De nouvelles mesures pour les personnes handicapées

De nouvelles mesures pour les personnes handicapées

La Ville procède peu à peu à la réfection des infrastructures routières pour améliorer la mobilité des personnes.

Crédit photo : Ville de Saint-Bruno-de-Montarville

Dans le cadre de la Semaine québécoise des personnes handicapées qui se termine ce 7 juin, le journal Les Versants s’est penché sur les mesures que la Ville de Saint-Bruno mettra en place cette année pour l’intégration des personnes handicapées.

Le maire de Saint-Bruno a dévoilé les mesures qui seront instaurées au cours des prochaines semaines, sur le plan des travaux publics et de la vie communautaire.

Alors que certaines sont nouvelles, d’autres étaient déjà prévues dans le Plan d’action à l’égard des personnes handicapées 2016-2018.

Nouvelles mesures implantées

Comme prévu dans ce Plan d’action pour l’année 2018, la piscine Roberval fera l’acquisition d’un lève-personne afin de permettre aux personnes handicapées d’y accéder. Selon Martin Murray, il ne s’agissait pas d’une mince tâche, considérant qu’aucune piscine n’est identique. « On a travaillé de très près avec Les Amis-Soleils, et on a réussi à mettre la main sur un lève-personne, qui devrait être livré et installé d’ici la fin du mois de juin », annonce-t-il.

Concernant l’aménagement des vestiaires, le maire assure que ça fait aussi partie des tâches à accomplir dans l’année à venir.

Pour les personnes ne pouvant accéder au Vieux Presbytère, une initiative sera déployée d’ici un an afin de leur permettre de visualiser les expositions. Le maire explique : « Lors de la refonte du site Internet, on veut créer un endroit où ces personnes pourraient visualiser les œuvres virtuellement. »

Dans le domaine des infrastructures, la Direction des travaux publics entamera bientôt des travaux sur les entrées charretières non conformes. Un budget de 32 000 $ est alloué pour cette tâche, peut-être plus au besoin. « Les employés vont passer dans les rues et s’assurer que tout est à niveau ou accessible pour les personnes à mobilité réduite. Ils étendront de l’asphalte devant les entrées surélevées », affirme Martin Murray.

32 000 $

C’est le montant alloué aux travaux de réfection des entrées charretières.

Toutefois, le maire indique qu’il s’agit d’une mesure temporaire, puisque la rue Montarville, entre les rues Clairevue et Beaumont, devrait être refaite d’ici 2020. La réfection du boulevard Seigneurial devrait suivre peu de temps après.

À l’occasion de ces travaux, les entrées charretières, les trottoirs et les traverses piétonnières seront refaits afin de répondre à sa vision sur la mobilité. Il précise :« Je veux faire du centre-ville une zone piétonnière prioritaire, que le piéton ait droit de cité, qu’il soit très ou peu mobile. Pour assurer une mobilité durable, il faut sécuriser les parcours piétonniers et cyclistes. »

À venir

Dans la Politique de l’habitation, qui devrait être adoptée au cours de l’automne, des mesures sont comprises pour favoriser l’intégration des personnes handicapées, comme les projets résidentiels qui devront être conçus selon des critères et d’inclusion et de mobilité, la considération du Programme d’adaptation de domicile, et l’adaptation des logements existants aux besoins des personnes à mobilité réduite.

D’après le maire, des demandes de citoyens ont été faites afin de rendre gratuits les permis aux fins de mise aux normes des maisons pour les personnes handicapées : « Ce n’est pas encore fait, mais on va regarder pour adapter notre réglementation pour ça. »

Emprise commerciale

Des plaintes sont émises de la part des personnes à mobilité réduite concernant des trottoirs, stationnements ou accès aux commerces. Toutefois, la Ville n’a pas d’emprise sur cela et la responsabilité revient aux propriétaires.

Certains accès aux commerces pourraient être améliorés selon ces citoyens, mais le maire relativise les choses. « Je pense que toutes les villes ont des problématiques, on sait qu’on n’est pas parfaits, mais on vise à améliorer les choses », conclut-il.