Récit plus personnel pour Maryse Pagé

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Récit plus personnel pour Maryse Pagé
L’auteure Maryse Pagé est montarvilloise. (Photo : Sylvain Plante)

Rap pour violoncelle seul

L’auteure Maryse Pagé publie un premier titre chez Leméac, alors que sa collection jeunesse souligne son 10e anniversaire. Le roman Rap pour violoncelle seul sera officiellement lancé ce jeudi 27 février à Montréal.

La Montarvilloise Maryse Pagé accouche d’un huitième livre, un premier pour la collection Leméac jeunesse, et l’une des rares nouveautés publiées dans le cadre de ce 10e anniversaire; une fierté pour elle. Rap pour violoncelle seul, une histoire intergénérationnelle, relate la rencontre forcée entre Malik et Marius, un ado et un aîné. Deux êtres diamétralement opposés, mais qui, par la force des choses, se lieront d’amitié. Le premier est jeune et pauvre, l’autre est riche et vieux. Il n’y avait aucune raison pour que tous deux se rencontrent… et pourtant : « Je souhaitais écrire cette histoire d’amitié improbable, deux solitudes qui se rencontrent. Les débuts sont difficiles entre les deux; ils n’étaient pas voués à devenir amis », témoigne Maryse Pagé, en entrevue avec Les Versants.

« Je souhaitais écrire cette histoire d’amitié improbable. » – Maryse Pagé

À l’instar des relations dans ses précédentes séries littéraires, Ce livre n’est pas un journal intime et Charlie-Rock, il y a aussi une histoire intergénérationnelle dans sa dernière œuvre. « J’aime ce genre d’histoire, et dans Rap pour violoncelle seul, elle est encore plus claire », soutient Maryse Pagé. Le lien entre Malik, 15 ans, et Marius, 76 ans, prend forme, prend racine, un chapitre à la fois. « Je voulais démontrer jusqu’où peut aller l’amitié. Jusqu’à la fin, Malik est hyper important pour Marius, même s’il n’y a aucun lien de parenté qui les unit. »

Inspirée de son père…

Son récit de 150 pages, elle le dédie à son père, décédé depuis plusieurs années. « Mon personnage aîné, Marius, et mon père partagent le même prénom. Or, je ne viens pas d’un milieu riche. Par contre, j’ai voulu lui attribuer ce côté non empathique, bougon, mais en même temps, d’un homme au grand cœur », dit celle qui a déjà été travailleuse sociale pour la DPJ.

… et de ses fils

Maryse Pagé est mère de famille. L’un de ses fils est musicien; il écrit des chansons et rappe. Comme le fait Malik dans le roman. D’où le titre… Rap pour violoncelle seul, cet instrument qui fait référence à la musique classique qu’écoute Marius, en solitaire dans son appartement. « Alexis m’a aidé pour le canevas d’une pièce vers la fin du livre. » Un autre de ses fils, Renaud, est ambulancier. Il a déjà été préposé aux bénéficiaires dans une résidence pour personnes âgées. « J’ai une admiration sans bornes pour ces gens sous-payés. Il m’a raconté des histoires qu’il a vécues et qui m’ont servi pour ce bouquin », mentionne la romancière.

« En tant qu’écrivain, on va chercher des bouts ici et là de notre vie, on s’inspire des gens autour de nous, on mélange le tout et on fait une recette! C’est ainsi; on s’inspire un peu de tout ce qui nous entoure », poursuit celle à qui l’on doit aussi Raconte-moi le Cirque du Soleil, paru l’an dernier après un concours remporté par une jeune écolière de Saint-Bruno.

Exorciser un fait vécu

Lorsqu’elle a proposé son manuscrit à Leméac jeunesse, Maryse Pagé a rencontré le directeur de la collection, Maxime Mongeon, « un éditeur non interventionniste ». Il lui a posé cette question : « Pourquoi écris-tu cette histoire précise plutôt qu’une autre? » La réponse à cette interrogation a été assez personnelle pour que la principale intéressée pousse sa démarche littéraire encore plus loin avant la publication finale. « J’ai réalisé à quel point cette histoire était plus personnelle que toutes les autres que j’avais écrites auparavant », note Maryse Pagé, qui envoie son personnage adolescent à l’hôpital aux deux tiers de la lecture. Une façon pour elle d’exorciser le réel accident de son fils, survenu dans des circonstances différentes de celui de Malik, mais dont les blessures sont semblables. « Il y a eu ce choc post-traumatique dans la famille. C’est venu changer sa vie. Il venait d’amorcer le cégep. Cet événement l’a amené à réfléchir. »

Maryse Pagé est aussi scénariste et recherchiste. Actuellement, elle travaille sur l’émission à succès de TVA, Révolution. Le personnage principal de la trilogie Ce livre n’est pas un journal intime a été adapté en websérie, TEZO, sur le site de Télé-Québec. « Je vais travailler très fort pour vendre l’histoire de Malik et Marius au cinéma ou en série de six épisodes », assure-t-elle. Le lancement aura lieu ce jeudi 27 février, de 17 h 30 à 19 h 30 à la librairie Raffin (6330, rue Saint-Hubert) de la Plaza Saint-Hubert, à Montréal.

QUESTION AUX LECTEURS :

Votre vie vous inspire-t-elle pour raconter des histoires?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des