Que font les villes pour les piétons?

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Que font les villes pour les piétons?

Sécurité routière

La Ville de Montréal a annoncé récemment des mesures pour améliorer la sécurité des piétons, notamment en leur accordant plus de temps pour traverser aux intersections. Où en sont rendues nos municipalités, question sécurité des piétons?

« Les mesures adoptées par Montréal concernent des traverses munies de feux de circulation pour piétons, souligne la directrice des communications de Saint-Bruno, Suzanne Le Blanc. Il faut comprendre qu’à Saint-Bruno, on ne trouve aucun feu de circulation muni de feux pour piétons, à l’exception des intersections De Boucherville/116 et Seigneurial/116, attribuables à l’emplacement de ces feux, où l’on ne trouve pas de piétons. Ces feux sont aux Promenades, en bas du viaduc et à côté du Walmart, ainsi que sur montée Montarville, à la sortie de l’A30. Il s’agit d’une situation fort différente de celle de Montréal, car ces endroits sont peu ou non utilisés par les piétons. »

« Saint-Basile collabore avec le MTQ afin d’assurer la sécurité des piétons. » – Stéphanie Plamondon

Quant aux initiatives adoptées récemment, Mme Le Blanc en rappelle quelques-unes : « En 2018, des trottoirs ont été abaissés aux passages de piétons afin de permettre l’accès plus facilement. En 2019, des passages pour piétons ont été ajoutés à quelques endroits sur le boulevard Clairevue. Notons aussi l’ajout dans la ville de panneaux indiquant un passage de piétons en présence d’un passage traversant quatre voies de circulation et d’un terre-plein, comme sur Clairevue. Aussi, on retrouve le marquage au sol d’un symbole de piéton dans chacune des voies de circulation. Enfin, en 2019, sur la rue Montarville et sur Seigneurial, deux passages pour piétons surélevés ont été aménagés. »

Il faut aussi souligner les travaux de la rue Montarville, ceux qui ont été effectués et ceux à venir, dont la nature est notamment de prioriser les piétons.

À la suite du décès de Gianfranco Passuello, survenu le 12 janvier 2018 sur la 116, le ministère des Transports du Québec (MTQ) est intervenu sur le territoire de Saint-Basile. Il a décidé d’interdire le virage à droite au feu rouge du croisement de la 116 et du boulevard du Millénaire, en direction de Saint-Bruno. Un changement similaire a été apporté à l’intersection de la route 116 Ouest et de la montée des Trinitaires.

Saint-Basile garde un œil sur les traverses

« Saint-Basile collabore avec le MTQ afin d’assurer la sécurité des piétons et s’assurer que les temps requis pour traverser sont adéquats », explique la directrice du service des communications à Saint-Basile, Stéphanie Plamondon. Or, le MTQ n’a pas toujours été si coopératif. Faut-il rappeler que dans le cadre de son premier budget participatif, en 2014, la Municipalité avait appuyé un projet citoyen qui proposait la configuration de passages sécurisés sur la 116 destinés aux piétons et cyclistes par la mise en place d’aires de refuge au terre-plein central. Le projet n’a jamais vu le jour en raison des contraintes du MTQ.

Aujourd’hui, la Municipalité étudie la sécurité de la totalité des intersections et des traverses piétonnières de la 116 se trouvant sur son territoire, dont celles qui mènent aux abribus. « La géométrie de l’intersection du boulevard du Millénaire et de la 116 sera modifiée dans le cadre des travaux du boulevard du Millénaire », avance Stéphanie Plamondon. Saint-Basile profitera de ces travaux pour ajouter une traverse pour piétons sur du Millénaire, à hauteur de Maxi. « L’élargissement du passage à niveau du boulevard du Millénaire est également prévu dans le cadre de ces travaux », ajoute-t-elle. Si c’est possible et pertinent, la Ville va aussi prévoir l’aménagement de saillies de trottoir.

Quant aux requêtes citoyennes reçues récemment sur la sécurité des piétons, Mme Plamondon rappelle le problème d’éclairage du sentier piétonnier Armand-Charbonneau, passage qui relie la rue Armand-Charbonneau et la route 116. « Nos équipes sont actuellement à ajouter de l’éclairage supplémentaire. Nous avons aussi obtenu une demande concernant l’intersection de l’avenue du Mont-Bruno et de la rue Champagne pour l’ajout d’un stop », poursuit Stéphanie Plamondon, qui souligne l’implication des membres du comité de circulation, entre autres pour analyser les plaintes et les requêtes afin d’éliminer ou réduire les problèmes de circulation.

Sainte-Julie cherche un coordonnateur – Sécurité routière et mobilité durable

Sainte-Julie a créé cette année un nouveau poste, celui de coordonnateur – Sécurité routière et mobilité durable. Elle est en processus de recrutement. La personne qui occupera ce rôle aura le « mandat d’étudier la situation et de proposer des interventions pour améliorer la sécurité des piétons et cyclistes ».

Contrairement à Saint-Bruno et Saint-Basile, le cas de Sainte-Julie est particulier. Nombreuses sont les intersections avec feux de circulation, et ce, à l’intérieur même du territoire. En ce sens, Sainte-Julie fait des efforts pour assurer la sécurité des piétons. « La quasi-totalité des feux de circulation est protégée avec une durée de passage suffisamment longue pour permettre de traverser en toute sécurité, note la directrice du Service des communications de Sainte-Julie, Mélanie Brisson. Autrement dit, toutes les directions sont au feu rouge durant le passage des piétons. » La durée varie selon la distance à franchir, mais d’après elle, le délai accordé est d’un peu plus de 1,5 seconde par mètre traversé.

Là où Saint-Basile a échoué en raison des contraintes du MTQ (la 116 est sous sa juridiction), Sainte-Julie accumule les refuges pour piétons à certaines intersections. « [Ceux-ci] permettent aux marcheurs de s’arrêter de façon sécuritaire à la mi-traverse », souligne Mélanie Brisson. On retrouve notamment ces repaires aux intersections Armand-Frappier/Fer-à-Cheval, Fer-à-Cheval/des Hauts-Bois, Armand-Frappier/de Murano ainsi qu’Armand-Frappier/l’entrée du terminus.

D’autre part, Sainte-Julie a mis en place quelques initiatives en faveur de la sécurité des piétons depuis la dernière année. Panneaux lumineux pour signaler de façon plus marquée l’approche d’un passage pour piétons; afficheurs de vitesse; compteurs de piétons et cyclistes pour réaliser des comptages servant à alimenter les diagnostics dans le cadre d’analyse de requêtes ou de projets à venir. « La Ville travaille actuellement sur l’uniformisation de la signalisation des passages pour piétons. » De plus, la Municipalité s’assure d’ajouter des trottoirs, des pistes cyclables ou des avancées de trottoirs pour sécuriser les traverses aux intersections lors de réfection de rues. Les programmes En toute confiance vers l’école, À pied, à vélo, ville active, Rue conviviale sont d’autres exemples qui illustrent l’importance de la sécurité piétonnière sur le territoire julievillois.

Mélanie Brisson insiste : « Sainte-Julie accorde une grande importance à la sécurité routière des piétons et cyclistes, une résultante des certifications de Sainte-Julie en tant que Municipalité amie des enfants, Municipalité amie des aînés et Municipalité VÉLOSYMPATHIQUE, sans oublier ses efforts pour encourager les déplacements actifs dans le but de favoriser les saines habitudes de vie et lutter contre les changements climatiques. Pour atteindre ses objectifs, la Ville considère qu’il est primordial de s’assurer que ces déplacements puissent se faire en toute sécurité. »

Une campagne de sensibilisation portant sur le partage de la route et la sécurité de tous les usagers de la route est également prévue au printemps à Sainte-Julie.

QUESTION AUX LECTEURS :

Passages piétonniers : êtes-vous en sécurité dans votre municipalité?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des