Quand BMX rime avec camping

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Quand BMX rime avec camping
En 2019, lors d’une compétition de BMX à Saint-Bruno, les campeurs avaient envahi le terrain vacant. (Photo : Frank Jr Rodi)

Cet été, lorsque le Club de BMX a été l’hôte des compétitions de la Coupe Québec #10 et #11, près de 70 roulottes et autres véhicules de camping ont envahi un terrain à proximité du parc Marie-Victorin.

Le terrain en question appartient à la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville. C’est ce site que la Municipalité avait acquis d’Hydro-Québec en 2018 afin d’y déménager les terrains de baseball du parc Rabastalière. Le conseil municipal avait approuvé l’achat d’une partie du lot (superficie de 22 720 m2) appartenant à Hydro-Québec, situé entre le boulevard Clairevue et la rue Marie-Victorin. Le coût de la transaction s’était soldé à près de 1 470 000 $.

« On sent l’engouement, la mode de la vanlife. » -Emmanuel Chalifoux

Au départ, le centre aquatique/complexe sportif devait être construit sur le site des terrains de balle du parc Rabastalière. Mais puisque la première pelletée de terre n’a toujours pas été donnée, le terrain du parc Marie-Victorin demeure vacant.

Lors de compétitions de BMX sur la piste du parc Marie-Victorin, c’est donc sur ce terrain que s’installent motorisés, roulottes et campeurs tout au long de la durée de l’événement.

« C’est le Club de BMX La Tuque, le premier, qui a permis de faire du camping sur place lors des activités qu’il organise, explique le directeur technique du Club de BMX Rive-Sud, Emmanuel Chalifoux. Depuis quelques années, les cinq ou six dernières années, d’autres clubs ont suivi le pas et proposent aussi des terrains pour camper sur place. »

Cette offre permet aux participants venant de l’extérieur de ne pas retourner à la maison entre la course du samedi et celle du dimanche. C’est aussi une option moins dispendieuse que d’aller dormir à l’hôtel.

Source de revenus

Pour le club hôte, ici le Club de BMX Rive-Sud, c’est aussi une source de revenus. Par exemple, quelques jours avant la tenue de la Coupe Québec #10 et #11, le site Internet de l’organisme sportif affichait cette annonce : « Réservez votre place de camping pour les manches #10 et #11 de la Coupe Québec BMX. L’événement se déroule le samedi 21 août et le dimanche 22 août sur la piste de Saint-Bruno-de-Montarville. Les réservations se font sur la plateforme Amilia. Vous pouvez choisir un soir seulement ou les deux. »

En entrevue, Emmanuel Chalifoux nous apprend que le coût pour chaque occupant est de 15 $ pour un soir, ou d’une vingtaine de dollars pour tout le week-end. Avec près de 70 véhicules et/ou tentes lors du dernier rendez-vous d’envergure présenté sur la piste du parc Marie-Victorin, les retombées estimées oscillent entre 1050 $ et 1400 $. Ce qui n’est pas négligeable. « C’est interdit d’allumer des feux et il n’y a aucun service sur les terrains. Cependant, c’est quelque chose qui fonctionne bien pour nous et qui intéresse les participants aux courses qui s’amènent de l’extérieur. C’est une option plus simple, d’autant qu’autour de Saint-Bruno, les terrains de camping se font plutôt rares. Pour les cyclistes du Club de BMX Rive-Sud, la plupart retournent à la maison », poursuit M. Chalifoux.

Il n’y a aucun service sur les terrains. Or, le centre d’accueil du parc Marie-Victorin, le chalet, est ouvert pour les toilettes et les douches.

Pour le directeur technique, la venue de tous ces véhicules, roulottes, motorisés et autres Westfalia démontre aussi un essor pour le mouvement vanlife. « On sent l’engouement, la mode de la vanlife. »

Dans un précédent entretien avec Les Versants, le trésorier du Club de BMX Rive-Sud, Benoît Allaire, avait confié faire partie d’une grande famille avec les autres membres. Évoquant cet aspect du camping, il avait précisé que « la famille BMX, c’était l’essentiel derrière les courses. Nous sommes là pour nos enfants, pour les soutenir et les encourager, mais on y retourne week-end après week-end, car ça devient une famille et des amis ».

Des propos que réitère Emmanuel Chalifoux : « C’est la grande famille BMX qui se déplace lors des courses de Coupe Québec. »
Celles-ci se déroulent notamment à des endroits comme Crabtree, Drummondville, Saint-Jean-sur-Richelieu, Bromont, La Tuque et Coteau-du-Lac…

Enfin, l’une des pilotes de BMX, Catherine Bernier, rappelle que de plus en plus, des clubs s’organisent pour offrir un terrain vacant aux gens qui vont aux compétitions. « C’est agréable d’avoir accès à ce type de proposition. Souvent, c’est un terrain tout près de la piste, comme à Saint-Bruno. Ça permet de ne pas avoir à se déplacer entre les courses pour aller manger, ni à retourner à la maison pour dormir. »

La Coupe Québec #10 et #11 a attiré quelque 785 pilotes à Saint-Bruno-de-Montarville.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires