Prêt pour cette rentrée différente

Photo de Martine Veillette
Par Martine Veillette
Prêt pour cette rentrée différente
L'école à la maison a gagné en popularité. (Photo : archives)

Centre de services scolaires des Patriotes

La COVID chamboule la vie de tous. La rentrée scolaire 2020 n’y fera pas exception. Les centres de services scolaires travaillent depuis juin, avec le plan soumis par le ministère de l’Éducation, afin d’y faire face.

Le Centre de services scolaires des Patriotes (CSSP) peaufine actuellement les derniers détails, à la suite de la mise à jour du plan par le ministre présenté le 10 août, en vue d’être fin prêt le 1er septembre pour accueillir les élèves à l’occasion de cette rentrée différente.

Somme toute l’information transmise en juin est restée similaire, à l’exception du port du masque pour les élèves de 10 ans et plus ainsi que l’annulation de « bulles » au sein d’un même groupe.

Luc Lapointe, directeur général de la CSSP, mentionne que le réseau avait sollicité le ministre afin d’obtenir les directives pour pouvoir commencer la planification. « Une rentrée ne se prépare pas en quelques jours. C’est une opération énorme », souligne-t-il. À la CSSP, la direction a confiance que la rentrée se déroulera sans trop de problèmes.

Mesures d’hygiène

À la CSSP, la majorité des écoles n’ont pas rouvert au printemps. M. Lapointe indique que dans les premières semaines, le personnel et les élèves devront s’adapter à une nouvelle routine, notamment le lavage des mains et le port du masque. Les horaires pour que les élèves se déplacent dans les écoles, pour les dîners et les récréations ont aussi été ajustés. De plus, une partie du budget a été consacré à l’embauche de personnel pour désinfecter et nettoyer les lieux.

Rattrapage

Puisque les écoles ont fermé, bien que les professeurs aient fait l’école à distance, certaines notions n’ont pu être montrées. Lors de ce retour à l’école, les enseignants devront évaluer le niveau où sont les personnes assises devant eux. « Notre préoccupation première est de prendre chacun des élèves là où il est et de l’aider à développer son plein potentiel », affirme M. Lapointe. Il ajoute qu’un outil avait été élaboré pour le retour en mai, qui n’a finalement pas eu lieu. Les professeurs pourront s’en servir pour évaluer les acquis de leurs élèves et ainsi tracer le portrait de leur classe.

École à distance

Le ministre a assuré qu’en cas de personne atteinte de la COVID-19, la classe pourrait basculer rapidement à distance. Le directeur général assure que ce sera le cas dans ses établissements.

« Une rentrée ne se prépare pas en quelques jours. C’est une opération énorme. » – Luc Lapointe

M. Lapointe souligne que son personnel a pris de l’expérience au printemps. Également, plus de 6000 ordinateurs ont été achetés afin que dès le jour un chaque élève en ait un d’attribué. Dans les premiers jours, il sera donc possible de s’y familiariser afin d’être prêt si nécessaire.

Par ailleurs, le personnel enseignant avec des conditions de santé ne lui permettant pas d’assurer une présence physique aura la tâche d’enseigner à distance aux élèves dans la même condition. Ceux-ci doivent fournir un papier du médecin.

Suppléance

AU CSSP, M.Lapointe indique qu’une rotation du personnel d’une école à l’autre peut être possible. « Je me fie à l’expertise de la santé publique», avance-t-il. La CSSP a également installé des plexiglas devant les bureaux des enseignants.

Autres cours

Une des problématiques avec cette rentrée est de conserver les élèves d’un même groupe toujours ensemble. En secondaire quatre et cinq, les écoliers doivent faire des choix de cours optionnel. M. Lapointe souligne le travail de son personnel afin de former des groupes selon les choix d’option des élèves. Cependant, certains ont eu leur deuxième ou troisième choix. Cela permettra d’assurer la présence de tous les élèves à l’école.

Des cours d’arts, de musiques et d’éducation physique seront dispensés avec des mesures d’hygiène accrues.

De plus, le directeur général a mentionné qu’il serait possible d’offrir des activités parascolaires. Les modalités ne sont toutefois pas encore connues.

Transport scolaire

En juin, le transport scolaire était le principal casse-tête des CSS, puisque le nombre d’élèves permis à bord était de 12. Le ministre et la santé publique ont assoupli la règle pour permettre d’en prendre 48. Certains parents ont aussi pris la décision de transporter leur enfant, ce qui a facilité la tâche des CSS.

QUESTION AUX LECTEURS :

Comment vous sentez-vous concernant cette rentrée particulière?

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires