Pour l’aréna Jean-Rougeau

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Pour l’aréna Jean-Rougeau
Le Grandbasilois Cédric Massicotte a inscrit l’aréna Jean-Rougeau au concours Kraft Hockeyville. (Photo : Martin Grenier)

Concours Kraft Hockeyville

L’aréna Jean-Rougeau de Saint-Basile-le-Grand a été retenu parmi les candidatures du concours national Kraft Hockeyville. L’initiative est de Cédric Massicotte, un jeune joueur de hockey peewee de 11 ans.

« Je crois que notre ville devrait gagner le concours parce que notre aréna a besoin d’un coup de main », mentionne Cédric Massicotte, que le journal Les Versants a joint, quelques jours après qu’il a inscrit l’aréna Jean-Rougeau à ce concours qui se tient à la grandeur du pays.

La compétition nationale, qui existe depuis 2006, permet d’octroyer à une communauté la somme de 250 000 $ pour améliorer les infrastructures de son aréna. Une rencontre présaison mettant en vedette deux clubs de la Ligue nationale de hockey est aussi présentée sur place.

Selon Cédric, qui fréquente l’aréna Jean-Rougeau depuis qu’il a 4 ans, ce plateau d’activités a besoin de quelques améliorations, notamment une nouvelle surfaceuse, mais aussi la réfection des bandes et des bancs dans les vestiaires.

« Notre aréna a besoin d’un coup de main. » -Cédric Massicotte

Jusqu’au 9 février

Sur la page de ralliement de la collectivité, il suffit d’accumuler des points en adressant des notes aux histoires inscrites. En termes de pointages, partager sa propre histoire à propos de l’aréna Jean-Rougeau est encore mieux. Cette phase de ralliement se déroule jusqu’au 9 février. Un jury lira chaque histoire, qui représente 80 % du pointage global de la collectivité, et ajoutera les points de ralliement, d’une valeur de 20 %, pour déterminer les 4 collectivités finalistes. La prochaine Hockeyville sera connue plus tard au printemps. Parmi une dizaine d’histoires, il y a celle de Chantal B., qui relate : « L’aréna fait partie intégrante de notre ville. Tout petit, on y apprend à patiner. Ensuite, on y joue à la ringuette ou au hockey. Nous recevons même des tournois. Parfois avec un peu de honte, car notre aréna est vraiment désuet! Hockeyville redonnerait la fierté à notre communauté! […] Rénovation des équipements, des estrades, des vestiaires… Nous aurions fière allure! »

« Honnêtement, je suis agréablement surpris par le geste de Cédric. C’est l’fun de voir des jeunes qui s’impliquent de la sorte, qui en font davantage. C’est une belle initiative », témoigne le président de l’Association du hockey mineur de Saint-Basile-le-Grand, Laurent Lemieux.

La semaine dernière, Cédric et son père, Martin Massicotte, ont été conviés à une rencontre avec les membres du conseil d’administration de l’Association du hockey mineur de Saint-Basile. « Nous voulions féliciter Cédric pour ce qu’il a entrepris, le remercier, l’encourager et aussi lui demander ce qu’il faut accomplir pour lui venir en aide, d’expliquer Laurent Lemieux. L’idée, c’est de récolter le plus de points possible pour se retrouver ensuite dans les quatre finalistes. »

De son côté, Martin Massicotte se dit fier de son fils : « Cédric est venu me dire qu’il voulait faire quelque chose pour la communauté, qu’il souhaitait inscrire son aréna à ce concours. Nous l’avons fait et ensuite, j’ai avisé mes proches, les entraîneurs, l’Association. »

Quand on lui demande quelles sont les améliorations qui devraient être apportées à l’aréna du quartier, Laurent Lemieux réitère les propos du jeune garçon : « Il y a des arénas bien pires que le nôtre, qui demeure acceptable. Mais l’aréna Jean-Rougeau n’est pas neuf, et mériterait quelques efforts afin d’améliorer la sécurité, entre autres. »

Dédicacé en 1983, l’aréna Jean-Rougeau a été rénové en 2005. Cette amélioration apportée résultait en la construction d’une nouvelle entrée, la réfection de tout le système de réfrigération et des bandes, ainsi que l’installation d’une dalle de béton sur laquelle repose la surface glacée. Depuis, l’infrastructure a subi des travaux de modernisation en deux phases. D’abord en convertissant les luminaires au-dessus de la patinoire avec la technologie DEL, ensuite en remplaçant la réfrigération au fréon par un système fonctionnant au dioxyde de carbone (CO2) plus respectueux de l’environnement.

Selon M. Lemieux, si Saint-Basile-le-Grand s’avérait la Hockeyville 2020, des discussions avec la Municipalité devraient être entreprises afin de voir comment investir l’argent. « Mais ça demeure l’idée de Cédric! On va l’aider à réaliser son action. »

Au Québec, seule Roberval, avec son aréna Benoît-Lévesque, a été couronnée Hockeyville. C’était en 2008. Le prix en argent avait permis d’acquérir des tableaux d’affichage, une paroi en verre et de nouveaux vestiaires.

QUESTION AUX LECTEURS :

Que pensez-vous de l’initiative de Cédric Massicotte?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des