Nathalie Roy réélue

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Nathalie Roy réélue
La députée sortante dans Montarville, Nathalie Roy, est réélue. (Photo : (Photo : Frank Jr Rodi))

Sans grande surprise, la circonscription de Montarville demeure aux mains de la Coalition avenir Québec. Avec sa victoire, Nathalie Roy amorce un quatrième mandat. 

« Bouleversée! Comme chaque fois. C’est la quatrième fois. Merci, merci, merci, merci! Quatre fois merci! », lance d’emblée la députée de Montarville, Nathalie Roy. 

Au moment de mettre sous presse, lundi soir, Nathalie Roy possédait une majorité de plus de 6200 voix (45,9 %) sur son plus proche rival, le candidat du Parti québécois Daniel Michelin (18,7 %). Un total de 98 bureaux de scrutin sur 173 avaient été dépouillés. Marie-Christine Veilleux (15,8 %), de Québec solidaire, Lucie Gagnon (12,4 %), du Parti libéral du Québec, et Evans Henry (5,5 %), du Parti conservateur du Québec, fermaient la marche.   

« Merci aux citoyens de Saint-Bruno-de-Montarville et de Boucherville pour leur confiance. Ce sont des gens extraordinaires, intéressants, intéressés qui s’expriment. Je suis touchée et reconnaissante », confie Nathalie Roy, qui promet de tout faire pour « être encore meilleure », pour les quatre années à venir.

« Bouleversée! Comme chaque fois. C’est la quatrième fois. Merci, merci, merci, merci! Quatre fois merci! » – Nathalie Roy

Au restaurant L’Ancêtre, à Saint-Hubert, Nathalie Roy était accompagnée de plusieurs autres candidats caquistes. Les Jean-François Roberge (Chambly), Suzanne Roy (Verchères), Simon Joli-Barrette (Borduas), Christian Dubé (La Prairie), Lionel Carmant (Taillon), Ian Lafrenière (Vachon), entre autres, s’étaient aussi donné rendez-vous à Saint-Hubert pour le dévoilement des résultats. Très tôt dans la soirée, l’ambiance était à la fête, alors que les médias ont annoncé la réélection de la CAQ majoritaire. Il n’était pas encore 21 h. 

Quand on demande à Nathalie Roy comment elle s’est améliorée depuis son premier mandat, en 2012, elle se souvient d’une députée néophyte dans l’opposition. « Je voulais changer les choses. Aujourd’hui, je suis plus aguerrie, j’ai le pouvoir de faire plus et de faire mieux pour mes citoyens. Je comprends le processus. »

En entrevue avec Les Versants, elle salue tous les candidats qui étaient dans la course. « Nous avons fait une campagne propre, respectueuse. »   

Quatre mandats

Nathalie Roy a été élue une première fois en 2012. Elle avait décroché la faveur de 16 083 électeurs (35,7 %), pour une avance de plus de 1 900 bulletins sur Monique Richard, du Parti québécois. 

En 2014, Nathalie Roy avait reçu la confiance des électeurs à une deuxième occasion. À la suite de ces élections, quelque 15 000 personnes (35 %) ont voté pour elle. Le candidat Jacques Gendron, du Parti libéral du Québec, avait pris le deuxième rang, avec un retard de 1607 votes. 

Enfin, il y a quatre ans, Nathalie Roy a été réélue pour un troisième mandat, cette fois au sein d’un gouvernement majoritaire mené par François Legault. Le nom de la députée de Montarville a été coché à 17 368 (41,1%) reprises derrière les isoloirs, lui assurant une avance de 7070 sur un certain Ludovic Grisé-Farand, du Parti libéral du Québec, aujourd’hui le maire de Saint-Bruno-de-Montarville. 

Avec ce quatrième mandat, Nathalie Roy obtient 45 % (au moment d’écrire ces lignes), soit davantage que ses trois autres élections. 

Des quatre dernières années, elle se dit fière de l’enveloppe de 100 M$ qu’elle a débloquée pour l’agrandissement des écoles, dont l’école primaire Albert-Schweitzer, à Saint-Bruno-de-Montarville. « Ce qui me rend fière, c’est d’améliorer la qualité de vie des gens », conclut-elle. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires