Plus de détails sur la fin de Multi-Sports

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Plus de détails sur la fin de Multi-Sports
L'organisme Multi- Sports Saint-Basile est en processus de dissolution. (Photo : archives)

L’organisme Multi-Sports Saint-Basile est en déclin. Les procédures de dissolution ont été entamées en avril dernier.

 À Saint-Basile-le-Grand, Multi-Sports propose une vaste gamme d’activités depuis plusieurs années. Ses locaux, qui sont en fait les salles de l’ancien cinéma du quartier, sont situés à l’arrière de la bâtisse abritant le magasin Maison Éthier. Depuis son arrivée dans ces espaces, en 2014, les difficultés financières se sont accumulées. « Ils ont vu trop gros avec ces locaux, dira au journal Les Versants le maire de Saint-Basile-le-Grand, Yves Lessard. La Municipalité a investit beaucoup pour tenter de soutenir Multi-Sports. »

« Nous avons trouvé cette situation déplorable, mais force était de constater que c’était la seule solution logique. » – Jean-Marie Beaupré

La Ville octroyait une subvention annuelle de 50 000 $ à Multi-Sports Saint-Basile. Puis, plus récemment, elle l’a aidé financièrement avec des montant supplémentaires de 23 000 $ et de 50 000 $.

Le journal a appris que cette somme versée chaque année était partagée à raison de 40 % pour Multi-Sports et 60 % pour le Club Impulsion, l’organisme qui orchestre aujourd’hui la gymnastique et le trampoline. Or, il faut savoir qu’auparavant, c’est Multi-Sport qui gérait ces deux disciplines. Mais depuis 2017, Multi-Sports et le Club Impulsion sont deux organismes indépendants, incorporés en deux entités distinctes. Le directeur général de Saint-Basile-le-Grand, Jean-Marie Beaupré, précise l’aspect financier : « En tenant compte de ce ratio, nous aurions versé à Multi-Sports 108 000 $ sur 5 ans. En 2020, nous avons versé une aide financière particulière afin de fermer le dossier complètement (salaires, DAS, TPS, TVQ…) pour un montant de 43 911 $. »

Multi-Sports n’a pas répondu à la demande d’entrevue du journal Les Versants. Mais l’organisme ne nie pas qu’il est en processus de démantèlement. « [Notre] situation financière était déjà précaire; avec la pandémie, malheureusement, l’organisme n’a pas été en mesure de maintenir ses activités », a été le seul commentaire, acheminé par courriel par Valérie Doucet, membre du conseil d’administration de Multi-Sports Saint-Basile.

Interrogée par le journal sur le sort de Multi-Sports, la Municipalité commente : « Nous avons trouvé cette situation déplorable, mais force était de constater que c’était la seule solution logique, fait savoir Jean-Marie Beaupré. Les sommes investies dans l’organisme ont été utilisées pour le bénéfice de la population grandbasiloise. Sans cet organisme, l’offre en loisirs aurait été bien moindre. »

Quand on demande à la Ville ce qu’il advient des activités sportives que proposait Multi-Sports, nous sentons qu’il y a un désir de reprendre le collier. « Le Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire est à évaluer le tout en fonction des équipements qui seraient requis et la disponibilité des locaux », avance la directrice du Service des communications et des relations avec les citoyens de Saint-Basile-le-Grand, Stéphanie Plamondon. Des commentaires que corrobore aussi Jean-Marie Beaupré : « Pour l’automne, nous avons tenté de reprendre quelques activités. Pour la session d’hiver, nous avons demandé des offres de services de la part des professeurs. Nous évaluerons les différentes activités en fonction des disponibilités de locaux et d’équipements. »

Mais le directeur général demeure vigilant : « C’est une perte importante dans l’offre des activités de loisirs qui sera difficile à combler par le Service des loisirs. »

Le maire Lessard lui, estime qu’il faudrait des salles adaptées pour ces sports, surtout en ce qui concerne la gymnastique et le trampoline. « Il y a une réflexion à faire ici pour la construction d’un centre pour ce genre d’activités, un endroit dans lequel il serait aussi disposé des espaces pour nos organismes communautaires. Mais pas question de réaliser un tel endroit sans respecter la capacité de payer des citoyens », assure Yves Lessard, qui ne s’attend pas à voir s’ériger un tel site d’ici un an, mais « dans un avenir plus ou moins rapproché ».

Enfin, le Club Impulsion, qui faisait partie auparavant de l’offre de Multi-Sports, a commenté la nouvelle. « Ça ne change rien pour nous, parce qu’Impulsion était déjà indépendant. Je ne sais pas quoi dire, mais c’est dommage, confie la directrice administrative du Club Impulsion, Chantale Larocque. Multi-Sports existe depuis très longtemps. C’est triste pour la population de Saint-Basile-le-Grand parce qu’il y avait un vaste choix de cours. Cela, les gens de Saint-Basile-le-Grand l’appréciaient. » Près de 400 jeunes sont inscrits au Club Impulsion.

Quand on leur demande si le sort de Multi-Sports aurait été différent si Impulsion n’avait pas pris la décision de devenir indépendant et serait plutôt demeurer au sein de l’organisme, ni Multi-Sports, ni le Club Impulsion n’a été en mesure de répondre à cette question.

Multi-Sports a été fondé en 1973. Au départ, l’organisme n’était voué qu’à l’enseignement du judo, mais plusieurs disciplines se sont ajoutées, dont divers arts martiaux, du conditionnement physique, du yoga et bien davantage.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires