Polyvalent Émile Burbidge-Izquierdo

Polyvalent Émile Burbidge-Izquierdo

Le Montarvillois Émile Burbidge-Izquierdo est le président divertissement général de Toys’R’Us Canada pour une troisième année consécutive.

Crédit photo : Courtoisie

PDG de Toys’R’Us Canada

Émile Burbidge-Izquierdo vient de renouveler son contrat de président divertissement général (PDG) pour Toys’R’Us Canada. Cette entente fait du Montarvillois le premier PDG à occuper ce poste pour une troisième année consécutive.

Émile Burbidge-Izquierdo a amorcé son assignation en février 2016 à la suite d’une recherche pancanadienne pour un nouveau PDG chez Toys’R’Us Canada. Cette fois, il paraphe pour une troisième saison. « Quand on m’a proposé si je souhaitais renouveler, j’ai vite accepté parce que c’est une superbe expérience! Pour moi, ce nouveau contrat est signe que je remplis bien mon rôle, que les gens de Toys’R’Us Canada aiment toujours ce que je fais et qu’ils sont satisfaits de leur choix », répond le jeune homme de 14 ans, en entrevue avec Les Versants.

Voyager à travers le Canada

En tant que PDG, son rôle est de promouvoir les jouets de l’enseigne américaine partout au Canada. Depuis ses débuts à ce poste, il agit en tant que porte-parole de Toys’R’Us lors de tournées saisonnières de médias à travers le pays, d’événements spéciaux et de campagnes publicitaires. C’est la raison pour laquelle il lui arrive fréquemment de faire des allers-retours à Toronto ou Vancouver, de rencontrer les médias de la chaîne Global-TV, d’être de passage à Salut, Bonjour! et Breakfast Television, ou encore de visiter les studios de CHOM-FM, à Montréal. « J’essaie les jouets qu’on m’envoie. Ce sont les plus récentes nouveautés, mais parfois, il s’agit aussi de jouets inédits, qui ne sont pas encore sur les tablettes. Je leur trouve des points positifs et j’explique pourquoi j’ai apprécié ces jouets. Mes commentaires permettent de donner des idées aux parents », mentionne celui qui estime qu’il n’y a pas de mauvais jouets. « Il y a toujours quelque chose de positif à dire. »

« J’ai beaucoup de jouets. Cette année, ma famille et moi avons planifié d’aller en remettre à des œuvres de charité. » -Émile Burbidge-Izquierdo

C’est parmi un « grand nombre de jeunes talents » du pays qu’Émile Burbidge-Izquierdo a su se démarquer en 2016, alors qu’il était âgé de 12 ans. Pour Toys’R’Us Canada, c’est grâce à « l’enthousiasme et la personnalité extravertie » du garçon qu’il a réussi à décrocher cet emploi rêvé. Rappelons que pour décrocher ce poste, le garçon a dû poser sa candidature en présentant une vidéo en ligne afin de démontrer sa passion des jouets. Émile a terminé premier parmi une centaine de candidats, grâce à sa présentation.

Améliorer son anglais

Et l’anglais n’a jamais été un obstacle. Le père du gamin est Ontarien, ce qui l’a bien aidé au cours de son enfance à apprendre la langue. Maintenant, non seulement il la parle davantage, mais son titre de PDG lui a permis de s’améliorer à ce point de vue.

Cependant, il s’agit aussi du dernier contrat de ce type pour le Montarvillois, car le poste de PDG de l’entreprise doit être occupé par un enfant. « C’est déjà assez spécial de revenir pour une troisième fois, observe Émile Burbidge-Izquierdo, qui comble les attentes de Toys’R’Us. Je présente bien les choses, et je peux aussi couvrir le marché français de Montréal. »

Redonner à la communauté

Parmi tout ce qu’il a testé au cours des derniers mois, Émile a eu le coup de foudre pour la console Nintendo Switch, un tank téléguidé avec un micro et une caméra intégrés, un tigre robotisé et des blocs LEGO. Sur le site Internet de Toys’R’Us, il est même possible de consulter « La liste des jouets d’Émile, PDG ». Depuis son entrée dans la famille de Toys’R’Us, la chambre du garçon a été reconvertie afin d’y créer un espace bureau. Il peut conserver les jouets que la compagnie lui demande d’analyser, de tester et de commenter. « J’ai beaucoup de jouets. Cette année, ma famille et moi avons planifié d’aller en remettre à des œuvres de charité. »

Quand on demande à Émile ce qu’il pense des problèmes financiers de l’entreprise qui font les manchettes depuis plusieurs mois, il s’empresse de répondre qu’il s’agit d’une question à adresser au véritable PDG de la compagnie.

Élève de 2e secondaire au campus Longueuil – Saint-Lambert du Collège Charles-LeMoyne, Émile Burbidge-Izquierdo souhaite poursuivre ses études jusqu’à l’université afin de devenir ingénieur informatique. « Je suis passionné par la programmation, et la programmation, c’est le futur! » Pour l’instant, il continue de concilier son rôle de PDG et ses travaux scolaires, et la tâche lui semble facile. « C’est une très belle expérience qu’Émile est en train de vivre, mais l’école a toujours été la priorité. Les notes doivent venir et jusqu’à maintenant, il réussit bien. Je crois que sa responsabilité auprès de Toys’R’Us le motive dans ses études. Il est bien encadré par l’entreprise, ce qui facilite les choses. C’est intéressant de le voir évoluer là-dedans », de raconter la maman, qui accompagne son fils lors de ses déplacements au Canada.

Un artiste

Depuis qu’il évolue dans le milieu artistique, Émile a cumulé plusieurs autres rôles. Les Montarvillois qui ont assisté à la production Another Brick In The Wall, l’œuvre de l’Opéra de Montréal mise en scène par Dominic Champagne dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal, ont peut-être reconnu leur concitoyen. C’est qu’Émile a eu l’opportunité de jouer le personnage du jeune Pink à la suite d’une audition. Il était présent pour cinq représentations. « Wow!, lâche-t-il. C’était cool! Dans toute cette histoire, j’ai eu la chance de rencontrer Roger Waters, qui a signé le disque de vinyle The Wall de mon père. » Cofondateur de Pink Floyd dans les années 60, Roger Waters est parolier et compositeur du légendaire groupe de musique. Pink Floyd a enregistré une série d’albums à succès, dont The Wall, devenu un disque, un concert, un film et maintenant un opéra.

Émile n’était pas trop dépaysé par cette rencontre. En effet, le garçon admet qu’il préfère la musique des années 70 et 80, influencé entre autres par les disques de vinyle de son père qui ont tourné à profusion dans la maison. Il spécifie : « Styx, AC/DC, les Eagles, Cat Stevens, Pink Floyd… c’est de la musique différente. J’aime le son. »

Cet automne, il sera possible de le voir dans un épisode de la série Amazon Jack Ryan, où il campe un enfant parisien auprès des acteurs John Krasinski et Marie-Josée Croze. L’hiver prochain, il sera figurant dans le long-métrage de X-Men : Dark Phœnix.