Ne pliez pas l’échine, Monsieur le Maire

Monsieur Benjamin,

Permettez-moi de vous donner un conseil. Quiconque assiste au conseil municipal de Saint-Bruno-de-Montarville depuis un certain temps sait qu’un petit groupe de citoyens « contrôlé » par le responsable des communications du parti de l’opposition puise dans un arsenal varié, y compris dans celui des injures, pour s’opposer coûte que coûte à tout développement sur le territoire.

Il faut les voir se dégouliner de mépris et d’arrogance envers le conseil actuel et s’étonner du même souffle qu’une institution démocratique qu’est le conseil municipal soit dans l’obligation de les remettre à l’ordre. Quel paradoxe! Invoquer la liberté d’expression pour se permettre injures et insanités pour ensuite jouer les vierges offensées une fois le calme exigé relève de la pure démagogie. Depuis des mois, avec le silence complice du parti de l’opposition, qui n’en a rien à foutre d’ailleurs du Boisé des Hirondelles si ce n’est que le vote de ceux qui s’opposent à ce projet, des protestataires réclament qu’il n’y ait pas de développement dans un boisé qui est zoné résidentiel depuis… 1963.

En plus d’être irrespectueux, ils sont irresponsables. Une ville pour fonctionner doit offrir des services et présenter un budget responsable. Or, refuser tout développement en réclamant un moratoire est non seulement d’un égocentrisme flagrant qui frise la xénophobie, mais aussi d’un dogmatisme puéril, car cela compromettrait la santé financière de notre municipalité, l’une des meilleures au Québec, précisons-le. Pire encore, bloquer un projet qui obtient l’aval du ministère du Développement durable du gouvernement provincial, c’est une expropriation qui pourrait nous coûter des millions. Monsieur le Maire, avec 6, 8 ou 10 millions de dollars, j’aimerais plutôt que l’on s’offre une plus grande bibliothèque et un nouveau centre sportif, d’autant que je peux aller dans le parc national pour 50 $ par année avec ma petite famille. Alors, si vous voulez ajouter 50, 100 ou 150 $ de plus sur mon avis d’imposition, prenez-le, mais pas pour un petit lopin de terre attenant à notre magnifique parc national que nous utilisons déjà pleinement, mais bien pour permettre à nos jeunes et moins jeunes d’avoir accès à une bibliothèque plus efficace encore et un centre sportif qui serait très apprécié.

Ne lâchez pas, Monsieur le Maire, ne pliez surtout pas l’échine devant ceux qui cherchent à vous salir et salir notre belle ville.

Alain Legault,

Montarvillois