Pour les adeptes d’entraînement

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Pour les adeptes d’entraînement
Pascal Déry, à la découverte du pays pour l’entraînement virtuel; on le voit ici devant les chutes du Niagara. (Photo : courtoisie)

Fitflix

Pour plusieurs, le confinement a été l’occasion de se réinventer et de s’adapter. C’est le cas de Pascal Déry, qui, depuis la fermeture des centres de conditionnement physique, le 8 octobre, a décidé de partir sur la route afin de proposer des entraînements virtuels.

Baluchon à l’épaule et souliers de course aux pieds, Sensei Pascal Déry part à la découverte du pays pour s’entraîner virtuellement d’un océan à l’autre. « [C’est] une initiative que j’ai mise sur pied rapidement, à la suite d’un “ras l’bol” des annonces gouvernementales qui ont fermé à nouveau les centres d’entraînement », explique au journal le Julievillois Pascal Déry.

Celui-ci a ouvert son centre en février dernier, pour se voir obligé de le fermer en mars, à la suite du début du confinement au Québec. Il a rouvert ses portes en juin, puis quelques mois plus tard, le 8 octobre, le gouvernement lui a demandé de fermer son entreprise pour une vingtaine de jours, jusqu’au 28 octobre. D’où son « ras l’bol » de la situation. « En plein milieu de la haute saison annuelle!, déplore Pascal Déry. Malgré tous mes efforts, mes 14, 16 heures de travail par jour dédiées à la survie de mon centre, le tout est mis en cendres avec une annonce gouvernementale. »

En raison de cette deuxième fermeture, Pascal Déry a mis sur pied fitflix.ca, une plateforme d’entraînement virtuel, accessible 24 h/24. Pour ajouter un aspect particulier au projet, il parcourt le pays à la recherche des plus beaux décors pour s’entraîner. « Je pars seul à la découverte du pays pour y trouver les endroits de plein air et de randonnée les plus cool, d’un océan à l’autre. Pendant cette aventure, je tournerai des workouts virtuels extérieurs dans ces endroits aux panoramas uniques », raconte Pascal Déry, qui compte récupérer des fonds pour la Fondation Rêves d’enfants pendant l’aventure. L’initiative « FitFlix part su’a trotte » est proposée ici : https://youtu.be/e3qRmH0F734.

Le périple canadien s’est entamé lundi dernier. « J’ai loué un VUS dans lequel j’apporte mon équipement de tournage compact et un nécessaire de survie. Je vais vivre dans la voiture pendant trois semaines et produire les vidéos sur la route. Les entraînements seront mis en ligne sur la plateforme, selon le Wi-Fi accessible dans les Tim Hortons trouvés un peu partout! », ajoute Pascal Déry.

Ainsi, l’homme souhaite apporter un peu d’espoir aux entrepreneurs locaux, mais aussi aux citoyens découragés par la fermeture récente de leur centre d’entraînement, « souvent leur dose quotidienne d’énergie positive – physique et mentale ». Il souligne qu’en tant qu’entrepreneur, il est à la merci des mesures gouvernementales aléatoires et des restrictions qui mettent à mal des secteurs commerciaux et des vies d’entrepreneur comme la sienne. « Mon projet a pris forme, c’est ma façon à moi d’essayer de me battre, de me démarquer comme entreprise en démarrage, de survivre, de prendre soin de ma communauté de clients actuels et d’offrir une solution à tous les gens qui ont perdu accès à leur centre d’entraînement pour trois semaines. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires