Le projet à Saint-Basile dévoilé

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Le projet à Saint-Basile dévoilé
Le projet prévoit quatre immeubles résidentiels pour un total de 838 logements. (Photo : courtoisie)

Groupe Messier, Savard & Associés

La Ville de Saint-Basile-le-Grand a dévoilé lundi dernier les grandes lignes du projet proposé par les promoteurs Groupe Messier, Savard & Associés et qui occuperait le site de l’ancien Maison Éthier. La démolition devrait survenir en 2021. Les travaux, prévus en 2022, se poursuivraient jusqu’en 2024.

Le conseil municipal de Saint-Basile a adopté, lundi dernier en assemblée régulière, le premier projet de résolution d’un Projet particulier de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble (PPCMOI). « C’est sur le boulevard Sir-Wilfrid-Laurier. C’est le projet costaud », de commenter le maire de Saint-Basile, Yves Lessard, lors de l’assemblée du 1er mars.

200 M$

C’est la somme qu’investira Groupe Messier, Savard & Associés pour ce projet à Saint-Basile-le-Grand

Le projet Saint-Basile-sur-le-parc prévoit quatre immeubles résidentiels pour un total de 838 logements. On parle d’appartements et de maisons de ville (sur ce qui deviendra le prolongement de la rue Anne-Hébert). Les immeubles atteindront six étages bâtis d’après une architecture en escalier, soit une gradation pour s’harmoniser avec le secteur. « Le concept architectural assure une intégration harmonieuse avec les résidences avoisinantes par des maisons de ville de deux étages en bordure de rue ainsi que des immeubles en gradation à niveau avec les immeubles voisins de la rue Prévert », nous indique un représentant de Messier, Savard & Associés.

Chaque immeuble aura sa cour intérieure privée. Les stationnements seront intérieurs « pour éviter de créer une mare de stationnement comme c’est le cas actuellement », précise le directeur du Service de l’urbanisme et de l’environnement de la Ville, Philippe Chrétien, qui présentait le projet lors de l’assemblée. Quelque 1000 cases sont d’ailleurs au programme en stationnements souterrains.

Un parc pour tous

Il y a aussi le projet d’implanter un parc public de plus de 100 000 pi2 au centre des immeubles résidentiels. Cet espace vert « libre de tout obstacle bâti » créera une ouverture vers le mont Saint-Bruno et sera accessible à toute la population. Des jeux, autant pour enfants que pour adultes, ainsi que des jeux d’eau seront installés dans cet espace vert. D’autres possibilités sont évoquées : jeu de pétanque, agora pour spectacles, animation et autres loisirs municipaux. L’architecte paysagiste a prévu des arbres qui atteindront neuf mètres de haut à maturité.

Le maire, Yves Lessard, nous en avait déjà glissé un mot dans une précédente entrevue : une partie du centre commercial est appelée à être conservée. On parle ici de la portion entre le restaurant Au Vieux Duluth et le gymnase de Multi-Sports.

La bâtisse principale sera détruite et un nouveau bâtiment commercial sera construit à proximité de la pharmacie Jean Coutu.

Le terrain, situé entre le marché d’alimentation Maxi et la rue Anne-Hébert, a une superficie d’environ 58 375 m2. On remarque aussi un important îlot de chaleur à cet emplacement. « On voulait bénéficier de cette opportunité-là pour régler cette problématique d’îlot de chaleur », explique Philippe Chrétien dans sa présentation.

Mobilité

L’administration a axé les discussions avec les promoteurs sur les déplacements actifs et la mobilité. Piste cyclable, sentiers pédestres, supports à vélo seront intégrés. « Ce que nous voulons, c’est encourager les gens à aller dans les commerces à vélo ou à pied, même chose pour la gare de trains ou le transport en commun. Privilégier la mobilité vers la piste cyclable et les trottoirs », poursuit M. Chrétien.

L’autopartage est une autre exigence que la Ville a demandée. Les résidants du projet auront accès à ce service. « Souvent, l’autopartage vient s’attaquer à la deuxième voiture des ménages. Nous avons exigé du promoteur qu’il s’y attarde », souligne le directeur du Service de l’urbanisme et de l’environnement.

« La conception permet de préserver le milieu résidentiel par le maintien d’une offre commerciale mieux adaptée, en bordure de la route 116, et de créer un milieu d’habitation respectant les objectifs axés sur les transports actifs près d’une gare », confirme-t-on chez Groupe Messier, Savard & Associés.

Un investissement de 200 M$

Il s’agit d’un investissement de 200 M$. « Pour nous, chez Messier, Savard & Associés, l’acceptabilité sociale et la qualité de nos projets sont au cœur de nos réussites. C’est ce que nous ferons encore une fois à Saint-Basile avec notre projet en restant à l’écoute de la population, nous répond le président, Mario Messier. Ce projet a été planifié avec les autorités municipales depuis près de deux ans pour transformer ce centre commercial conçu selon un modèle révolu et pour remplacer cet îlot de chaleur majeur par un milieu de vie de qualité en plus de l’ajout d’un parc public accessible à toutes et à tous. »

Yves Lessard a reconnu que le projet est majeur pour la Ville. « Nous sommes conscients des enjeux que ça pose. Pour nous, c’est le plus gros projet que nous aurons à planifier, conjointement avec l’ensemble de nos services. Mais le site permet un tel concept, et c’est là l’occasion de l’implanter près de la gare et de nos moyens de déplacements. »

Le maire a aussi rappelé que la réglementation de la Ville avait été façonnée en fonction de projets de développement de quartiers tels ceux des Oiseaux, du Ruisseau et du lac Montpellier… des secteurs de Saint-Basile qui ont vu pousser de 180 à 240 maisons. « Là, d’un coup, ce sont 830 unités dans un secteur plus réduit qui vont s’ajouter! Forcément, il y aura des dérogations. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Fannie Rioux-Gauthier
Fannie Rioux-Gauthier
1 mois

J’espère que les citoyens auront le droit de dire Non a ce projet, trop gros et qui ne « fit » pas avec la ville de Saint-Basile. Où est la consultation publique? Des courriels, ce n’est pas assez! Le conseil de ville n’a pas l’aire d’avoir sa population à coeur.

caroline crevier
caroline crevier
1 mois

Bonjour, 
Il y a 25 ans, j’ai acheté ma maison à St-Basile-le-Grand, dans un quartier très tranquille, où j’y ai vu grandir mes enfants.
Je suis totalement en désaccord avec le projet Saint-Basile-sur-le-Parc.
Je ne veux pas me retrouver avec un aussi gros projet directement dans ma cour… 
La circulation sur le Boulevard Wilfrid Laurier est déjà assez difficile aux heures de pointe, qu’est-ce que se sera avec plus de 800 portes supplémentaires?
La collecte de données pour l’enquête sur le flux de traffic a été faite en 2018 .
Depuis ce temps, plusieurs bâtiments à condos ont été construits sur la rue Anne Hébert et il y a une augmentation notable de la circulation sur la rue Audet.
Une étude d’impact plus récente, sur la circulation, devrait être demandée. 
Le règlement municipal prévoit une hauteur maximale de 3 étages.
Pourquoi ne pas conserver une telle hauteur maximale au lieu de 6 étages?
À quoi servent les règlements municipaux si un promoteur peut y déroger?
6 étages, c’est beaucoup trop gigantesque et ça défigurera notre magnifique petite ville remplie de cachet! 
De plus, qu’arrivera-t-il avec les services offerts aux citoyens: écoles, garderies, aménagements sportifs, Multisports? 
Je trouve que la consultation publique a été largement insuffisante. Avec le confinement, les possibilités de débattre de la situation et de manifester notre désaccord sont très restreintes.
J’ai l’impression de m’en faire passer une petite vite… 
Vu la grandeur du projet, ça mériterait plus de publicités (tableaux d’affichage de la ville, dans nos boites postales ou par courriel) et un vote publique auprès des citoyens.
Tous les gens de St-Basile-le-Grand seront touchés par ce projet! 
J’espère sincèrement que mon opinion pourra faire changer les choses et que mon conseil de ville m’entendra. 
Je vous prie d’agréer mes salutations distinguées, 
Caroline Crevier