Populaire, le roman policier?

Populaire, le roman policier?

À la bibliothèque municipale de Saint-Bruno-de-Montarville, environ 22 % de tous les romans empruntés sont des intrigues policières. (Photo : archives)

Depuis maintenant trois ans, les membres d’un club de lecture consacré au roman policier se réunissent quatre fois par année pour discuter de leurs lectures. Mais le roman policier, est-ce populaire? C’est la question que le journal Les Versants s’est posée.

Ce club de lecture du roman policier, installé à la bibliothèque municipale de Saint-Bruno-de-Montarville, a connu des débuts modestes avec cinq membres. Après 18 mois, ils étaient 25 adhérents. Cette année, une quinzaine de lecteurs se rassemblent pour parler des écrits de Fred Vargas, Louise Penny, Christian Jacq et compagnie.

Mais le roman policier, est-ce un genre populaire auprès des lecteurs de la région?

À la bibliothèque municipale de Saint-Bruno-de-Montarville, environ 22 % de tous les romans empruntés sont des intrigues policières. « Oui, il s’agit d’un genre littéraire populaire, nous dit-on. Mais les romans à suspense sont souvent des romans policiers également. Ce qui peut fausser légèrement les statistiques. »

« Certains romanciers sont tellement populaires que la bibliothèque est obligée d’acheter deux, trois, voire quatre exemplaires. » -Sylvette Toutant

Or, le journal a demandé des statistiques concernant uniquement le roman policier. Les chiffres de la bibliothèque de Saint-Bruno ont été obtenus à partir d’un échantillonnage de l’année 2017. « Nous avons estimé, grâce aux auteurs les plus populaires, qu’environ 7000 romans policiers sont empruntés par année. »

À la bibliothèque Roland-LeBlanc, à Saint-Basile-le-Grand, on constate, à la suite d’un échantillonnage de janvier à octobre 2018, que 13 % des romans les plus empruntés (10 emprunts et plus) sont des romans policiers, alors que 27 % des romans en français que possède la bibliothèque sont classés genre policier.

Sylvette Toutant, du Service d’aide aux lecteurs de la bibliothèque Roland-LeBlanc, précise : « Le roman policier couvre habituellement plusieurs catégories : le roman noir, le roman de suspense, le roman d’espionnage… La plupart des romans policiers sont des suspenses, mais dans certains suspenses, il n’y a pas d’intervention de la police ou d’un enquêteur; ce ne sont donc pas de véritables romans policiers. Ici, je n’ai tenu compte que de ceux dont l’intrigue se base généralement sur une enquête policière ou celle d’un détective. »

Des propos que corrobore Gilles Caron, l’animateur du club de lecture. Selon lui, un vrai roman policier doit contenir une intrigue policière et un détective.

Quand on lui demande si le roman policier est un genre populaire chez les abonnés grandbasilois, Mme Toutant répond qu’il s’agit du deuxième genre littéraire le plus populaire à la bibliothèque Roland-LeBlanc, derrière le roman historique québécois. « La plupart des auteurs écrivent des séries, dans lesquelles on retrouve le même inspecteur d’un roman à l’autre. »

D’ailleurs, de nombreux abonnés suivent assidûment l’arrivée des nouvelles parutions et en font la demande et la réservation pour les lire rapidement. « Certains romanciers sont tellement populaires que la bibliothèque est obligée d’acheter deux, trois, voire quatre exemplaires d’un même titre pour suffire à la demande. Sinon, le temps d’attente serait trop long », de poursuivre Mme Toutant.

Celle-ci explique que les nouveautés des auteurs très populaires ne sont pas qu’une mode passagère; elles ont plutôt tendance à devenir des « classiques ». Elle ajoute : « Il faut les conserver en plusieurs exemplaires durant plusieurs années. On doit régulièrement remplacer ces copies défraîchies, tellement elles ont été empruntées. »

Il est à noter qu’à la bibliothèque municipale de Saint-Bruno-de-Montarville, on observe une recrudescence de popularité pour les écrivains de pays scandinaves.

À la bibliothèque Roland-LeBlanc, les auteurs québécois et américains sont « particulièrement prisés ». Cependant, depuis quelques années, l’engouement est important aussi pour les bouquins provenant des contrées nordiques.

Les plus populaires

À Saint-Bruno, l’ordre de popularité des écrivains de romans policiers, selon les statistiques de prêts : James Patterson (713 prêts/année), Michael Connelly (499 prêts/année), Mary Higgins Clark (395 prêts/année), Harlan Coben (244 prêts/année) ainsi que Philip Kerr (197 prêts/année).

Les auteurs de romans policiers les plus lus à Saint-Basile, chez les Québécois : Chrystine Brouillet, Patrick Senécal, Kathy Reichs, Martin Michaud, Louise Penny. Chez les autres : Michael Connelly, James Patterson, Mary Higgins Clark, Patricia MacDonald, Lisa Gardner, Donna Leon, Åsa Larsson, Harlan Coben, Jussi Adler-Olsen, Jo Nesbo, Camilla Läckberg.

QUESTION AUX LECTEURS :

Quel genre littéraire préférez-vous?

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des