Une chose ou deux…

Un enseignant qui crie constamment pour se faire obéir de ses élèves perdra vite leur respect. Ainsi en va-t-il de toute autorité, fût-elle policière, si on en fait un usage abusif.

Qu’on en juge à l’aide de trois cas de figure récents.

1. L’administration Benjamin qui, chaque mois, fait appel à la force policière pour expulser des citoyens qui ont dépassé le temps qui leur a été donné pour poser une question, surtout si ladite question déplaît aux membres de ladite administration;

2. L’administration Benjamin qui, le dimanche 8 janvier, fait appel à la force policière pour obliger des manifestants pacifiques à ranger bannières et pancartes sous prétexte que celles-ci troublent les (consciences des) gens qui sont au Centre Marcel-Dulude;

3. L’administration Benjamin qui, le samedi 4 février, fait appel à la force policière pour tenter d’expulser des abords du lac du Village deux personnes dont le seul tort était de présenter une pétition – geste démocratique s’il en est – aux gens intéressés à sauver la forêt des Hirondelles.

Attention, Messieurs et Mesdames nos édiles, à force d’utiliser outrageusement quelque chose, on l’use, on l’émousse, on le discrédite.

Quant à vous, Mme Julie Gauthier, sachez que les transports en commun, les bibliothèques, les réseaux routiers et cyclables ne s’amélioreront pas grâce aux taxes générées par trente maisons de luxe. Cessez de vous berner. En outre, selon votre analyse simpliste, dites-moi une chose : si je ne suis pas dans l’environnement direct de la forêt des Hirondelles et que je ne convoite pas non plus un quelconque gain électoral dans cette lutte, pourquoi est-ce que je m’oppose à La Futaie?

Tiens, je vous convie à un café et à une viennoiserie de votre choix – my treat! – à la Tasse Verte ou au Cafellini afin d’en discuter. Vous n’avez qu’à prendre contact avec ce journal et l’on me transmettra votre acceptation. Je suis déjà dans la hâte de vous rencontrer, chère Madame, dont je ne doute pas un seul instant de l’existence réelle.

Louis Émond,

Saint-Bruno-de-Montarville.