l’intérieur de ses locaux. Maintenant, tout ce qui est nécessaire pour la réussite de cette renaissance, en plus de la participation des athlètes, c’est un soutien financier, l’implication essentielle des autres enseignants et de la passion pour poursuivre le projet. « Le but n’est pas de gagner des compétitions, mais d’installer une base pour le futur. Nous sommes à l’an 1. C’est-à-dire qu’il y a encore beaucoup de points à revoir. C’est un travail gigantesque qu’il reste à développer », de conclure Éric Bastien.

QUESTION AUX LECTEURS :

Avez-vous déjà fait partie du Blizzard du Mont-Bruno?